Les territoires du vieillissement

Sous la direction de Vincent Caradec, Aline Chamahian, Patrik Marier et Anne-Marie Séguin

Façonnés par l’action publique, parcourus et vécus par les personnes âgées et les professionnels qui les accompagnent, les territoires du vieillissement sont multiples et au cœur de nombreux enjeux de société. Venez découvrir comment les « territoires du vieillissement » sont construits et vécus dans le n°79 de la revue Lien social et Politiques.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
TABLE DES MATIÈRES

 

Vincent Caradec, Aline Chamahian, Patrik Marier et Anne-Marie Séguin

Présentation du numéro

Article complet

 

 

Les territoires de l’action publique

 


Dominique Argoud 

Territoires et vieillissement : vers la fin de la politique vieillesse ?

Résumé / AbstractArticle complet

La politique de la vieillesse est le résultat d’interactions étroites entre le niveau local et le niveau national. Paradoxalement, la décentralisation n’a pas donné plus de poids aux acteurs locaux. Au contraire, l’État exerce toujours une forte tutelle sur le secteur médico-social au détriment des collectivités et des acteurs locaux. Néanmoins, nos recherches menées sur l’évolution de la politique vieillesse, tout comme nos monographies locales, montrent que, ces dernières années, de nombreuses initiatives émergent localement. Elles se caractérisent par une grande diversité d’actions qui empruntent des logiques échappant largement au contrôle de l’État. La politique vieillesse semble ainsi perdre de sa cohérence. Pourtant, il est possible qu’à travers l’action menée de manière non coordonnée sur les territoires locaux se dessine une redéfinition des bases de la politique vieillesse. En effet, beaucoup d’initiatives locales naissent dans un souci de mieux prendre en compte les aspirations des personnes vieillissantes et d’inventer des réponses plus transversales. Mais elles comportent le risque de dissocier plus fortement les « jeunes vieux » des « vieux vieux ».

Mots clés : territoires, vieillissement, décentralisation, politique de la vieillesse, habitat

Territories and Ageing: Towards the End of the Old Age Policy?

The old age policy is the result of narrow interactions between the local level and the national level. Paradoxically, the decentralization did not give more weight to the local actors. On the contrary, the State always exercises a strong supervision on the medical and social sector to the detriment of communities and local actors. Nevertheless, our researches led on the evolution of the old age policy, just like our local monographs, show that, these last years, numerous initiatives emerge locally. They are characterized by a great diversity of shares which borrow logic escaping widely the control of the State. The old age policy so seems to lose coherence. Then it is possible that throughout the action carried out of the coordinated way on the local territories takes shape a redefining of the bases of the old age politics. As a matter of fact many local initiatives are born intended to better take into account the aspiration of the ageing people and to invent more transversal answers. But they would involve dissociating more strongly the “young old” of the “old-old.”

Key words: territories, ageing, decentralization, old age policy, habitat.

Maude Benoit

Les frontières mouvantes des politiques de maintien à domicile. Reconfiguration de l’action sociale de l’État en France et au Québec

Résumé / AbstractArticle complet

Les personnes âgées constituent ce que l’on peut appeler une « clientèle » privilégiée de l’État : historiquement, les programmes de santé et de retraite relatifs à la vieillesse figurent en effet parmi les politiques typiques de l’État-providence. Or, depuis les années 90, les politiques de la vieillesse des pays occidentaux convergent vers le maintien à domicile comme espace de prédilection pour vieillir. Ces nouvelles politiques sociales se heurtent cependant à un contexte bien différent de celui de l’âge d’or de l’État-providence d’après-guerre. Cet article propose d’examiner comment ces politiques en pleine expansion s’adaptent (ou pas) aux nouveaux défis sociaux, démographiques et budgétaires contemporains et, de ce fait, d’éclairer ce qu’elles révèlent sur les transformations plus vastes de l’État-providence au 21e siècle. L’analyse s’appuie sur les cas du Québec et de la France et se fonde sur une revue des écrits scientifiques, institutionnels et professionnels. Trois grandes tendances sont relevées : l’ambiguïté des objectifs poursuivis par ces politiques, les visions contradictoires quant aux rôles attendus respectivement des individus, des familles et de l’État et les transformations de l’organisation de la prestation des services pour que ces politiques « fonctionnent » malgré les ressources manquantes.

Mots clés : politiques de maintien à domicile ; État-providence ; managérialisation des politiques ; Québec ; France

The Shifting Borders of Home-Care Policies. Reconfiguration of the State Social Action in France and in Quebec

Older adults constitute what may be called a privileged “clientele” of the State: old-age health and retirement programs are in fact core policies of the welfare state. However, ageing policies in industrialized countries have increasingly converged since the 1990s towards the home as space of predilection for ageing. These new social policies face a very different environment from that of the golden age of the post-war welfare state. This article proposes to examine how these policies adapt (or not) to the new social, demographic and budgetary challenges of the present and, therefore, it aims to shed light on what they reveal about the wider transformations of the welfare state in the 21st century. The analysis rests upon a comparative study of Quebec and France and it relies on a review of scientific, institutional and professional documents. Three main trends have been observed: the ambiguity of the objectives pursued by these policies, the contradictory visions of the expected roles of individuals, families and the State, and the adoption of informal strategies so that these policies “work” despite their missing resources.

Key words: home-care policy; Welfare State; Public policy managerialization; Quebec; France

Adrien Sonnet, Ludovic Lestrelin, Marina Honta 

La fabrique des territoires du « bien vieillir » : recompositions du thermalisme et gouvernement municipal en France. Le cas de Bagnoles de l’Orne (Normandie) 

Résumé / AbstractArticle complet

Avec l’instauration de la Sécurité sociale et le remboursement des cures par l’Assurance maladie, les stations thermales françaises sont, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, consacrées comme des territoires d’accompagnement des pathologies et affections qui marquent l’avancée en âge. Intervient néanmoins, au cours des années 1990, une remise en cause par les pouvoirs publics du service médical rendu par les soins thermaux. Cette menace précipite la mobilisation des acteurs du thermalisme pour défendre les intérêts de la filière auprès de l’État. Organisés nationalement, ils cherchent alors à rappeler leur légitimité et leur savoir-faire dans la prise en charge du vieillissement pathologique. Mais ils se saisissent également du paradigme du « bien vieillir » et du « vieillissement actif », voyant là une opportunité de croissance pour relancer une activité par ailleurs fragilisée par la chute de fréquentation des établissements thermaux. Située en Normandie, la station de Bagnoles de l’Orne constitue un cas d’étude pour observer, au niveau local, la recomposition du thermalisme. Accompagnée et orientée par les élus dans un souci d’attractivité territoriale, la modernisation de l’offre thermale bouleverse des équilibres anciens. Ainsi deux vieillesses tendent-elles désormais à cohabiter sur ce territoire. Cherchant à adapter la cure aux enjeux récents de santé publique, les professionnels du thermalisme entendent continuer à accueillir des patients âgés et malades. S’est toutefois développée une seconde approche du vieillissement. Centrée sur la prévention, l’activité physique et le bien-être à destination d’un public bien portant et solvable, elle s’accorde avec la montée des injonctions au vieillissement réussi. 

Mots clés : thermalisme, vieillissement, territoires, gouvernement municipal, action publique

The Building of Ageing-Well Territories: Reorganizations of Thermatology and Municipal Government in France. The Case of Bagnoles de l’Orne (Normandy)

After World War II, French thermal cure centres came to be considered as territories where diseases and ailments linked to ageing were dealt with as the period was also that of the implementation of the Social Security and the repayment of mineral water cures by the Health Insurance. Nevertheless, the medical service offered by thermal care was challenged by the public authorities in the 1990s. This threat hastened the mobilization of thermatology’s players who organized themselves nationally in order to defend its interests to the State. Doing so, they aimed at reminding people of their legitimacy and expertise in terms of treating age-related ailments. But they also took up the paradigm of “getting old well” and “active ageing”, which they considered as a chance to boost a weakened business because of the dramatic decrease of thermal cure centres. This reorganization of French thermatology can be analyzed at a local scale through the case of Bagnoles de l’Orne’s thermal cure centre, located in Normandy. The modernization of the business was largely accompanied and oriented by the elected representatives who were willing to make the territories attractive, and it disrupted former agreements. Thus, two ways of growing old tend to coexist on this territory. Constantly looking for ways of adapting the cure to recent stakes in public health, thermatology professionals wish to keep welcoming old and ill patients. But a new approach of ageing also developed: centred on prevention, physical activity and well-being for healthy and solvent people, it goes alongside an increasing pressure laid on successful ageing.

Key words: thermatology, ageing, territories, municipal government, public policy

 

 

Les territoires des interventions professionnelles


Laurent Amiotte-Suchet et Annick Anchisi 

Quand les religieuses vieillissent en territoire séculier : la vie communautaire à l’épreuve de l’âge

Résumé / AbstractArticle complet

En Suisse comme en France, les communautés catholiques apostoliques de religieuses vieillissent. Lorsque le grand âge affecte l’autonomie des membres des congrégations, le recours à des professionnelles des soins est indispensable. Notre article se base sur une étude sociologique menée en Suisse et en France qui analyse la transformation de couvents de religieuses catholiques en maisons de retraite. Ces transformations nécessitent des arrangements quotidiens entre les religieuses et les équipes de soins. Mais ce pragmatisme des acteurs en présence, visant à maintenir entre eux des bonnes relations, implique une renégociation du niveau d’exigence de la vie religieuse communautaire. 

Mots clés : communautés religieuses, vieillesse, maison de retraite, professionnelles des soins, négociations, arrangements, sécularisation 

Nuns Getting Old in Secular Territories: Community Life Challenges with Old Age

In France and Switzerland, female Catholic apostolic communities are ageing. When old age starts impacting autonomy faculties within the religious congregations, the members cannot avoid but to request help from external nursing professionals. Although pragmatism prevails in their mutual relationships, this phenomenon generally results in the lowering of religious community life standards. 

Key words: religious communities, old age, nursing homes, professional careers, negotiations, adjustments

Alexandre Lambelet, David Pichonnaz et Valérie Hugentobler 

Les territoires de l’animation en établissements pour personnes âgées : concilier contraintes organisationnelles et souci de la qualité de vie des résident-e-s

Résumé / AbstractArticle complet

À partir de l’étude de deux cas, cet article interroge la place qui est accordée aux équipes d’animation — et donc à l’animation proposée — aujourd’hui dans les établissements pour personnes âgées. Dans le cadre d’une analyse organisationnelle, il montre comment l’animation (ou les équipes d’animation) n’existe ainsi pas in abstracto, mais est prise dans un système d’action, et qu’elle ne peut être comprise qu’au regard de celui dans lequel l’ensemble des acteurs de ces institutions prend place. Il montre, en creux, comment ces institutions informent ou façonnent les territoires de vie des résident-e-s. 

Mots clés : établissements pour personnes âgées ; animation (socioculturelle) ; travail social ; gérontologie sociale ; analyse organisationnelle

The Territories of Sociocultural and Social Work in Nursing Homes: Balancing Organizational Constraints and Care for Elderly People’s Life Quality

Stemming from a double case study, this article looks at the place allocated to social workers (“animators”) and to sociocultural activities in nursing homes. Organizational analysis shows that these activities and the “animators” who organize them are part of a “system of actions.” Therefore, sociocultural work in nursing homes cannot be understood by solely studying its internal logic. Other institutional actors and actions constituting the system must be taken into account. In parallel, this study shows how institutions contribute to shaping elderly people’s life territories.

Key words: nursing homes; sociocultural activities; social work; social gerontology; organizational analysis

Marion Villez

Relier le séparé, séparer le relié. Enquête sur l’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer en EHPAD

Résumé / AbstractArticle complet

Cette contribution se centre sur l’accompagnement professionnel en hébergement collectif (singulièrement en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes – EHPAD) des personnes atteintes de maladies d’Alzheimer ou de maladies apparentées. Elle analyse la manière dont cet accompagnement est pensé et l’expérience effective qu’en font tant les encadrants que les professionnels de première ligne. La question des modes d’accompagnement des personnes atteintes de troubles cognitifs en établissement d’hébergement est largement spatialisée, principalement au travers de l’identification d’unités dites spécifiques au sein des établissements. À partir d’une enquête qualitative au sein d’un corpus d’établissements en France, il apparaît que, bien que le débat soit sans cesse rejoué, cette spécialisation s’est imposée comme la forme incontournable d’adaptation au nouveau « public cible » constitué par les personnes atteintes de troubles cognitifs, invisibilisant par le fait même l’autre voie qui aurait pu s’avérer une réelle alternative : l’absence d’unités spécifiques. Il est également mis en évidence que la réalité, au quotidien, est plus complexe. Afin de « faire tenir ensemble » la collectivité des résidents, les professionnels construisent et réinventent sans cesse de subtils équilibres « dosant » les formes de spécialisation. Il s’opère ainsi une « pensée du commun en actes » autour d’une double tension : relier le séparé et séparer le relié.

Mots clés : maladie d’Alzheimer et maladie apparentée, établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, unité spécifique, pratiques professionnelles

Relinking the Separated, Dividing the Connected. Qualitative Field Survey on Dementia Care in Nursing Homes, in France

This article focuses on dementia in nursing home (especially in what is called in France EHPAD). It analyzes how dementia care has been designed and the staff and managers’ actual experiences. Is shows that space has taken a special place in dementia care in nursing homes, especially through the development of special care units. Thanks to an ethnographic field survey in a limited corpus of nursing homes, a more complex reality is discovered. In a context of constant debates, it appears that specific care in a special unit is widely accepted as a standard, according to the “sector-wide” and “target population” approach. Moreover, in the daily practices, fostered by a global approach which attempting to facilitate the cohabitation of the whole community of residents, care is built as subtle balances between the different forms of specialization. It is a “field common thought” process based on the following tension: relink what was separated, divide what is connected.

Key words: dementia, nursing home, special care unit, professional practice

Véronique Feyfant

Le domicile des personnes vieillissantes, lieu de mise à l’épreuve de la professionnalité des infirmières libérales

Résumé / AbstractArticle complet

La professionnalité des infirmières libérales françaises se définit par l’autodétermination de leur activité, liée à leur statut libéral. L’article interroge la mise à l’épreuve de cette professionnalité lorsque des infirmières libérales interviennent dans les domiciles des personnes vieillissantes. Considéré tour à tour comme un lieu physique et matériel, comme un lieu d’accès à une intimité à la fois corporelle et identitaire liée au vieillissement, et enfin comme un lieu de sociabilités possibles, le domicile est interrogé comme mettant potentiellement au défi la professionnalité infirmière libérale. Cet article est basé sur une enquête qualitative menée entre 2011 et 2013, auprès de 53 personnes, tant des infirmières libérales et autres aidants professionnels, que des personnes vieillissantes. Les entretiens et les observations de situations de soins ou de réunions entre professionnelles ont donné lieu à une double analyse thématique et par « cas » qui ont permis de révéler que les soins infirmiers libéraux peuvent être déterminés par des éléments extérieurs tels que les caractéristiques physiques du domicile, l’intervention d’autres professionnels avec qui les infirmières communiquent, les enjeux de la relation qui s’instaure entre acteurs, mais aussi la visibilité sociale des soins infirmiers effectués. L’ensemble de ces éléments fait apparaitre une forme d’« hétérodétermination » du travail infirmier libéral (qui estompe l’autodétermination précitée), montrant par là un déplacement d’enjeu. Ce qui importe n’est pas tant d’exercer son métier de soignant que de créer et maintenir un lien avec l’ensemble des acteurs impliqués dans l’accompagnement de la personne vieillissante à son domicile.

Mots clés : infirmières libérales, France, domicile, vieillissement, épreuve de professionnalité

Homes of the Elderly, a Place to Challenge the Professionalism of Self-Employed Nurses 

The professionalism of French self-employed nurses can be defined by the self-determination of their role, in conjunction with their independent status. The article examines how self-employed nurses’ professionalism is put to the test when working in the homes of the elderly. Defined successively as a physical and material place, where self-employed nurses have intimate access to ageing in both the physical sense and in terms of identity, as well as a place for social contact, the home is examined as a potential challenge to self-employed nurses’ professionalism. This article is based on a qualitative survey conducted between 2011 and 2013 involving 53 people who are both professional self-employed nurses and caregivers, as well as the elderly. The interviews and caregiving situations or meetings between professionals have resulted in a two-pronged, thematic and case-by-case analysis, which have revealed that the care dispensed by self-employed nurses can be determined by external factors, such as the physical features of the home, the intervention of other professionals with whom the nurses communicate, the stakes involved in the relationship between the actors and the social visibility of nursing care. All of these elements reveal a form of “hetero-determination” of self-employed nurses’ work (which undermines the self-determination mentioned above), therefore showing the shift of stakes, from the profession towards maintaining the professional link. 

Key words: self-employed nurses, France, home, ageing, challenge of professionalism

 

 

Les territoires de vie des aînés


David Gouard 

Le vieillissement des électeurs communistes à l’épreuve des vicissitudes du communisme municipal

Résumé / AbstractArticle complet

Le comportement électoral des anciens électeurs communistes au sein des quartiers populaires a souvent fait l’objet de controverses. Si une partie des recherches insistent sur la fidélité électorale qui continue de caractériser les générations ouvrières, d’autres recherches pointent au contraire la croissance de l’abstention et la progression du vote d’extrême-droite au sein de ces groupes sociaux. Cet article se donne précisément pour objectif d’interroger la diversité des trajectoires sociopolitiques des personnes âgées qui apportaient autrefois régulièrement leur soutien électoral en faveur des candidats communistes. Cette étude se fonde sur une enquête monographique et comparative de deux anciens quartiers ouvriéro-communistes de la région parisienne qui ont, depuis les années 80, connu des trajectoires sociales et politiques nettement contrastées. L’essentiel des matériaux d’enquête repose sur des questionnaires recueillis à la sortie des bureaux de vote, des entretiens et des observations. La comparaison des deux quartiers fait apparaître deux grands modèles de vieillissement. Dans le premier quartier, là où le fait communiste s’est largement émoussé, les populations âgées évoluent dans une forme d’anomie sociale et politique qui tend à nourrir la désaffiliation électorale à l’égard de l’ancien ordre politique local. À l’inverse, la revalorisation symbolique de l’autre quartier, là où les descendants de l’ancienne « aristocratie politique » locale se sont majoritairement installés, participe au maintien d’une cohésion intergénérationnelle et intragénérationnelle favorable à la fois à l’exercice de la citoyenneté à l’échelle locale, mais également au maintien d’une loyauté aux candidats communistes.

Mots clés : politisation ; vote ; monographie ; inégalités sociales ; municipalité communiste

The Ageing of Communist Electors Face the Contemporary Local Communism

The electoral behaviour of the former communist electors in the working-class areas is still a controversial issue in electoral analysis. Some studies underline the electoral faithfulness of the working-class generations, while others highlight the increase of abstention and extreme-right vote within the group. The goal of this is article is to summarize the study of the diversity of social and political biographies of elderly people who voted consistently for communist candidates. This survey is based on a monograph of two former communist working-class areas in the Parisian suburbs, each of which having followed a very different political path since the 1980s. Our data is derived from the results of exit polls, interviews and other observations. The comparison of these areas highlights two ageing models. On the one hand, where communist activism has almost disappeared, the elderly people live in a social and political anomy which contributes to disaffiliation towards the former local political order. On the opposite, the symbolic restoration of the second area, in which children of the former “local political aristocracy” have settled, contributes to maintaining an intergenerational and intragenerational link. This phenomenon facilitates a more active citizenship at the local level and loyalty to the communist candidates. 

Key words: guineapoliticization; electoral behaviour; monograph; social inequalities; local communism

Julien Simard

La participation de personnes vieillissantes dans les comités logement à Montréal : composer avec l’exclusion territoriale

Résumé / AbstractArticle complet

La possibilité de vieillir sur place, pour une catégorie de personnes d’un certain âge et disposant de faibles revenus, se trouve fragilisée dans certains quartiers centraux montréalais. Les personnes vieillissantes peuvent toutefois s’ajuster aux dynamiques urbaines. Dans le contexte précis de cet article, nous tenterons de déterminer les contours de la participation de personnes vieillissantes au sein de comités logement, en lien avec l’insécurité locative pouvant les affecter. Cet article, basé sur les premiers résultats et analyses d’une recherche en cours, mobilise le contenu de 14 entrevues semi-dirigées (7 réalisées avec des intervenantes et 7 avec des personnes vieillissantes participant aux activités des comités), de même que sur plusieurs mois d’observation participante. L’exclusion territoriale, ou l’épée de Damoclès qui plane sur les personnes vieillissantes résidant de longue date dans leur logement est mise à distance par la participation dans les comités logement, en fournissant aux individus du support juridique, social et symbolique. Les politiques publiques de vieillissement sur place devraient davantage prendre en compte la situation des personnes vieillissantes au sein du parc locatif privé.

Mots clés : vieillissement sur place, personnes âgées, droit au logement, participation sociale

The Participation of Ageing People in Tenants’ Associations in Montreal: Keeping Territorial Exclusion at Bay

The possibility of ageing on site, for a category of people of a certain age with low incomes, is weakened in some inner-city neighborhoods of Montreal. However, ageing people develop strategies and tactics to adjust themselves to urban transformations. In the precise context of this article, we will try to determine the outlines of ageing people’s social engagement within tenants’ associations, linking it to the housing insecurity they may experience. This article, based on preliminary results and analysis, digs on a total of 14 semi-directed interviews (half-conducted with community organizers, other half with ageing people participating in the activities of the associations), as well as several months of participant observation. Territorial exclusion, or the Sword of Damocles hanging over the heads of long-term tenants, is kept at bay through participation in the associations, because ageing tenants may have access to juridical, social and symbolic support. Public policies concerned with ageing in place must include the situation of ageing tenants in their action plans.  

Key words: ageing in place, ageing people, tenants’ movements, participation

Justine Rochot

« Un parc à soi » : les parcs, territoires de la vieillesse en Chine urbaine contemporaine

Résumé / AbstractArticle complet

Depuis une vingtaine d’années, les parcs de Chine urbaine sont largement mobilisés par les personnes âgées comme espaces de loisirs. Partant d’une enquête ethnographique menée au parc Ditan, à Pékin, cet article revient sur la manière dont les personnes âgées investissent cet espace et lui attribuent aujourd’hui des significations spécifiques. Après une historicization des usages et publics des parcs de Chine urbaine depuis leurs créations au début du XXe siècle, l’article se penche sur les raisons expliquant leur remobilisation récente par un nouveau public de retraités et sur les significations que ces derniers leur attribuent, dans un contexte de transformations urbaines et de tensions intergénérationnelles. 

Mots clés : Chine, parc, retraités, loisirs, famille, ethnographie

« A Park of One’s Own » : Parks, a Territory for the Elderly in Contemporary Urban China

Over the past twenty years, the parks of urban China have been intensively appropriated by the elderly as leisure spaces. Using data from ethnographic research undertaken in Beijing’s Ditan Park, this article analyzes the way the Chinese elderly invest in this territory and the meaning they assign to it. After a brief history of the uses and demographics of Chinese urban parks since their creation at the beginning of the twentieth century, this article analyzes the factors which can explain the recent utilization of these spaces by a new public of retirees, as well as the significance attached to it, in the context of urban transformation and intergenerational tensions. 

Key words: China, park, retirees, leisure, family, ethnography

Philippe Cardon

Faire les courses, préparer les repas et prendre en charge son conjoint. Postures de femmes retraitées face à la fermeture des commerces alimentaires de proximité

Résumé / AbstractArticle complet

Les courses alimentaires occupent une place centrale dans la vie quotidienne des personnes âgées, cette activité constituant le premier motif de sortie de celles vivant en centre-ville. La majorité de ces dernières vivent au quotidien dans un périmètre inférieur à 500 mètres. Ce périmètre ne cesse du reste de se rétrécir avec l’avancée en âge. Cela renforce le fait que la proximité de commerces et de services joue un rôle puissant d’intégration. Surtout, la proximité et la diversité des commerces alimentaires garantissent diversité et fraîcheur de l’alimentation des ménages de retraités. Partant, l’article étudie, à partir de deux monographies de couples de retraités, vivant dans un quartier périphérique d’une ville moyenne, l’impact de la disparition des commerces de proximité sur leur alimentation et leur mode de vie dans le contexte particulier de la prise en charge des maris atteints de maladies graves par leur conjointe. Entre la prise en charge de leur conjoint, la gestion des différentes activités domestiques et les contraintes liées à la disparition des commerces, les femmes rencontrées tentent de concilier identité pour soi et identité conjugale. Deux postures de contournement de la disparition des commerces de proximité émergent dès lors, chacune influençant différemment l’alimentation des ménages. La manière de faire face à la fermeture des magasins apparaît liée au style de vie et au milieu social du ménage, et s’exprime dans la façon dont les conjointes négocient identité pour soi et identité conjugale.

Mots clés : fermeture des commerces de proximité, couples de retraités, approvisionnement alimentaire, alimentation, prise en charge de la maladie, monographies

Go shopping, Prepare Meals and Take Care of her Spouse. Retired Women’s Postures in Front of the Closure of Food Proximity Trades

Food shopping occupies a central role in elderly everyday life. For elderly people living in city centres, it is the main motive for leaving the house. Most of them go about their daily lives within a perimeter of less and 500 metres; and this perimeter keeps narrowing as they advance in age. This shows how proximity of food shops can play a powerful role in their integration—and how the diversity of food shopping options in their vicinity guarantees more food diversity and freshness for retired people’s households. This article studies, from the monograph of two retired couples living in a mid-sized suburb, the impact of the rarefaction of food shops on food quality and lifestyle, particularly in the context of spouses having to care for husbands affected by serious illness. Between caring for their spouses, managing the domestic activities, and coping with the disappearance of food shops, women are trying to reconcile their personal and conjugal identities. Two postures of bypassing of the disappearance of food shops emerge, each modifying differently food households. The way one reacts the closing of shops is bound to the lifestyle and social background of the household, and it shows in the way spouses negotiate their personal and conjugal identities. 

Key words: closure of convenience stores, elderly couples, food supply, food, disease care, monographs