Médias communautaires ou médias libres

La contribution québécoise à ce numéro consacré aux médias reflète les tâtonnements de notre comité de rédaction dans la recherche d’une définition plus claire des orientations, de la place et du style que nous voudrions voir assumer par la revue. (…)

 

cover-LSP06

 
TABLE DES MATIÈRES

 

 

Médias communautaires ou médias libres


 

Québec

 

Introduction

Article complet

Lorne Huston

Les mensonges que l’on écrit pour se sentir honnêtes

Résumé / AbstractArticle complet

À partir de la comparaison de trois journaux produits à Montréal, l’un journal militant « non-aligné », l’autre, revue alternative et le troisième, journal communautaire de quartier, l’auteur s’interroge sur le statut du discours prôné par chacun de ces médias écrits. Que révèlent-ils du rapport qu’ils établissent à leurs lecteurs ?

Écrire pour le mouvement syndical et populaire, l’alternative douce et subversive, ou la participation des citoyens, n’est-ce pas là produire autant des mensonges que des vérités ? Créer un message, c’est d’abord se créer soi-même, affirmer sa propre existence avant celle de la situation que l’on décrit. Et dans ce sens, tout message est mensonge.

Mais ces mensonges sont aussi des résistances aux mensonges des autres qui nient les vérités que l’on vit. Refuser le silence, chercher à parler de ses propres réalités, n’est-ce pas refuser d’être complices des mensonges du pouvoir des autres, essayer de se sentir honnêtes ?

Lies we write to feel honest

The author looks at three types of publications from Montreal: a « non-aligned » leftist monthly, an « alternative » magazine and a community newspaper, each of which tries to communicate its own myths in its own way to its readers.

To write for the workers and masses, for soft subversion or for citizen participation involves us in as many lies as truths. The creation of a message is first and foremost a self-affirmation and only secondarily a description of a particular situation.

It is not enough however to say that each message is also a lie. Our lies are also attempts to resist the lies of others that deny the truths that we live. To refuse to be silent, to try to write about our own realities, are not these ways we refuse to be accomplices of the lies of Power. Maybe we write lies in order to feel honest.

Comité du Québec

Débat : en marge des mensonges

Article complet

Comité du Québec

Débat : les enjeux des médias autonomes

Résumé / AbstractArticle complet

Trois journalistes ont rencontré des membres du comité de rédaction de la Revue pour débattre de l’évolution récente de la presse alternative au Québec et poser la question de sa marginalité économique, mais aussi politique.

The Political and economic marginality of autonomous media

Three journalists met with members of the editorial committee of the Review to discuss and debate the recent evolution of the autonomous media in Québec. The factors which tend to reinforce the economic and political marginality of these media were at the center of our discussions.

Pierre Vennat

Les revues socio-politiques : pourquoi les journalistes n’y sont pas ?

Article complet

Michel Sénécal

Médias communautaires au Québec : état de marginalité ou marginalité d’État

Résumé / AbstractArticle complet

Le Québec est longtemps apparu comme la terre de prédilection des médias communautaires. Ces pratiques ont le plus souvent été liées à des projets d’aide gouvernementale. Mais actuellement les subventions d’État ne peuvent plus suffire à assurer la continuité de ces expériences.

On ne peut considérer les médias communautaires comme un bloc homogène ou leur prêter une image d’expériences progressistes ou d’alternatives par simple opposition aux médias de masse.

Pour les comprendre et en mesurer les enjeux, il convient de situer les médias communautaires dans le cadre du développement politique, économique et culturel de la société québécoise. C’est précisément à quoi s’attache cet article qui dresse un cadre d’analyse global de compréhension des médias et tente d’évaluer leur développement probable dans un contexte de pénurie.

Community media: a state of marginality or marginality of the State

Québec has the reputation of being rich in community media experimentation and it is true that the government has encouraged several projects but now, State grants can no longer meet even the most pressing needs.

It is not possible to look at community medias as a homogeneous entity or to consider them as basically progressive or inherently innovative as opposed to the mass media.

Community media should be understood and analysed within the more general framework of the political, economic social and cultural development of Québec society. This is the task that the author sets for himself in this article. He concludes with his prognostics for the development of community media in Québec in the present context of budget cutbacks.

Michel Sénécal

Hors du « communautaire » point de salut ?

Article complet

Frédéric Lesemann, Jean-Marie Gourvil et Pierre Hamel

Les radios communautaires au Québec : de la radio de quartier à la radio « national-communautaire »

Résumé / AbstractArticle complet

Il faut lire la présentation de ce dossier en référence à l’article précédent de M. Sénécal. Le domaine de la radio communautaire constitue un bon exemple de l’articulation des entreprises autonomes et des interventions de l’État.

L’article rapporte tout d’abord l’expérience d’une radio de quartier à Montréal axée sur une volonté de prise en charge « populaire » de ce média.

C’est ensuite l’action de l’Association des radios communautaires du Québec qui est rapportée, ainsi que le discours d’un agent gouvernemental de développement des radios. Ces deux témoignages, même s’ils sont prononcés à partir de « lieux » officiellement différents, frappent par leur grande similitude.

Enfin l’article s’intéresse au discours gouvernemental à propos des radios, caractérisé par une volonté politique de participation sociale et de développement de l’identité québécoise, là où le projet nationaliste cherche à rejoindre… les communautés.

Community Radios in Québec: From neighbourhood radios to the « National-Community » radios

This article should be read as an annex containing practical illustrations of the arguments presented by Michel Sénécal in the preceding article. The community radios of Québec are an excellent example of the way that local initiatives are coordinated and organized by the State.

The article begins with a description of a neighbourhood radio station in east Montréal which is particularly concerned with the issue of community control.

The aims of the Québec Association of Community Radios are then explained and an interview with one of the government functionaries responsible for the aid and development of community radios is presented. Although these two sources of information are officialy separate, one cannot but help noticing the degree to which they seem to see things in the same way.

The article then turns to look at the official government policy concerning community radios which emphasizes the political determination to participate in the development of a social and cultural identiy for Québec. Here we see how the nationalist objectives of the government try to link up with the communities.

Janine Hohl et Lorne Huston

Une histoire de femmes : entrevue avec Sophie Bissonnette

Résumé / AbstractArticle complet

Une histoire de femmes est un film de S. Bissonnette qui traite du rôle des femmes de mineurs lors de la grève que leurs maris ont menée pendant plus de huit mois à Sudbury (Ontario) contre la Compagnie International Nickel, en 1979.

Ensemble, les femmes découvrent l’ampleur de l’entreprise de la compagnie sur leur vie personnelle et sur leur vie collective. D’abord hésitantes, puis déterminées, elles remettent en question leur rôle traditionnel d’appui et découvrent leur propre force dans la lutte contre l’INCO.

L’entrevue accordée par la cinéaste porte sur l’utilisation du médium cinématographique dans une perspective de mobilisation sociale, l’engagement politique du cinéaste, les problèmes financiers et leur incidence sur la production du film, le rapport au groupe filmé et sur le mode de distribution qui est réservé à un film militant.

A Wives’ Tale

A Wives’ Tale is a recent documentary film concerning the role of the miners’s wives during an eight month strike at the International Nickel Company in Sudbury, northern Ontario.

Together, the women discovered the degree to which INCO influenced both personal and social life in the community. At first somewhat hesitantly, but with more and more determination as the strike went on, these women refused to accept the traditional support role in the struggle against INCO.

S. Bissonnette, who was one of the co-directors of this film, talks about the use of the cinematographic medium in the context of socio-political struggles, the role of the filmmakers own political commitment, the financial problems and their consequences on the way in which the film was produced. The interview concludes with a discussion of the relationship that was created between the filmmakers and the group of women and the reactions which the film provoked since it came out.

Bernard-Richard Émond

Une morale de la transparence : entretien avec Arthur Lamothe

Résumé / AbstractArticle complet

Arthur Lamothe, cinéaste québécois a entrepris de constituer depuis 1973 une Chronique des Indiens du Nord-Est du Québec. Il réalise cette oeuvre considérable de façon indépendante.

Le cinéma direct ne produit pas le réel, il produit, à partir de lui, autre chose. Lamothe en est extrêmement conscient et son parti-pris de simplicité fait que cet « autre chose » reste conforme à la culture amérindienne tout en témoignant du processus d’aliénation et de dépossession auquel elle se trouve confrontée. Lamothe tient à la transparence de ses interventions. En établissant une distance entre le dit des Amérindiens et sa propre parole, il veut échapper au jeu de miroirs du cinéma direct.

A Morality of transparency

Arthur Lamothe, an independent Québec filmmaker, has been working on a Chronical of the Indians of North-Eastern Québec since 1973.

« Direct cinema » does not attempt to reproduce reality but to use a real situation as a basis for creation. Lamothe is particularly conscious of this fact and has sought to use the most « simple » situations of every-day life in such a way that they can portray the North-American Indian culture while at the same time showing the processes of alienation and cultural expropriation at work.

Lamothe’s own role is thus part of his films. By showing the distance between the life of the Indians and his own perspective, he tries to escape the prison of mirrors that is so often the result of direct cinema.

 

Belgique

 

L’équipe de coordination de ce numéro

Introduction

Article complet

Bruno Soudan

L’arme à l’oeil

Résumé / AbstractArticle complet

L’Arme à l’oeil est un journal militant de la région de Tubize en Belgique qui concrétise un projet d’information, à la fois local et régional quant à ses sources, politique par la circulation des informations qu’il permet et démocratique dans sa distribution et sa production.

L’Arme à l’oeil constitue un puissant moyen de pression qui dénonce des situations d’abus commerciaux, d’inefficacité des pouvoirs communaux ou d’injustice sociale.

L’idée est simple : on veut tout simplement raconter la vie ordinaire pour la changer et c’est cette simplicité même qui fait de ce journal un instrument de mobilisation et de changement. Organiser en permanence cette « prise de liberté », c’est l’objectif de ce journal-action.

L’arme à l’oeil

L’Arme à l’oeil is a leftist newspaper in the region of Tubize in Belgium which concentrates on local and regional information. It has a political impact not only through its editorial policies but also through the information that it permits to circulate among different groups in the area and through the democratic nature of its production and distribution policies.

L’Arme à l’oeil provides a vigorous forum for public criticism of business mismanagement, municipal inefficiencies and social injustices.

The newspaper seeks to describe daily life with a perspective towards changing it. To attempt to give form and credibility to these daily struggles for freedom is the primary objective of this newspaper.

Comité belge

Radio libre, expression libre et libre entreprise

Résumé / AbstractArticle complet

Il existe en Belgique francophone 140 radios libres, actuellement. Une majorité d’entre elles sont regroupées au sein de l’Association pour la libération des ondes (A.L.O.). C’est à travers les réalisations de l’A.L.O. que sont ici abordés divers problèmes qui se posent aux radios libres.

D’abord, celui de la légalisation des radios longtemps revendiquée, mais que l’on craint maintenant à cause de l’arrivée massive des commerçants et des politiciens sur les ondes. Celui, également de la publicité et, au-delà, du financement des radios. Celui du pluralisme et de ses diverses composantes. Enfin celui du statut des radios comme outils d’action plutôt que comme finalités.

Free Radios, Free Speech and Free Enterprise

At the present time in francophone Belgium there are some 140 free radios. The majority of them have joined together in a Association for the Liberation of Airwaves. This article looks at the experiences of the Association and discusses some of the problems that the free radios are facing.

First of all, the question of the legalization of free radios which has been demanded for a long time but which poses the problem of flooding the airwaves with commercial and old-time political interests. The problem of publicity is also a thorny one which involves both the question of financial survival and political independance. The debate on pluralism and its various aspects is another theme that is looked at in this article. And finally there is the question of radios as tools for action rather than goals in themselves.

Jean-François Hogne

Radio Borinage, une nouvelle liberté une alternative ?

Résumé / AbstractArticle complet

Voilà l’expérience d’une radio libre poursuivant un objectif d’éducation permanente au niveau d’une région particulièrement touchée par la crise économique.

L’équipe de cette radio est dans sa composition même très proche de son public, en prise directe avec la vie des travailleurs, des chômeurs, la vie scolaire, les quartiers d’habitation. On informe sur les emplois disponibles, les démarches à suivre pour obtenir un logement social, un contrat de travail…

Autour de ce projet de radio naissent quantité d’activités qui contribuent à faire de radio-Borinage un instrument de mobilisation régionale.

Radio Borinage

This article describes the experience of a free radio that seeks to develop a programme of adult education in an area particularly hard-hit by the economic crisis.

The group that runs this radio is representative of the public it seeks to reach: the workers and the unemployed. The programmes are oriented towards the daily problems that these people meet in their work, in their schools, in their housing developments.

The radio has been able to stimulate several related activities which in turn has helped to make Radio-Borinage an instrument of regional mobilization.

Jean-Pierre Braine, Philippe Deric et Claude Verniers

L’homosexualité et les médias

Résumé / AbstractArticle complet

La banalisation de l’homosexualité est un des moyens de lutter contre le tabou que constitue encore l’homosexualité dans la société belge, et les médias peuvent y contribuer considérablement.

Pourtant on parle peu de l’homosexualité dans les médias écrits. Les rares émissions télévisées provoquent des remous politiques. Les radios libres par contre sont un lieu de communication privilégié. Un piège cependant demeure : fonctionner en circuit fermé où les uns crient leur « différence » et les autres limitent leur engagement à une écoute passive.

Homosexuality and the medias

The banalization of homosexuality is one way of fighting against the tabou which still surrounds homosexuality in Belgium and medias can contribute significantly in this respect.

Nevertheless, homosexuality is rarely mentioned in the printed medias and the rare television programmes on the subject have created heated controversies. Free radios, on the other hand, have been a particularly favourable means of communication. A serious problem remains however: how can one go beyond the stage of simply talking about one’s « differences » while the rest just listen passively?

Marc Sontrop

Donner la parole aux détenus et internés

Résumé / AbstractArticle complet

Le journal Liberté s’inscrit dans le cadre de l’action de comités de défense des internés et prisonniers. L’entrevue porte sur le projet poursuivi par le journal, les difficultés de rejoindre les prisonniers, à cause des obstacles mis à sa diffusion par l’administration pénitentiaire, mais aussi de l’apparent désintérêt des détenus eux-mêmes.

Un projet d’émission de radio libre préparé par les comités de défense à destination des détenus devrait permettre de compléter l’action du journal.

Freedom of speech for prisoners

The newspaper Liberté is part of a project by Prisoner Defense Committees. The interview concerns the newspaper’s objectives and the difficulties it encounters in working closely with the prisoners due in part to the obstruction of prison authorities but also due to the apparent lack of interest on the part of the prisoners themselves.

A programme on one of the Free Radios which is prepared by the Defense Committee should help to reinforce the impact of the newspaper.

Wilbur Leguèbe

R.T.B.F. « Entrée libre » au public

Résumé / AbstractArticle complet

La Radio-Télévision belge a inauguré en 1975 un programme dans lequel elle permet à des groupes, même informels, de s’exprimer librement, en leur fournissant les moyens et l’aide technique, sans cependant intervenir sur le contenu du programme.

Que s’est-il passé alors ? On constate pour l’essentiel beaucoup de mimétisme des émissions courantes de télévision de la part des soixante groupes qui ont eu l’occasion de se présenter devant le grand public. Si le produit s’est souvent avéré décevant, le travail préparatoire avec les groupes a par contre été passionnant dans l’effort de clarification de ses idées pour pouvoir les exprimer devant un public hétérogène et imprécis.

Les meilleures émissions ont été celles produites par des groupes qui les utilisèrent dans le cadre d’une action, tout en les destinant à un public précis. L’émission n’était plus une activité annexe, mais un moment important de l’action.

The Belgian Radio and Television Corporation: Free access to national airwaves

In 1975, the Belgian Radio and Television Corporation inaugurated a programme in virtue of which groups can freely prepare their own programmes for national television. Financial and technical aid is provided without regard to the content of the programme.

How was this possible? For one thing, the author notes, the majority of the sixty or so groups that have prepared programmes have simply contented themselves with mimicking programmes already on television. The fact remains however, that although the finished product has often proved disappointing, the prepatory work with the groups involved in the attempt to clarify their ideas for a mass audience has often been extremely interesting.

The best programmes have been the ones which were prepared by a group involved in a campaign of action of one sort or another. When this was the case, the programme was not just a subsidiary activity of the group but rather a key moment in their campaign.

Monica Glineur

Petites histoires et « petites gens » pour grande radio

Résumé / AbstractArticle complet

L’auteur travaille à la Radio belge (R.T.B.) dans le cadre d’une émission visant à raconter l’histoire de la Belgique à travers des témoignages populaires. Elle fait part de son expérience de travail, de ses difficiles rapports avec les historiens qui prétendent détenir l’interprétation finale des séquences de vie dont témoignent les acteurs, de la fonction des prémontages des entrevues et de leur inévitable effet de censure…

Ordinary stories of ordinary people for professional radio

The author works for the Belgian Broadcasting Corporation on a programme which seeks to relate the history of Belgium through the experiences of ordinary people. She explains her work, the difficulties she encounters with professional historians who claim to have the definitive interpretation of the events that these people talk about. She concludes her article by discussing the way the editing constitutes censure.

 

Suisse

 

Le comité suisse de la RIAC

Introduction

Article complet

Gérard Beroud

Télévision locale dans l’ouest lausannois, l’autopsie d’un échec

Résumé / AbstractArticle complet

L’auteur analyse ici l’une des rares expériences de TV locale menée en Suisse et à laquelle il a lui-même participé. Huit ans de tentatives de constituer une télévision locale qui « donnerait la parole aux usagers » aboutissent à un échec dans le sens où les autorités locales s’efforcent d’exercer un contrôle croissant sur le projet, le soumettant à leurs intérêts. Mais ce projet a agi comme un révélateur : les enjeux politiques de la communication sont devenus plus présents, les partisans et adversaires ont dû se situer. « En cherchant le pouvoir de l’image on a fini par se retrouver face à l’image du pouvoir ».

Local television in west Lausanne: autopsy of a failure

The author analyses one of the rare attempts at creating a local television station in Switzerland and in which he participated. After eight years of attempts to run a television that would encourage public participation, the television has ended up in the hands of the municipal authorities. Nevertheless, this project has shown clearly the different interest involved in the field of communications and both the partisans and adversaries of public control over television have been forced to commit themselves.

Guy Milliard et P.-H. Zoller

Médias et lieux de formation : quelques enjeux

Résumé / AbstractArticle complet

Les deux auteurs sont, l’un, cinéaste et l’autre réalisateur de télévision. Ils enseignent à Genève dans le domaine des médias et de la communication. À ce titre, ils comparent ici l’itinéraire personnel qui les a amenés à investir l’enseignement des médias. Dans le cadre de deux lieux de formation, et à partir d’expériences initiales différentes, des convergences de thèmes et de préoccupations pédagogiques leur apparaissent significatives. « Les interrogations sont multiples, tout comme les champs de savoirs spécialisés susceptibles d’y répondre. Dès lors quelle est la marge de manoeuvre laissée à ceux qui, tout en ne se prétendant pas savants en la matière, s’efforcent de ne pas être dupes ? »

Media and training programmes: some of the issues at stake

The two authors are professionally active in the medias: one as filmmaker, the other as television director. They also give courses on media and communication in Geneva. In this article they compare their itineraries that led them to teaching. Their work situations are quite different as were their initial experiences in the field and yet they find that there are significant points of convergence concerning the themes and teaching methods that they prefer. « The questions are multiple and the fields of knowledge that can help to answer them are just as varied. How can one attempt to respond to this necessity of multidisciplinarity without being superficial? » The authors attempt to furnish some ideas that can help answer this question.

Nicolas Tschopp

L’accès du public à l’organisation de la tv : une ouverture sans risque ?

Résumé / AbstractArticle complet

N. Tschopp a été élu au nouveau comité des usagers de la télévision suisse qui récemment a décidé d’« assurer une liaison plus satisfaisante avec des représentants de son public ». Quelle est la signification de cette réforme ? Quelles possibilités offre-t-elle d’affirmer davantage le statut de service public de la télévision ?

Public access to the organization of television: a safe opening

The author was elected to the new Committee of Viewers for the Swiss television which was created recently in order to ensure a more satisfactory liaison with the public. What possibility does this committee have to ensure that Swiss television is a public service? The author presents his analysis of the situation.

Michel Vuille et P. Beaud

Média et société demain : lutte pour la gestion du symbolique

Résumé / AbstractArticle complet

Les professionnels de la communication développent une vision petite bourgeoise du monde et de la régulation de ses conflits : il en résulte qu’une « culture moyenne « (de classes moyennes) devient prédominante. Ouvriers et employés sont ainsi exclus d’une bataille dont l’enjeu est symbolique et leur rapport au changement social ne peut se situer que dans les domaines de l’utopie et de l’imaginaire. Les médias sont un moyen de production d’une classe sociale : cheminement actuel de la petite bourgeoisie vers le contrôle de l’intervention sur le social, à l’image de l’ascension de la bourgeoisie au moment de l’avènement de la société industrielle.

The Media and tomorrow’s society: the struggle for the management of symbols

The professionals in the field of communications tend to have a middle-class view of the world and of the way in which its conflicts can be solved. The result is a « medium culture » for the middle classes. Workers and employees are thus, in large part, excluded as protagonists in this struggle for the management of symbolic life and their relationship to social change can only be expressed in an utopic or imaginary fashion. The medias constitute a means by which the middle classes can seek a greater share of control over social intervention and in this sense, they can be seen as providing a path of social ascension similar to that provided by the industrial revolution for the bourgeoisie.

 

France

 

Gérard Milhès

Vers la liberté radio

Résumé / AbstractArticle complet

En quatre ans d’illégalité forcée, les radios locales françaises ont montré qu’elles pouvaient satisfaire d’immenses besoins de communication et d’expression. Elles ont conquis l’ensemble du champ social : des usines en grève aux municipalités antinucléaires.

L’histoire de la lutte des radios locales est ici retracée par un militant de l’une d’elles, qu’il s’agisse des initiatives et stratégies multiformes des groupes ou des offensives du pouvoir pour conserver à l’État — et donc au parti au pouvoir — le monopole des ondes. Que vont devenir les radios locales sous un régime socialiste qui accepte de les légaliser ?

Towards Radio-Freedom

During four years of enforced illegality, local radios have shown that they were capable of responding to the immense needs of communication and freedom of speech. These radios have been involved in almost all types of social and political issues: from industrial strikes to the anti-nuclear movement.

The history of the struggle of local radios is retraced here by someone who has been closely involved. He describes the multiple initiatives and strategies of the groups involved and the conter-offensives undertaken by the State in its attempts to protect its monopoly over the airwaves. What does the future hold for these radios under the new Socialist government which has decided to legalize local radios?

 

Débat


Albert Meister

La formation des adultes et le développement

Résumé / AbstractArticle complet

S’agissant des pays en voie de développement, lorsqu’on parle de formation des adultes, c’est essentiellement l’alphabétisation fonctionnelle (liée au travail) et l’enseignement des techniques élémentaires qu’on évoque.

L’échec reconnu des campagnes d’alphabétisation doit conduire à remettre en cause plusieurs vérités non démontrées sur lesquelles elles reposaient, telles la prétendue soif d’apprendre, la volonté de changement, la transformation des attitudes face au travail et au développement, l’évolution vers une vie plus démocratique, la réduction des inégalités sociales, la diminution de la violence.

Que va-t-il advenir des programmes de formation des adultes en période de restriction des budgets ? N’est-on pas en train de considérer que les populations marginales n’ont d’autre fonction historique que de contribuer à créer la plus-value indispensable au développement et à l’amélioration des niveaux de vie de la population intégrée ?

Adult Education and Development

When one speaks of adult education in developing countries, one is usually referring to functional literacy programmes (related to the workplace) or to elementary technical education.

The admitted failures of literacy programmes should lead us to question some of our more « fundamental truths » which have never been clearly demonstrated. For example, the supposed « thirst for knowledge », the desire for change, the transformation of attitudes concerning work and development, the evolution towards a more democratic way of life and the reduction of violence.

What is going to happen to adult education programmes in a period of budget cutbacks? It would seem that there is a tendancy to consider the more marginal sectors of the population only within the context of their capacity to produce a surplus value which can improve the standard of living of the more integrated sectors of the population.

Micheline Beaudry

Les maisons de femmes battues : du groupe autonome à la prise en charge par l’État

Résumé / AbstractArticle complet

Les « maisons de femmes » sont nées des besoins des femmes de sortir de leur isolement, de créer une solidarité à l’intérieur de leur condition. Le principal objectif des maisons est de développer l’autonomie des femmes.

Au cours de la dernière décade au Québec, plusieurs maisons de femmes se sont vite transformées en refuge pour les femmes victimes de violence. L’étonnement des femmes elles-mêmes et des gouvernements devant l’ampleur de ce problème a été suivi d’une période d’organisation en vue d’intégrer ces maisons à l’ensemble des services officiels déjà existants.

L’articulation à l’État de ces « maisons » se fera à la faveur d’une gestion douce et efficace principalement par le moyen des subventions accordées. Mais du même coup on observe un glissement de la problématique féministe vers une problématique de services qui tend à institutionnaliser le mouvement.

Centers for women victims of violence: from autonomous women’s groups to State services

Women’s Centers were born out of the needs of women to break down their isolation and to create new forms of solidarity between themselves. The main objective of these centers has been to encourage the personal and collective independence of women.

During the seventies in Québec, many of these centers became refuges for women who were victimized by male violence. The initial surprise at the volume and seriousness of the problem was soon followed by a period of reorganization that would permit the integration of these centers into the network of existing government programmes.

This integration was brought about through a flexible and efficient programme of State grants to the Centers concerned. And yet, one cannot help but notice that the initial feminist perspective has tended to give way to a more « public-service » orientation as the projects become more and more institutionalized.