Les solidarités sans frontières : entre permanence et changements

Sous la direction de Pascale Dufour et Isabelle Giraud

Au printemps 2001, le nº 45 de Lien social et Politiques posait la question des frontières du social à l’heure de la mondialisation. Les contributions concluaient à la nécessaire prise en considération des espaces nationaux dans les analyses empiriques, ainsi qu’aux limites du changement induit par la circulation planétaire des discours et des acteurs du social.

 

cover-LSP74

 
TABLE DES MATIÈRES

 

Pascale Dufour et Isabelle Giraud

Présentation du numéro

Article complet

 

PARTIE 1 – Solidarités sans frontières : des processus historiques et politiques


Anick Druelle

Analyse intersectionnelle de la solidarité des intérêts au World Congress of Representative Women (Chicago, 1893)

Résumé / AbstractArticle complet

Dans cet article, nous situons le World Congress of Representative Women tenu à Chicago en 1893, première rencontre internationale de grande envergure organisée par et pour des femmes représentant diverses nations et divers groupes de femmes dans son contexte historique, celui de l’exposition universelle colombienne organisée par une Amérique en pleine expansion impérialiste. À l’aide d’un cadre d’analyse féministe intersectionnelle, nous analysons les intersections entre divers rapports de pouvoir en jeu lors de cet événement et nous illustrons certaines limites de la solidarité internationale lors de la constitution des premiers réseaux internationaux de groupes de femmes. En conclusion, nous nous interrogeons sur les pratiques actuelles de certains réseaux transnationaux de femmes en présence aux Nations Unies.

In intersectional analysis of interests and solidarity at the World Congress of Representative Women (Chicago, 1893)
The World Congress of Representative Women was held in Chicago in 1893. It was the first large-scale international gathering organised by and for women representing many countries and a wide variety of women’s groups. This article analyses the event in its historical context, that of a world peace exhibition organised by a United States characterised by rising imperialism. Using a feminist and intersectional framework, this article examines the intersection of the various power relations in play at this event and documents some of the limits to international solidarity evident when the first international women’s networks were being constituted. The conclusion raises questions about the practices of some contemporary transnational women’s networks at the United Nations.

Vanessa Codaccioni

La mobilisation pour la vie sauve des époux Rosenberg : singularité de la cause ou inscription du mouvement dans une tradition de solidarité par-delà les frontières ?

Résumé / AbstractArticle complet

L’action solidaire pour sauver la vie des époux Rosenberg (1951-1953) a largement franchi le cadre des frontières américaines, les mobilisations européennes dépassant même l’ampleur du mouvement initial. Cet article, s’appuyant particulièrement sur le cas français, vise à mettre à jour les mécanismes permettant l’émergence et le développement d’une solidarité par delà les frontières, mais aussi d’en révéler, notamment par la comparaison avec d’autres campagnes menées par le mouvement communiste international, l’historicité.

Mobilisation to save the Rosenbergs from execution : A single-issue advocacy movement or part of a tradition of solidarity beyond borders ?
Mobilisations and actions to save the Rosenbergs from execution (1951-1953) went far beyond the borders of the United States. Indeed mobilisation in Europe was larger than the original American movement. Focusing on the French case, this article provides a new analysis of the mechanisms that allowed for the emergence and growth of this solidarity beyond borders. By comparing this campaign to others undertaken by the international Communist movement, it also reveals its historical grounding.

Marco Giugni, Marko Bandler et Nina Eggert

Contraintes nationales et changement d’échelle dans l’activisme transnational

Résumé / AbstractArticle complet

Cet article explore chacun des trois éléments principaux du programme de recherche classique pour l’étude des mouvements sociaux (opportunités politiques, structures de mobilisation et processus de cadrage) afin d’évaluer leur rôle dans l’activisme transnational. L’idée d’émergence d’une société civile globale est sous-jacente dans plusieurs analyses du mouvement pour une justice globale. Un certain nombre d’auteurs prétendent que le nouveau cycle de protestation (transnational) témoigne de l’émergence d’un mouvement de mouvements ainsi que d’une société civile mondiale et reflète le déclin des formes de protestation qui s’adressent au plan national. Ce type d’argument ne gagne pas notre faveur ; selon nous, il néglige l’impact crucial de certains facteurs locaux et surestime l’idée de l’émergence de la société civile transnationale. Nous défendons plutôt l’idée que chacun des cycles de manifestations repose sur des structures de mobilisation et des épisodes do contestation préalables

National constraints and scale shift in international activism
This article analyses the three core components of social movement analysis’ classic agenda (political opportunities, mobilizing structures and framing processes) in order to ascertain their relevance for understanding the global justice movement. We suggest the global justice movement involves a scale shift in some aspects of protest but not in others, which remain dependent on the national context, and the global justice movement acts within a multilevel political opportunity structure.

Lenore Lyons

L’organisation au service des droits des travailleurs migrants : le militantisme transnational à Singapour et en Malaisie

Résumé / AbstractArticle complet

La mondialisation marque un point charnière dans l’action des militants féministes et des organisations non gouvernementales. À la faveur d’une participation à des réseaux de lobbying transnationaux et d’alliances avec des organisations non gouvernementales internationales, des organisations féministes et des organisations vouées à la défense des droits des femmes, locales et nationales, se sont converties à de nouvelles formes de militantisme transnational. Cependant, il est une question qui n’a que très peu retenu l’attention des chercheurs dans le domaine de l’organisation féministe transnationale : c’est celle du lien entre le militantisme transnational et les théories qui sous-tendent les féminismes transnationaux. Bien que ceux-ci formulent une critique radicale de la mondialisation, à la fois antiraciste et anticapitaliste, peu de chercheurs se sont penchés sur la façon dont les féminismes transnationaux se transposent en pratiques militantes. En étudiant deux cas d’organisations vouées à la défense des droits des travailleuses migrantes, à Singapour et en Malaisie, le présent article examine les multiples sens du terme « militantisme féministe transnational ». En faisant la distinction entre le concept d’organisation transnationale d’une part, et celui de cadre de référence transnational de l’autre, le présent article vise à clarifier les différents concepts associés aux féminismes transnationaux.

Organizing for Migrant Worker Rights : Understanding Transnational Activism in Singapore and Malaysia
Globalization provides a key reference point in the work of feminist activists and non-government organizations. Through their involvement in transnational advocacy networks and alliances with international non-governmental organizations, locally and nationally-based women’s rights and feminist organizations are engaged in new forms of transnational activism. One issue that has received relatively little attention, however, is the link between cross-border activism and theories of transnational feminisms. Although the latter utilizes a radical anti-racist, anti-capitalist critique of globalization, there is little discussion about how transnational feminisms are translated into activist practices. Using case studies of two organizations working to address the rights of female migrant workers in Singapore and Malaysia, this article examines the multiple meanings attached to the term “transnational feminist activism”. By making a conceptual distinction between cross-border organizing on the one hand and a transnational frame of reference on the other, this article calls for greater conceptual clarity regarding the meanings associated with transnational feminisms.

Aurélie Decoene, Corinne Gobin et Nadia Hilal

Mobilisations transfrontières et Union européenne : difficultés et réalités de la contestation syndicale. L’exemple du syndicalisme des transports

Résumé / AbstractArticle complet

L’article examine les difficultés, pour l’eurosyndicalisme naissant, d’organiser des actions collectives de solidarité transfrontalière dans le nouvel espace politique et économique de l’Union européenne (UE). Ces actions restent très peu nombreuses malgré l’ampleur des réformes socio-économiques menées par l’Europe communautaire depuis plus de 20 ans, qui affectent profondément le contenu tant de l’organisation que des conditions de travail et des droits sociaux collectifs. Cependant, alors que le secteur du transport est soumis à de vives pressions concurrentielles, les structures syndicales transnationales de ce secteur réussissent à mobiliser de façon récurrente les salariés en créant des liens entre les différents métiers, tranchant ainsi avec une situation syndicale générale où l’européanisation de la contestation sociale ne semble pas être à l’ordre du jour.

Transborder mobilisations and the European Union : Problems and realities of union action
This article addresses the difficulties faced by European-level unions as they try to organise actions of trans-border collective solidarity in the new political and economic space of the European Union. There are few such actions, despite the important social and economic reforms that the European community has undertaken in the last 20 years, reforms that affect both the content and the organisation of working conditions and collective social rights. Nevertheless, in the transportation sector, which is subject to major competitive pressure, transnational union structures have succeeded in mobilising workers repeatedly, creating ties among the various trades. This is, then, a departure from the general union situation where there is little evidence that any Europeanisation of social conflict is on the agenda.

 

PARTIE 2 – Solidarités des militants : des figures du changement


Sydney Tarrow

Cosmopolites enracinés et militants transnationaux

Résumé / AbstractArticle complet

Les cosmopolites enracinés forment aujourd’hui une partie importante des groupes et des individus impliqués dans le militantisme social. S’appuyant sur les changements technologiques, l’intégration économique et les réseaux culturels, ce phénomène trouve son expression la plus frappante dans la mobilisation de jeunes militants à des manifestations organisées hors de leur propre pays, ce qu’on nomme le militantisme transnational. À partir de la définition relationnelle (et non cognitive) du cosmopolitisme, plusieurs figures du « cosmopolitisme enraciné » sont présentées, qui correspondent à autant de formes distinctes de militantisme transnational.

Rooted cosmopolitans and transnational activists
A large segment of those individuals and groups involved in social activism is composed of rooted cosmopolitans. Following technological changes, economic integration and cultural networks this phenomenon is most apparent in transnational activism, which is the mobilisation of young activists for actions outside their own country. Starting from a relational rather than discursive definition of cosmopolitanism, several versions of the rooted cosmopolitan, corresponding to particular types of transnational activism, are described.

Carmen Díaz Alba

Femmes et libre-échange en Amérique latine : le cas du Réseau latino-américain des femmes transformant l’économie

Résumé / AbstractArticle complet

Le Réseau latino-américain des femmes transformant l’économie (REMTE, acronyme espagnol) a contribué à rapprocher les questions d’économie et de genre, en incitant les organisations à regarder le libre-échange comme une problématique genrée et en apportant une perspective féministe aux mouvements critiques du libre-échange. Les critiques féministes des théories dominantes sur les mouvements sociaux transnationaux considèrent que : 1) les études transnationales sont biaisées par une vision masculine des mouvements et des stratégies ; 2) l’objet d’analyse porte principalement sur l’État et le court terme ; 3) il est nécessaire d’aborder les dynamiques de genre au sein des mouvements sociaux. Dans cet article, l’auteur montre que la prise en compte de ces critiques nous permet de mieux comprendre le cas du REMTE.

Women and free trade in Latin America : The Latin American Network of Women Changing the Economy – REMTE
The Latin American Network of Women Changing the Economy, whose acronym is REMTE in Spanish, helped bring together issues of the economy and gender, pressing for organisations to understand free trade from a gender perspective and bringing a feminist analysis to criticisms of free trade. Feminists have three critiques of social movement theory prevailing today : 1) studies of transnationalism are biased by a masculine vision of movements and strategies ; 2) the focus of analysis is too state-centric and short-term ; 3) it is important to understand gender dynamics within social movements. This article shows that attention to these criticisms provides a stronger analysis of the case of REMTE.

Elsa Beaulieu

Échelles et lieux de l’action collective dans la Marche mondiale des femmes au Brésil

Résumé / AbstractArticle complet

La Marche mondiale des femmes (MMF) articule les luttes contre la pauvreté des femmes et le néolibéralisme avec les luttes contre la violence envers les femmes, aux échelles locale, nationale et transnationale. Cet article fait appel aux concepts d’espace, d’échelle et de lieu, développés en géographie humaine, pour mieux cerner les caractéristiques d’une des innovations principales de la MMF, qui est l’extension des solidarités dans l’espace géographique. L’expérience de la MMF au Brésil y est examinée sous l’angle des pratiques qui contribuent à constituer et à relier entre elles les différentes échelles de l’action collective, des modalités par lesquelles ces échelles agissent les unes sur les autres, ainsi que des liens entre ces échelles et certains lieux.

Collective action scales and places in Brazil’s World March of Women
The World March of Women (WMW) combines opposition to poverty among women and neo-liberalism with struggles against violence against women, at local, national and transnational scales. This article deploys the concepts of space, scale and place, developed by human geographers, to analyse one of the main innovations of the WMW, which is extending relations of social solidarity across geographical space. The experience of the WMW in Brazil is analysed via the practices that contribute to constituting and linking various scales of collective action, the ways in which these scales interact, and the connections between scale and certain places.

Carlos R. S. Milani et Ruthy Nadia Laniado

Solidarités environnementales, contestation transnationale et renouvellement de la politique mondiale

Résumé / AbstractArticle complet

L’ordre politique de la mondialisation est un champ conflictuel de relations économiques, culturelles et sociales au sein duquel les mouvements sociaux transnationaux construisent une nouvelle politique située au-delà des institutions traditionnelles. Cet article vise à proposer un cadre d´analyse théorique illustré à partir de la contribution d´un mouvement reconnu sur la scène internationale qui a réussi à mener une action politique transnationale dans le champ de l´environnementalisme. Dans ce cadre, les auteurs soulignent la convergence de six catégories d’analyse de l´action collective mise en oeuvre par les mouvements de protection de l´environnement. Les six catégories suggérées (statut de compétence, articulation des échelles, temporalité, multiplicité des identités et des représentations, structure organisationnelle, visibilité) mettent en relief le besoin de reconsidérer le sens hégémonique de la politique mondiale fondée exclusivement sur le marché et les négociations interétatiques.

Environmental solidarity, transnational contestation and renewal of world politics
Globalization is a political order creating new fields of economic, cultural and social conflicts, wherein transnational social movements reaffirm a new politics beyond the conventional institutions. This article proposes an analytical framework, illustrated by the history of a well studied environmental movement. The authors present a set of six converging analytical categories stemming from the study of environmental movements. These categories (political competence, scale, temporality, multiple identities/representations, organisational structure, visibility) emphasise the need to question the current hegemonic understanding of world politics that has been almost always exclusively rooted in global markets and inter-state negotiations.

Sébastien Roux

Importer pour exister : Empower et le « travail sexuel » en Thaïlande

Résumé / AbstractArticle complet

La prostitution s’est problématisée en Thaïlande à partir du milieu des années 1980. Le débat national sur l’usage commercial de la sexualité s’est progressivement aligné sur les prises de position occidentales. À travers l’étude d’une association thaïlandaise spécifique, Empower, il s’agira de montrer comment certains agents locaux ont pu favoriser ce processus d’importation des discours pour promouvoir une vision de la sexualité qui servait leurs intérêts spécifiques. Et au-delà des discours optimistes sur la circulation internationale des « causes » et des engagements, nous proposons ici une lecture critique de la mondialisation de la prise en charge de la prostitution en nous interrogeant sur les conséquences pratiques de la transnationalisation des solidarités.

Import in order to exist : Empower and sex work in Thailand
Prostitution became a political issue in Thailand in the beginning of the 1980s. The national debate about commercialising sexuality was soon aligned with Western positions. Via a study of one Thai organisation, Empower, this article documents how local actors were able to make discursive imports that favoured their own interests. Going beyond optimist positions on international advocacy, this article offers a critical reading of global advocacy around prostitution by inquiring into the practical consequences of the transnationalisation of solidarities.

Sylvia Estrada-Claudio

Les Rencontres internationales sur la santé des femmes : continuité et expression d’identités multiples

Résumé / AbstractArticle complet

Au fil des années, les Rencontres internationales sur la santé des femmes (International Women and Health Meetings, ou IWHM) sont devenues l’un des principaux moments de rencontre pour les défenseurs de la santé des femmes ainsi que pour les universitaires, institutions financières et autres réseaux intervenant sur la santé et les droits génésiques des femmes. Le présent article soutient que c’est le mode d’organisation qui a permis aux militantes féministes chargées d’organiser les IWHM de s’adapter aux changements politiques survenus au fil du temps, en permettant l’expression et la reconnaissance des diverses identités (nationale, régionale, sexuelle, biologique). L’article retrace la manière dont la reconnaissance de ces identités a permis aux IWHM de survivre et fructifier comme organisation, et de demeurer à la fine pointe du discours sur les droits des femmes, en particulier leurs droits sexuels et génésiques.

The International Women and Health Meetings : Deploying Multiple Identities for Political Sustainability
The International Women’s Health Meeting (IWHM) has become one of the largest gatherings of women’s health advocates, academics, funding institutions and other networks involved in women’s health and reproductive rights. The first meeting was held in 1977 in Rome and the tenth in 2005 in New Delhi. This represents a 28-year process that has shaped and been shaped by the global feminist health movement. Interestingly, the IWHM is a non-institutionalized process. The central point of the article is that the organizing practices of the IWHM have allowed feminist activists engaged in it a large amount of flexibility and adaptability to political changes across time. This flexibility can be best traced to the deployment of various identities (national, regional, sexual, biological). The paper demonstrates how the deployment of these identities has allowed the IWHM to survive and flourish organizationally and remain at the cutting edge of the discourse on women’s rights, especially those of sexual and reproductive health.

 

Notes de lecture


Pascale Dufour

Donatella della Porta, Massimiliano Andretta, Lorenzo Mosca et Herbet Reiter, Globalization From Below. Transnational Activits and Protest Networks, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2006, 300 p., ISBN 0-8166-4643-0 (hc :alk.paper)

Isabelle Giraud

Valentine Moghadam, Globalizing Women: Transnational Feminist Networks. Baltimore and London, The Jonhs Hopkins University Press, 2005, 251p.

Dominique Masson

Mary E. Hawkesworth, Globalization and feminist activism, Lanham (MD): Rowman & Littlefield Publishers, 2006, 219 p.