Philanthropie et fondations privées : vers une nouvelle gouvernance du social ?

Sous la direction de Sylvain Lefèvre et Johanne Charbonneau

Bill Gates et Warren Buffett, respectivement deuxième et troisième fortunes mondiales, ont entrepris, en 2010, de convaincre le maximum de milliardaires à s’engager, comme eux, à donner la moitié de leur fortune à des fondations et des œuvres caritatives.

 

cover-LSP74

 
TABLE DES MATIÈRES

 

Sylvain Lefèvre et Johanne Charbonneau

Présentation du numéro

Article complet

 

Partie 1 — Regards historiques et théoriques


Alice O’Connor

Contradictions de la philanthropie libérale face aux mouvements sociaux

Résumé / AbstractArticle complet

L’article présente une analyse historique des tensions et contradictions apparentes du rapport historique entre les fondations américaines et les mouvements sociaux, tout en proposant un cadre permettant de comprendre les différents rôles endossés par les fondations pour promouvoir les objectifs de ces mouvements. L’analyse, qui cherche à définir un cadre conceptuel et historique plutôt qu’à mesurer l’incidence du soutien des fondations, retrace les virages opérés dans la répartition globale de leur financement – et dans le rapport entre les mouvements et la philanthropie organisée – en trois points de jonction décisifs de la stratégie des mouvements sociaux. Le deuxième de ces points de jonction, celui des années 1960, a marqué un tournant majeur en incitant les fondations à donner un soutien plus important et plus visible aux objectifs des mouvements sociaux. En adoptant une perspective historique globale, le texte propose un examen en profondeur de ces grands virages et de la culture politique dans laquelle ils s’insèrent, face aux demandes des organisations de droits civiques, féministes et syndicales, de même qu’aux mesures gouvernementales de promotion sociale et d’égalité économique.

Abstract
This paper analyses the tensions and contradictions that have developed over time in the historical relationship between U.S. foundations and social movements, while proposing a framework for understanding the different roles that foundations assume in promoting the objectives of these movements. The analysis, which seeks to define a conceptual and historical framework rather than measure the impact of the foundations’ support, reviews the changes made in the overall distribution of their funding — and in the relationship between the movements and organized philanthropy — at three decisive junctures in the strategy of the social movements. The second of the three junctures, in the 1960s, marked a major turning point that prompted foundations to afford greater, more visible support to the social movements’ objectives. In taking an overall historical perspective, the author provides an in-depth examination of these major turning points and the political culture in which they occurred, against a backdrop of demands from civil rights, feminist and trade union organizations, and government initiatives to promote social advancement and economic equality.

Jean-Marc Fontan, Benoît Lévesque et Mathieu Charbonneau

Les fondations privées québécoises : un champ de recherche émergent

Résumé / AbstractArticle complet

L’émergence du capitalisme nord-américain est accompagnée d’un renouvellement des modalités de redistribution de la richesse. En complémentarité aux dispositifs publics et religieux se développe un mode privé de redistribution structuré autour d’organisations juridiquement incorporées comme des organisations sans but lucratif : les fondations privées à vocation philanthropique. Bien que leur existence remonte à l’Antiquité et que leur présence en sol canadien et québécois soit observable dès le début du xxe siècle, ce sujet a peu attiré l’attention des chercheurs canadiens et québécois. Après avoir situé le cadre global d’émergence et de développement de la philanthropie en Europe et des fondations privées aux États-Unis, l’article posera un état de situation très préliminaire sur les fondations privées au Canada et au Québec. Il se penchera sur les raisons qui expliquent le peu d’intérêt des chercheurs canadiens et québécois pour l’étude de la philanthropie et des fondations. Enfin, il présentera l’hypothèse selon laquelle il est important que la nouvelle sociologie économique se penche sur la philanthropie et les fondations publiques et privées afin d’en renouveler le cadre d’analyse.

Abtstract
The emergence of North American capitalism has gone hand in hand with a renewal of the means of redistribution of wealth. In parallel with public and religious systems, a private-sector mode of redistribution has developed, structured around entities legally incorporated as not-for-profit organizations: private philanthropic foundations. While their existence can be traced back to antiquity and they have been active in Quebec and the rest of Canada since the early 1900s, they have attracted little attention from Canadian researchers. Following a historical review of the emergence and development of philanthropy in Europe and of private foundations in the United States, the paper offers a very preliminary assessment of the situation of private foundations in Canada, focusing on Quebec. It also examines possible reasons for Canadian researchers’ lack of interest in philanthropy and foundations. Lastly, it argues that it is essential for new economic sociology to get to grips with philanthropy and public and private foundations so that it can develop a new framework for analysis.

Daniel Mato

Réseaux de think tanks, fondations, entrepreneurs, dirigeants politiques et professionnels pour la promotion des idées (néo)libérales à l’échelle mondiale

Résumé / AbstractArticle complet

L’article analyse les pratiques et les orientations du discours de trois institutions privées qui ont joué des rôles clés dans la promotion des idées (néo)libérales à l’échelle mondiale : la Société du Mont-Pèlerin, l’Institute of Economic Affairs (IEA) et l’Atlas Economic Research Foundation, en tenant compte des pratiques des acteurs sociaux globaux, locaux et nationaux, et des relations transnationales qu’ils établissent entre eux. L’étude vise à analyser les façons dont sont produites et communiquées, dans une situation de complexes de relations transnationales à l’époque actuelle de globalisation, les représentations sociales des idées socialement et politiquement significatives.

Abstract
This paper examines the practices and stated policy orientations of three private institutions that have played key roles in promoting (neo-)liberal ideas worldwide: the Mont Pelerin Society, the Institute of Economic Affairs (IEA) and the Atlas Economic Research Foundation, in light of the practices of local, national and international stakeholders, and the transnational relationships they develop with each other. The author analyses the ways in which social representations of socially and politically significant ideas are produced and communicated in a context of complex transnational relationships and globalization.

Frédéric Lesemann

« Nouvelles fondations privées » et transition de « régimes institutionnels »

Résumé / AbstractArticle complet

Depuis la fin des années 1980, de « nouvelles fondations privées » ont vu le jour, caractérisées par une volonté d’innover dans le domaine de la philanthropie. Issues d’une culture de marché, elles s’inscrivent dans un processus actif de redéfinition de la gouvernance des sociétés et des responsabilités respectives du marché, de l’État et des organisations de la société civile. À propos d’un exemple québécois, l’article développe l’idée que l’émergence de ces « nouvelles fondations » signale une transition en cours d’un « régime institutionnel » caractéristique d’une « économie de marché coordonnée » à celui d’une « économie de marché libérale », ou du moins que beaucoup d’élites économiques voudraient voir libéralisée, ce qui ne semble toutefois pas être l’aspiration d’une majorité de la population.

Abstract
Since the late 1980s, “new private foundations” that have shown a distinct desire to innovate in the area of philanthropy have been established. The product of a market culture, they are part of an active process of redefining corporate governance and the respective responsibilities of the market, the State and the organizations of civil society. Taking a Quebec example, the author develops the idea that the emergence of these new foundations signals an ongoing transition from an “institutional regime” characteristic of a “coordinated market economy” to one typical of a “liberal market economy,” or at least an economy that many elites would like to see liberalized, even if this does not seem to be something most people want.

 

Partie 2 — Les fondations et le politique


Élisa Chelle

Un patronage philanthropique. La fondation Rockefeller et le traitement de la pauvreté à New York depuis 2007

Résumé / AbstractArticle complet

La fondation Rockefeller est bien connue pour son action internationale. Basée à New York, elle est historiquement engagée dans le traitement des problèmes sociaux. En 2007, elle a cofinancé une expérimentation destinée à lutter contre la pauvreté au sein de plusieurs quartiers de la ville. Initiative du maire Michael Bloomberg, ce programme baptisé « Opportunity NYC » propose aux populations les plus démunies des récompenses financières en échange de l’adoption de certains comportements censés améliorer leur condition, comme travailler plus ou emmener leurs enfants chez le médecin. L’article analyse le rôle et la portée de cette forme de patronage philanthropique, source d’exemplarité mais aussi de controverses.

Abstract
The Rockefeller Foundation is well known for its international work. Based in New York, it has a history of commitment to tackling social problems. In 2007, it co-funded an experimental project to fight poverty in a number of inner-city neighbourhoods. An initiative of Mayor Michael Bloomberg, the Opportunity NYC program offered disadvantaged citizens financial rewards if they adopted certain behaviours that, it was argued, would improve their situation, such as working more or taking their children to the doctor. The paper examines the role and scope of this form of philanthropic patronage, which is exemplary to some, but a source of controversy to others.

 

Rozenn N. Diallo

Vers une gouvernance privatisée et internationalisée de la conservation. Étude de cas autour du « partenariat public-philanthropique » du parc national de Gorongosa, au Mozambique

Résumé / AbstractArticle complet

Le secteur de la conservation, entendue comme la protection de la biodiversité, est marqué en Afrique subsaharienne par la forte présence d’acteurs internationaux : bailleurs de fonds, organisations internationales de la conservation et fondations privées. Le contexte d’extraversion de l’État, c’est-à-dire d’une forte dépendance vis-à-vis des ressources et des acteurs internationaux, sous-tend un discours faisant la promotion d’une privatisation de la nature. L’accent est en effet mis sur l’implication du secteur privé, et notamment sur les partenariats public-privé – maîtres d’oeuvre d’un développement efficace, alliant prise en compte sociale et efficacité économique. L’exemple du parc national de Gorongosa, dans la région centre du Mozambique, cogéré depuis 2008 par l’État et la fondation Carr, fondation philanthropique américaine, illustre ce nouveau mode de gouvernance de la conservation.

Abstract
The field of conservation, in the sense of protecting biodiversity, is characterized in sub-Saharan Africa by the activities of a large number of international players: donor agencies, international conservation organizations and private foundations. The context of extraversion of the State — that is, of heavy dependency on outside resources and players — underlies a discourse that promotes the privatization of nature. Emphasis is placed on the involvement of the private sector, and in particular on public-private partnerships — the stewards of effective development that blends social considerations with economic efficiency. Gorongosa National Park, in central Mozambique, which since 2008 has been co-managed by the State and the Carr Foundation, a U.S. philanthropic organization, is an example of this new mode of conservation governance.

Jonathan Paquette

Le tournant social de la philanthropie culturelle anglaise : institutions culturelles et gouvernance des problèmes sociaux

Résumé / AbstractArticle complet

En Angleterre, depuis quelques années, on constate d’importantes transformations dans les pratiques et les valeurs de la philanthropie culturelle. Des aspirations sociales de la bourgeoisie industrielle à l’émulation du leadership organisationnel, la philanthropie culturelle aurait entrepris un virage social. L’article documente l’évolution de l’identité de la philanthropie culturelle ainsi que ses liens avec les politiques et les organisations culturelles de l’Angleterre au cours des trente dernières années. Ce faisant, il prend en compte l’évolution des politiques culturelles conservatrices (1979-1997) et travaillistes (1997-2010). La réinvention « sociale » de la philanthropie culturelle représente un véritable défi pour les organisations culturelles, et notamment pour les musées nationaux, qui sont désormais moins les destinataires de l’aide que les instruments pour réaliser les ambitions et les projets sociaux de leurs philanthropes.

Abstract
In England, over the last few decades, major changes have taken place in the practices and values of cultural philanthropy. From the social aspirations of the industrial bourgeoisie to the emulation of organizational leadership, cultural philanthropy appears to have undergone a social transformation. This paper documents the development of the identity of cultural philanthropy and its ties with England’s cultural policies and organizations over the last 30 years. In doing so, it reviews the changes in cultural policies under the Conservative (1979–1997) and Labour (1997–2010) governments. The “social” reinvention of cultural philanthropy represents a genuine challenge for cultural organizations, especially national museums, which have become less the recipients of aid and more the instruments by which philanthropists seek to achieve their ambitions and social aims.

Clément Bastien

L’hétéronomie de la philanthropie européenne

Résumé / AbstractArticle complet

L’analyse prosopographique des membres du conseil d’administration du Centre européen des fondations fournit un point d’entrée pour l’étude des luttes de définition dont la philanthropie européenne est le sujet. Elle permet notamment de montrer la forte hétéronomie d’un espace théoriquement soumis à l’exigence d’universalité : vocation le plus souvent tardive et liée à des espaces pourvoyeurs diversifiés (voire antagonistes), la philanthropie fonctionne pour beaucoup sur la logique du titre honorifique ouvrant ou consolidant un pouvoir multipositionné. Particulièrement sujette, par conséquent, à toutes les formes d’appropriation, elle apparaît comme l’une des modalités réglées de la lutte entre différents principes de légitimité au sein du champ du pouvoir, par laquelle se jouent, en partie, les reconfigurations des modèles d’intervention sociale.

Abstract
Prosopographic analysis of the members of the governing council of the European Foundation Centre provides an entry point for the study of definitional struggles taking place within European philanthropy. The findings underscore the strong heteronomy of a space theoretically subject to the requirement of universality. A vocation often taken up late in life and tied to diversified (if not antagonistic) types of donors, philanthropy works, for many, on the logical basis of an honorific title opening up or consolidating a multipositioned power base. Being particularly subject, therefore, to all forms of appropriation, it appears to be one of the regulated means of struggle between different principles of legitimacy within the field of power, through which the reconfigurations of social intervention models are, in part, being played out.

 

Partie 3 — Les fondations, les acteurs de terrain et le rôle de l’expertise


Alexandre Lambelet

Quand le roi choisit sa favorite, les prétendantes grimacent. Formes d’intervention de l’État et structuration du champ associatif et philanthropique dans l’aide à la vieillesse en Suisse

Résumé / AbstractArticle complet

La privatisation ou la délégation à des organisations privées d’un certain nombre de services ordinairement rendus par les collectivités publiques peut être l’occasion d’une interrogation sur le fonctionnement de l’action étatique. Elle peut également être l’occasion de réfléchir, dans un renversement de questionnement, aux conséquences de ces délégations ou de ces privatisations sur la structuration du champ de l’action associative. En effet, s’il y a transformation de l’action étatique, il y a également transformation du monde associatif du fait de ces délégations. À partir du cas de l’aide à la vieillesse en Suisse, nous voudrions faire l’hypothèse que des lignes de clivage émergent, au sein du champ associatif, du fait de l’existence même de ces délégations. Les subventions ou les contrats de prestations offrent en effet des ressources ou des rentes de situation à certains groupes et pas à d’autres. Ils contraignent pour une part leurs conditions de prise de parole et d’action, et sont dès lors l’objet de remises en cause et de tensions.

Abstract
Privatization, or the outsourcing to private organizations of a number of services ordinarily provided by public agencies, provides an opportunity to raise questions about the workings of State action. Conversely, it is also an opportunity to reflect on the impact of this outsourcing, or privatization, on the structuring of the field of associative action. As State action is being transformed, associations are also undergoing radical change as a result of the outsourcing. Taking as a case in point old age assistance in Switzerland, the author hypothesizes that the very privatization of services is causing splits to emerge between associations. Grants or contracts for the supply of services provide resources or positional advantages to certain groups, but not to others. They have the effect of limiting the conditions under which associations can speak out or take action, and are therefore the focus of challenges and tensions.

Élise Ducharme et Frédéric Lesemann

Les fondations et la « nouvelle philanthropie » : un changement de paradigmes scientifiques et politiques

Résumé / AbstractArticle complet

Les fondations de la « nouvelle philanthropie » portent un regard critique sur l’organisation sociale et sur l’action politique et tendent à imposer une nouvelle manière de gérer le social. Au Québec, la Fondation Lucie et André Chagnon s’inscrit dans la logique de ce mouvement. Les recherches effectuées à son sujet ont permis de faire ressortir quelques-uns des impacts de sa présence sur les acteurs du terrain de l’action sociale et communautaire. La situation constatée reflète une nouvelle logique d’action qui correspond à de nouveaux paradigmes que l’on retrouve à la fois dans le champ scientifique et dans le champ de la gouvernance, et qui concurrencent ceux sur lesquels reposent des années de pratiques de terrain.

Abstract
The foundations of the “new philanthropy” take a critical view of social organization and political action and tend to impose a new way of managing social issues. In Quebec, the Fondation Lucie et André Chagnon is typical of this movement. Research has revealed some of the impacts the foundation has had on groups working in the area of social and community action. The findings reflect a new logic of action that corresponds to new paradigms found in both science and governance, and that are competing with those on which years of practice in the field are based.

Thomas Alam

Quand l’expert montre la lune, le sociologue regarde le doigt. L’expertise d’un think tank européen destiné à la promotion d’un PPP en santé

Résumé / AbstractArticle complet

L’article s’organise autour d’une sociologie des acteurs de la promotion d’un PPP dans le domaine de la prévention de l’obésité. Il interroge les conditions savantes de légitimation d’un programme d’action publique financé en partie par des industriels souvent réputés responsables du problème. Post-doctorant dans le cadre d’un thinktank dédié à cet effet, l’auteur propose de combiner approches externaliste et internaliste de l’expertise et de tirer profit de sa participation observante pour comprendre comment le PPP se répand avec une facilité étonnante en tant qu’instrument pragmatique et neutre.

Abstract
This paper provides a sociological analysis of the parties involved in promoting a public-private partnership (PPP) in the area of obesity prevention. It examines the scholarly issues associated with legitimizing a public action program funded in part by the same manufacturers often regarded as being responsible for the problem. A post-doctoral researcher at a think tank set up for this purpose, the author combines externalist and internalist approaches to expertise and takes advantage of his involvement as an observer to try to understand how PPPs have spread with such surprising ease as pragmatic, neutral instruments.

Table ronde

Le rôle des fondations privées au Québec : un point de vue de l’intérieur

 

Notes de lecture


David Hammack

Considérations sur les fondations philanthropiques américaines

Mélanie Claude

COHEN, YOLANDE. 2010. Femmes philanthropes, catholiques, protestantes et juives dans les organisations caritatives au Québec, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal