Identités : attractions et pièges

Sous la direction de Jane Jenson et François de Singly

Le processus d’individualisation constitue pour les historiens et sociologues de la modernité un de ses fondements (Beck et Berk-Gernsheim, 2002). Il consiste en un certain détachement des individus des « communautés » héritées, comme la famille, le village, la religion.

 

cover-LSP74

 
TABLE DES MATIÈRES

 

Jane Jenson et François de Singly

Présentation du numéro

Article complet

 

PARTIE 1 – Les affirmations de soi et les types de reconnaissance


Johanna de Villers

Entre injonctions contradictoires et bricolages identitaires : quelles identifications pour les descendants d’immigrés marocains en Belgique ?

Résumé / AbstractArticle complet

Cet article propose une grille d’analyse des processus identitaires qui se jouent chez les descendants d’immigrés marocains en Belgique, en regard des familles immigrées et du cadre social. Les descendants d’immigrés marocains se trouvent privés de l’identification pleine aux parents ainsi que de l’héritage d’une mémoire familiale et collective. Soumis à une injonction contradictoire de la part de leurs parents et de la société (« Réussissez, mais restez fidèles aux traditions »; « Intégrez-vous, mais vous serez toujours considérés comme des immigrés »), ils échappent difficilement aux processus sociaux d’assignation à une altérité identitaire dévalorisée et sont contraints de bricoler de nouvelles formes identitaires. Cette problématique identitaire est située dans le cadre plus large du déclin du mode traditionnel d’hériter et de la transmission généalogique dans la modernité. Mais le hiatus profond entre le contexte de socialisation des parents immigrés et celui de leurs enfants et l’impact de la domination sociale sont tels que les processus d’identification dans l’immigration marocaine sont particulièrement complexes.

Between contradictory instructions and do-it-yourself identities. What are the identities of the descendants of Moroccan immigrants to Belgium ?
This article provides an analytic framework for understanding the identity processes, with respect to immigrant families and the social situation, that are at play among descendants of Moroccan immigrants in Belgium. They are deprived of the possibility of fully identifying with their parents and of inheriting a familial and collective memory. Receiving contradictory instructions from their parents and from society (“be successful but be faithful to our traditions”; “be integrated but remember you are an immigrant”), they find it difficult to escape from social processes that assign them a devalued identity of difference and they are obliged to construct new forms of identity. Such issues about identity are common to the decline of modernity’s traditional modes of inheritance and genealogical transmission. However, the huge gap between the socialisation context of immigrant parents and that of their children as well as the impact of social domination are such that the processes of identity formation among Moroccan immigrants are particularly complicated.

Isabelle Clair

Des « jeunes de banlieue » absolument traditionnels ?

Résumé / AbstractArticle complet

La construction des identités de genre dans le contexte spécifique des quartiers populaires est communément associée à la tradition : filles et garçons « de banlieue » seraient entièrement définis par l’héritage le plus souvent africain de leurs parents. Grâce à une enquête par entretiens compréhensifs et observation ethnographique menée dans trois cités de la banlieue parisienne, on verra que la référence à la tradition dans la construction de leur identité de genre est bien souvent une invention visant à légitimer une domination masculine ancrée dans la société française contemporaine, voire une fausse problématique incapable de rendre compte de sa complexité.

“Completely traditional” suburban young people ?
Gender identities constructed in the specific context of popular neighbourhoods are usually thought of in terms of tradition—boys and girls from the outskirts of big cities will be completely defined by the (usually African) heritage of their parents. A study using comprehensive interviews and ethnographic observation in three housing projects on the outskirts of Paris found otherwise. Reference to tradition in the construction of their gender identity was often an invention, one that legitimated a form of masculine domination anchored in contemporary French society.

Pascal Duret

Les suffrages « Front national », reflets d’identités blessées

Résumé / AbstractArticle complet

Les individus votant extrême droite sont souvent donnés pour des personnalités autoritaires qui se nourrissent d’exclusion et de rejet. Des portraits sociologiques de cette enquête de terrain montrent différentes formes de construction d’identité politique liées à un manque de reconnaissance familiale et professionnelle. Le vote est alors perçu comme une forme de réhabilitation de soi, une manière de se reprendre en main tout en cherchant à préserver le lien social.

Signs of wounded identities among voters for the Front national
Individuals who vote for the far right are often considered to have authoritarian personalities nurtured by exclusion and rejection. Sociological profiles constructed out of empirical analysis reveal different forms of political identity construction, related to a lack of recognition within the family and at work. Voting is then perceived as a means of rehabilitating oneself, a way to take oneself in hand while preserving a social tie.

Elsa Ramos

Des stratégies individuelles de composition avec les règles de transmission : de l’héritage à l’héritier

Résumé / AbstractArticle complet

Dans le contexte contemporain d’individualisation, le rapport de « l’héritier » à la transmission familiale et patrimoniale apparaît comme un observatoire des stratégies que l’individu développe pour répondre à son aspiration à l’autonomie. Porteur du devoir de mémoire et de transmission qui le définit comme « fils de », il développe des stratégies de composition avec ce devoir afin de donner du poids à un « je ». Cependant, ce « je » est toujours inscrit dans un « nous » à deux dimensions : l’héritier a sa place dans le groupe familial et il a aussi des relations individualisées avec certains de ses proches parents. La compréhension de l’articulation de ces deux dimensions permet d’éclairer quelque peu les évolutions des formes de transmission.

Individual strategies for facing up to rules about inheriting. From the inheritance to the heir
In the contemporary context of individualisation, the relationship of the “heir” to the family and property transfer provides an observation post for seeing the strategies individuals develop to meet their need for autonomy. Bearer of a responsibility for memory and inheritance that defines the heir as the “son of”, in the face of this duty he develops strategies in order to give some weight to the “I”. However, this “I” is always part of a “we” that has two dimensions : the heir has his place within the family group and he also has individual relations with some close relatives. Understanding the interconnections of these two dimensions allows for some clarification of the evolution of these forms of transfer.

 

PARTIE 2 – La régulation identitaire dans l’espace public


Daphnée Poirier

La surdité entre culture, identité et altérité

Résumé / AbstractArticle complet

La surdité, longtemps appréhendée comme un handicap, est devenue objet de recherche culturelle depuis une quinzaine d’années. Cette nouvelle approche se fonde sur la distinction entre sourd (condition physiologique) et Sourd (identité culturelle positive). L’objectif du présent article est de présenter un cadre général d’appréhension culturelle de la surdité (du Sourd). Dans un premier temps, nous décrivons la relation de l’appréhension culturelle de la surdité à son appréhension comme handicap physique et social. Nous montrons qu’il ne faut pas opposer ces perspectives, mais plutôt les combiner, car chacune éclaire une dimension constitutive de l’identité sourde, tiraillée entre pathologie et culture. Ensuite, nous explorons la structure de la culture sourde en soulignant comment celle-ci naît du dépassement de l’identité négative produite par le handicap par une identité linguistique positive fondée sur l’appartenance à une communauté de sens. Finalement, nous voyons comment cette identité positive se constitue dans un rapport à l’altérité qui se présente ici sous le vocable de « monde des entendants ».

Deafness between culture, identity and difference
Long understood only as a disability, deafness has become an object for cultural analysis over the last fifteen years. This new approach is based on the distinction between deaf (a physiological condition) and Deaf (a positive cultural identity). The goal of this article is to provide a general analytic cultural framework for understanding the Deaf. First it compares a cultural understanding of deafness to one what treats it as a social and physical disability. We show that it is unwise to treat these as oppositional. It is better to combine them because each clarifies a constitutive part of the identity of the Deaf, one trapped between pathology and culture. Next, the article examines the cultural structure of deafness, underlining how it was born by going beyond the negative identity generated by disability towards a positive linguistic identity built on belonging to a community of meaning. Finally, we observe how this positive identity is constituted within a relationship to the other, defined as the “world of the hearing”.

Philippe Vienne

Carrière morale et itinéraire moral dans les écoles « de dernière chance » : les identités vacillantes

Résumé / AbstractArticle complet

Deux grilles de lecture sont sollicitées comme principes d’intelligibilité permettant une approche compréhensive des établissements scolaires « de dernière chance », qui accueillent un public d’élèves relégués. L’institution totale, à travers le concept de carrière morale du reclus, et la stigmatisation, à travers l’itinéraire moral du stigmatisé, permettent de comprendre les identités des élèves à travers un mélange d’enfermement et de sentiment d’enfermement dans un univers scolaire cloisonné, et d’interactions et de jugements scolaires disqualifiant les élèves. Les enjeux interactionnels, brouillage et malaise dans la communication, les stratégies de présentation de soi ou de dissimulation de la biographie aident à saisir ce qui rend vacillantes et chancelantes ces identités d’élèves.

Moral careers and trajectories in “last chance” schools. Shifting identities
Two meaning sets provide a comprehensive approach to “last chance” schools for students relegated to them. The institution provides a cloistered moral career and a moral trajectory of stigmatisation. These two meaning sets allow one to understand the students’ identities as a mix of being shut in and the feeling of being shut into a closed educational universe and interactions and marking systems that disqualify the students. Games of interaction, cover-ups and miscommunication, strategies for self-presentation or dissimulation of one’s biography help to account for students’ shifting and changeable identities.

Miriam Smith

Identités queer : diaspora et organisation ethnoculturelle et transnationale des lesbiennes et des gais à Toronto

Résumé / AbstractArticle complet

Le présent article examine les modèles d’organisation des lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres (LGBT) dans les communautés ethnoculturelles de Toronto au Canada. On y soutient que de nouvelles formes d’organisation et d’identité locales voient le jour dans les communautés queer, formes qui remettent en question les espaces traditionnels des politiques des mouvements sociaux et la place de choix accordée à l’État-nation en tant que principal niveau d’analyse de la situation des LGBT sous l’angle des droits humains. Plutôt que de s’appuyer sur le concept d’une identité lesbienne et gaie homogène et bien ancrée, l’article décrit les formes multiples que prennent les identités LGBT sous l’effet de l’accélération de la migration, de la création et du renforcement des diasporas et de l’intensification de la diversité ethnoculturelle des centres urbains.

Queer identities. Ethnocultural organizing in Toronto
This paper explores patterns of lesbian, gay, bisexual and transgender (LGBT) organizing in ethnocultural communities in Toronto, Canada. The paper argues that new forms of grass roots organizing and identity are emerging in queer communities, forms that challenge the traditional spaces of social movement politics and the focus on the nation-state as the privileged level of analysis in explaining the evolution of LGBT human rights policies. Rather than assuming a stable and homogeneous lesbian and gay identity, the paper presents evidence of the ways in which LGBT identities take on different forms as a result of the acceleration of migration, the creation and reinforcement of diasporas and the increase in ethnocultural diversity in urban centres.

Christophe Traisnel

Entre unité et diversité. Le discours identitaire du mouvement souverainiste au Québec et du mouvement wallon en Communauté française Wallonie-Bruxelles

Résumé / AbstractArticle complet

L’article traite de la place de la diversité culturelle dans les doctrines identitaires de deux mouvements sociaux : le mouvement souverainiste au Québec et le mouvement wallon en Communauté française Wallonie-Bruxelles. Il montre en particulier que certains mouvements, nationalistes ou régionalistes, sont tout à fait capables de penser leur projet national dans le respect de la diversité qui marque leurs sociétés respectives. Dans ce cadre, le thème de la citoyenneté, dans sa dimension sociale et politique, apparaît comme une possibilité politique idéale, pour ces mouvements, d’opérer la synthèse entre projet national unitaire et reconnaissance de la diversité, en définissant un « nous », toujours unique, mais respectueux des différences entre citoyens.

Between unity and diversity. The identity discourse of the Quebec sovereignty movement and the Wallon movement in the Communauté française Wallonie-Bruxelles
This article treats the place of cultural diversity in the identity discourse of two social movements : the Quebec sovereignty movement and the Wallon movement in the French-speaking community of Wallonie-Bruxelles. The article demonstrates that some nationalist or regionalist movements are totally capable of thinking their national project in terms that respect the diversity shaping their respective societies. In this situation, the trope of citizenship, in its social and political dimensions, provides an ideal political opening for these movements to bring together a national project focused on both unity and recognition of difference. Such a project defines a “we” that is singular but respectful of differences among citizens.

Marie Verhoeven

Identités complexes et espaces publics contemporains : trajectoires scolaires et biographiques de jeunes Belges et Anglais « d’origine immigrée »

Résumé / AbstractArticle complet

À partir d’entretiens socio-biographiques menés en Angleterre (Birmingham) et en Belgique (Bruxelles) auprès de jeunes en fin de scolarité secondaire issus des groupes d’immigration les plus significatifs, cet article développe un certain nombre d’hypothèses concernant les processus de construction identitaire de cette génération. L’équation traditionnelle entre réussite scolaire et assimilation, d’une part, et échec et postures « essentialistes », d’autre part, est partiellement mise en cause à partir d’une conception non totalisante des identités. Ainsi, les stratégies identitaires mises au jour, allant d’une posture « essentialiste » à une posture « assimilationniste » en passant par une série de postures intermédiaires plus complexes, sont analysées comme autant de « répertoires identitaires » mobilisables selon les contextes. Les jeux ne sont toutefois pas totalement ouverts, puisque les contraintes spécifiques aux différents contextes scolaires pèsent sur les répertoires mobilisables. L’article aborde enfin la question des ressources (socio-cognitives, socioculturelles et socio-biographiques) nécessaires à l’individu pour construire un rapport réflexif à son « identité dans plusieurs mondes ».

Complex identities and contemporary public space. Educational and biographical trajectories of Belgian and English youth with “immigrant origins”
This article is based on socio-biographical interviews carried out in Birmingham, England and Brussels, Belgium with youth drawn from the largest immigrant population in each city and at the end of their post-secondary schooling. It puts forward several hypotheses about the construction of this generation’s identity. A non-totalising conceptualisation of identity questions the usual links considered to exist between school achievement and assimilation, on the one hand, and failure and an essentialist stance, on the other. “Identity repertoires,” mobilised according to each particular context, are identity strategies that range from an essentialist stance to one of assimilation, with a number of more complex intermediary positions existing as well. The game is never totally open, however, because constraints within the different educational contexts limit the repertoires that can be mobilised. Finally the article raises the question of resources (socio-cognitive, socio-cultural and socio-biographical) that individuals need in order to construct a reflexive relationship to their “identity in several worlds.”

 

PARTIE 3 – L’État et les identités


Keith Banting et Will Kymlicka

Les politiques de multiculturalisme nuisent-elles à l’État-providence ?

Résumé / AbstractArticle complet

La diversité ethnique est parfois perçue comme un danger pour la stabilité politique. Pourtant, les immigrants, les minorités nationales et les peuples autochtones bénéficient en certains pays d’une attitude d’ouverture qui a mené à l’adoption de politiques de multiculturalisme et à la reconnaissance de certains droits en matière de langue et d’autonomie territoriale et politique. Aux yeux de certains analystes, ces mesures ne peuvent que fragiliser l’État-providence. Ayant procédé à une vérification empirique de cette thèse, les auteurs ne constatent aucune relation systématique entre l’existence de politiques de multiculturalisme dans un pays et l’érosion de son État-providence. Il apparaît plutôt que des affirmations sans autre fondement que la peur ne font pas avancer le débat sur la pertinence des politiques de multiculturalisme.

Are multiculturalism policies bad for the welfare state ?
Ethnic diversity is often seen as a threat to political stability. But some countries have adopted a more accommodating approach, reflected in the adoption of multiculturalism policies for immigrant groups, the acceptance of territorial autonomy and language rights for national minorities, and the recognition of land claims and self-government rights for indigenous peoples. Such “multiculturalism policies” have been criticised, however, as making it more difficult to sustain a robust welfare state. This paper examines empirically whether this effect exists. We find no evidence of a consistent relationship between the adoption of multiculturalism policies and the erosion of the welfare state. The evidence in this paper suggests that debates over the appropriateness of multiculturalism policies should not be pre-empted by unsupported fears about their impact on the welfare state.

Martin Papillon

Entre l’héritage colonial et la recherche d’autonomie politique : les peuples autochtones dans la tourmente des réformes de l’État-providence. Une comparaison de l’expérience australienne, américaine et canadienne

Résumé / AbstractArticle complet

Longtemps exclus, puis victimes de politiques d’assimilation forcée, les peuples autochtones remettent aujourd’hui en question les conditions de leur appartenance et de leur participation au régime de citoyenneté des États issus de la colonisation européenne. Le processus de restructuration de l’État-providence pourrait influencer la dynamique des revendications identitaires autochtones, en modifiant les paramètres de la citoyenneté sociale et la relation des peuples autochtones avec l’État. On tend aujourd’hui, d’une part, à l’intégration programmatique accompagnée de mesures ciblées et, d’autre part, à une plus grande autonomie locale dans la gestion de ces programmes. Le régime de citoyenneté d’après-guerre favorisait plutôt une uniformisation du rapport entre les citoyens et l’État, et donc posait en contradiction l’intégration à ce régime et le maintien d’un régime statutaire distinct pour les autochtones. Le modèle actuel peut ainsi paraître moins réfractaire à la multiplicité et à la différenciation.

Between colonial heritage and political autonomy. Comparing the experience of Australian, American and Canadian aboriginal peoples in the turmoil of welfare state reform
Long excluded, then victims of forced assimilation, aboriginal peoples are now evaluating the conditions of their belonging to and participation in citizenship regimes in these three former colonies. The processes of welfare state restructuring may influence the dynamic of identity claims of aboriginal peoples, by modifying the parameters of social citizenship and the relations that aboriginal peoples have with the state. These reforms lean, on the one hand, towards integrated policy with targeted programmes and, on the other hand, towards greater local autonomy in programme management. The post-war citizenship regime in contrast favoured a uniform relationship between citizens and the state, thereby setting up a contradiction between the terms of the citizenship regime and maintenance of a distinct legal regime for aboriginal peoples. The current model seems less likely to constitute a block to recognition of multiplicity and differentiation.

Sophie Dalle-Nazébi et Nathalie Lachance

France et Québec devant la diversité culturelle. Les politiques à l’épreuve de la surdité

Résumé / AbstractArticle complet

Cet article porte sur les constructions identitaires des personnes sourdes en France et au Québec, cadres politiques de traditions différentes dans la gestion des différences culturelles. Les personnes sourdes ont développé historiquement des espaces permettant l’apparition d’une vie collective, le partage de manières de dire et de penser leur rapport au monde, ainsi qu’une transmission linguistique et culturelle. La mise en place d’une politique d’intégration scolaire dans les années 1970 en France et au Québec a bouleversé ces repères traditionnels. Les sourds ont alors voulu affirmer publiquement leur existence culturelle spécifique, revendiquant le droit de s’exprimer en langues des signes. Ils souhaitent, au nom d’une meilleure participation sociale individuelle, que leur existence collective soit reconnue. Les réponses institutionnelles des gouvernements français et québécois à ces nouvelles revendications sont analysées.

France, Quebec and cultural diversity. Policies face up to deafness
This article analyses the identity constructions of the deaf in France and Quebec, two countries with different political traditions for the management of cultural differences. Historically the deaf have developed spaces that permitted the creation of collective life, shared ways of saying and thinking their relations with the world, and cultural and linguistic transfers. Both France and Quebec chose policies of educational integration in the 1970s, shaking up these traditional practices. Since then the deaf seek to publicly affirm their own cultural existence, claiming the right to express themselves in sign language. They hope, in the name of better individual participation, that their collective identity will be recognised. The responses of the institutions of the French and Quebec governments to these new claims are analysed.

 

Notes de lecture


Claude Martin

François de SINGLY. 2005. L’individualisme est un humanisme. La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube

Virginie Descoutures

Cahiers du genre, « Politiques de la représentation et de l’identité. Recherches en gender, cultural, queer studies », no 38, 2005, L’Harmattan.