LSP/RIAC : un demi-siècle de débats sociaux et politiques

 

Témoignages, tables rondes, affiches scientifiques et cocktail dinatoire

 

Dans le cadre d’un évènement à Montréal en juillet 2016, la revue Lien social et Politiques soulignait son passage à l’accès libre complet et la disponibilité en version numérique de l’ensemble des articles avec un numéro spécial 75, revisitant des articles parus depuis 1979 et réunis sous quatre thèmes (« Savoirs », « Mobilités, identités et frontières », « État social et pauvreté » et « Luttes sociales »).

Ce numéro, de même que les tables rondes de l’évènement se font le témoin privilégié de l’évolution des réflexions sur les savoirs et sur plusieurs enjeux sociaux de 1979 à aujourd’hui.

 

affiche-2_lsp_web

 

 

  


Témoignages

 

L’évènement fut lancé avec les témoignages de l’ancien directeur de la revue et professeur à l’INRS, Frédéric Lesemann, ainsi que du co-directeur actuel de la revue et Directeur de recherche CNRS/EHESP, Claude Martin. Tous deux ont présenté l’histoire inédite de la revue, et de la collaboration qu’elle nourrit entre le Québec et l’Europe francophone. 

 

Aux origines de Lien social et Politiques
Frédéric Lesemann – INRS et ancien Directeur de la revue
 
De la Revue internationale d’action communautaire à Lien social et Politiques
Frédéric Lesemann – INRS et ancien Directeur de la revue
 
Lien social et Politiques : une histoire inédite de collaboration
Claude Martin – co-directeur de la revue et Directeur de recherche CNRS/EHESP
 

 

 


Affiches scientifiques

 

Quatre étudiants sont venus présenter les thèmes abordés au moyen d’affiches scientifiques. Pour les fins de ce blogue, nous avons reproduit leurs présentation en format Prezi : 

 

Thème SAVOIRS

De l’éducation populaire et la recherche-action à la mobilisation et la co-construction des connaissances, de l’engagement militant des chercheurs à la recherche utile : les débats autour de la production et la diffusion des savoirs se sont-ils vraiment renouvelés depuis 40 ans ou utilise-t-on simplement des mots différents pour décrire des réalités semblables ? La relecture d’articles parus depuis 40 ans offre une occasion inédite d’y réfléchir.

 

 

Kim Tardif (INRS) est étudiante à la maîtrise au programme Pratique de recherche et action publique à l’Institut national de recherche scientifique. Ce programme vise la formation d’agent d’interface appelé à œuvrer à la frontière entre le milieu de la recherche et le milieu de pratique. Également détentrice d’un doctorat en Sciences Biomédicales de l’Université de Montréal, elle travaille au centre de recherche de l’hôpital de St. Mary où elle soutient le transfert de connaissances entre les chercheurs et les cliniciens.

 

Thème MOBILITÉS, IDENTITÉS ET FRONTIÈRES

On a d’abord discuté de l’accueil et de l’intégration économique des nouveaux arrivants. Puis les enjeux culturels et identitaires ont surgi et, avec eux, un nouveau vocabulaire : cosmopolitisme, pluriethnicité, relations interethniques, métissage, diversité. Les analyses se sont ensuite tournées vers le vécu des immigrants et leur parcours de vie.  Au début des années 2000, les débats sur la mondialisation ont produit de nouveaux questionnements sur les frontières, la citoyenneté, les solidarités transnationales et l’espace de vie des migrants. Frontières et migrations : des enjeux qui se renouvellent au fil de l’actualité.

 

 

Lydia Gaudreau (INRS) est diplômée au baccalauréat en anthropologie à l’Université de Montréal. Elle est maintenant étudiante à la maîtrise en études urbaines à l’INRS. Ces principaux axes de recherches se penchent sur ce qui touche l’immigration et plus précisément les relations inter/intra-ethniques entretenues par les nouveaux arrivants avec les communautés d’accueil. Son projet de recherche actuel s’intéresse à l’installation de l’immigration italienne à Montréal et surtout aux parcours et discours des migrants récents.

 

Thème ÉTAT SOCIAL ET PAUVRETÉ

 

 

 Martine Rondeau (Université d’Ottawa) est étudiante à la maîtrise en sociologie à l’École d’études sociologiques et anthropologiques de l’Université d’Ottawa. Ayant un intérêt particulier pour la sociologie des mouvements sociaux, elle s’apprête à étudier le militantisme des jeunes adultes, notamment lors du printemps érable. Elle aspire à poursuivre des recherches dans les prochaines années auprès d’autres catégories de population et au sein d’autres mouvements sociaux.

 

Thème LUTTES SOCIALES

 

 

 Grégoire Autin (Université de Montréal) est candidat au doctorat au département de sociologie à l’Université de Montréal et travaille sur les pratiques préfiguratives : lorsque des acteurs et actrices mettent en oeuvre leurs idéaux dans des constructions collectives alternatives. Auparavant, il a travaillé sur l’identité collective et le militantisme Facebook à Katmandou, au Népal et sur la constitution d’espaces politiques autonomes dans le mouvement étudiant chilien, à Santiago du Chili.

 


Pour consulter l’entièreté des articles du numéro spécial
LSP75 – LSP/RIAC : un demi-siècle de débats sociaux et politiques

Numéro 75 – 2016

 

 

Publié le 28 novembre 2016