La recherche-action : enjeux et pratiques

Les membres des comités de rédaction de la revue se sont réunis à Liège (Belgique) en janvier dernier pour leur rencontre annuelle de bilan et d’orientation. (…)

 

cover-LSP05

 
TABLE DES MATIÈRES

 

D’un conflit… à la recherche-action

Article complet

 

La recherche-action : enjeux et pratiques


 

Québec

 

Présentation

Article complet

Luc Desnoyers et Donna Mergler

Formation et recherche en santé et sécurité au travail

Résumé / AbstractArticle complet

Des groupes de scientifiques progressistes oeuvrent dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail. Leur analyse part du constat que l’état de santé des travailleurs est directement fonction de l’ensemble de facteurs environnementaux et organisationnels qu’ils subissent sur les lieux de travail. L’amélioration de la santé passe nécessairement par l’amélioration des conditions de travail, laquelle résulte généralement des luttes menées par les travailleurs et leurs organisations.

C’est dans la perspective d’un support scientifique et technique aux luttes qu’interviennent les auteurs de cet article, perspective qui entraîne évidemment le développement de nouvelles pratiques de formation et de recherche.

Une recherche menée avec les travailleurs des abattoirs de volaille à laquelle est consacrée la majeure partie de l’article illustre ce type de pratiques scientifiques centrées sur l’action.

Education and research on industrial health

Progressive research groups are active in the area of health and safety in the work place. Their analysis takes as its point of departure, the fact that the health of workers is directly related to environmental and organizational factors in the workplace. Improvement in health can only be brought about by an improvement in working conditions which in turn is usually only possible if there is strong, organized pressure from the workers and their unions.

The authors see their role as one of providing scientific and technical support for these struggles and consequently of developing new education and research methods.

A project that was undertaken with workers in a poultry slaughterhouse is discussed in detail in an attempt to illustrate this type of scientific activity centered on action.

Raymond Hétu

Quelques pas vers une déprofessionnalisation de la santé au travail

Résumé / AbstractArticle complet

L’auteur est professeur d’audiologie. Il intervient, en collaboration avec les syndicats, sur les problèmes du bruit industriel. Les travailleurs eux-mêmes participent à la réalisation des programmes d’examens auditifs. Ils sont ainsi amenés à démystifier les outils de mesure, le pouvoir des professionnels; ils gardent l’initiative de l’action, sont impliqués à toutes les étapes de la démarche de recherche, évitant ainsi le morcellement de l’approche épidémiologique généralement utilisée par les médecins d’entreprise.

Une réforme des services de santé au travail est en cours actuellement au Québec. Dans ce contexte on assiste à une bureaucratisation du processus de revendication des travailleurs car leurs demandes doivent désormais se situer à l’intérieur des programmes de santé développés en fonction des priorités gouvernementales. Les travailleurs sont davantage des consommateurs de services définis par des professionnels que des agents responsables de l’assainissement de leur environnement de travail. La recherche-action vise à inverser ce processus.

Towards deprofessionalization of work-health care

The author is a professor of audiology who also works with trade-unions on the question of noise pollution. His approach is based upon the principle that workers should be involved in all steps of the research process, including the administration of tests. This principle is important if one is to attack the dependency relationship that is characteristic of the individualistic epidemiological approach generally used by company doctors. In this way, the mythical power that is often associated with health professionals and their medical technology can be criticized and controlled.

A reform of work-health legislation is currently underway in Québec which has the effect of bureaucratizing the grievance procedures for workers. Their demands are now treated only within the framework of programmes set up according to government priorities and criteria. This means that workers are increasingly treated as consumers of professionally defined services rather than as responsible actors in the struggle for improving their working environment. This research-action process seeks to counteract this tendancy.

Fernand Gauthier et André Bouvette

Conditions d’exercice d’une recherche-action : la mobilisation des agriculteurs expropriés

Résumé / AbstractArticle complet

Le statut de la recherche-action n’est pas véritablement reconnu par les collèges et universités du Québec dès que se posent les problèmes concrets de son fonctionnement.

Les auteurs ont participé depuis dix ans à la mobilisation des agriculteurs expropriés par l’implantation du nouvel aéroport international de Montréal. Comme chercheurs, ils ont été amenés à vivre un revirement épistémologique majeur à travers les actions qu’ils ont produites avec les expropriés, en particulier en ce qui concerne la notion de propriété privée.

À partir de cet exemple de recherche-action, les auteurs développent leur interrogation initiale sur l’articulation des pratiques de recherche-action et leur insertion institutionnelle et esquissent des pistes d’action.

Preconditions for research-action

Research-action is not really recognized by the universities and colleges of Québec when it comes to the practical conditions necessary for its pursuit.

The authors have participated over the last ten years with farmers in their struggles against the expropriation authorities in the region surrounding the new Montreal International Airport. This experience has led them to a major epistemological reworking of their previously held notions on private property.

On the basis of this example, the authors examine the problems and strategies that exist when attempting to pursue research-action within an institutional setting.

Ricardo B. Zuniga

La recherche-action et le contrôle du savoir

Résumé / AbstractArticle complet

La recherche-action est l’expression des limites et des contraintes imposées au processus scientifique par son insertion dans les rapports socio-politiques. En tant que réalité sociale concrète, la valeur de la recherche-action est d’être un analyseur d’une conscience croissante des enjeux du contrôle du savoir.

La recherche-action n’est pas une nouvelle approche de la science ni une nouvelle méthodologie. Elle n’est novatrice du point de vue scientifique que lorsqu’elle est novatrice du point de vue socio-politique, c’est-à-dire quand elle cherche à replacer le contrôle du savoir entre les mains de groupes et de collectivités qui expriment un apprentissage collectif tant dans leur prise de conscience que dans leur prise en charge de l’action collective.

Research-action and knowledge control

Research-action can be seen as an expression of the limits and constraints imposed upon the scientific process by its place within the socio-political structure. R-A, as a concrete social reality is most valuable as an indicator of the growing critical awareness about who controls knowledge.

R-A is neither a new scientific approach nor a new methodology. It is only scientifically innovative in that it is socio-politically innovative, that is to say, when it seeks to put the control of knowledge in the hands of social groups who are in a collective learning process which links political consciousness and action.

Comité du Québec

Retour sur notre démarche

Article complet

 

Suisse

 

Le comité de rédaction suisse

[Sant titre]

Article complet

Pierre Dominicé

L’ambiguïté des universitaires face à la recherche-action

Résumé / AbstractArticle complet

Quelle est la pertinence de la recherche-action ? Ne sert-elle pas d’analyseur des résistances de toute organisation syndicale ou politique à remettre en question son programme de lutte ?

Sur la base d’expériences de formation et de recherche récentes, l’auteur signale qu’il n’est pas suffisant de privilégier un terrain d’intervention en raison d’options idéologiques ou politiques, comme la formation syndicale ou un mouvement social, pour qu’une recherche réelle se mette en place. Toute démarche de recherche requiert une implication énorme des chercheurs mobilisés, ce qui ralentit le processus de recherche et entraîne une dilution des résultats. Le groupe demandeur devient le principal interlocuteur de la démarche, juge de sa qualité et de sa pertinence.

C’est à partir d’un lieu universitaire concret de formation des adultes que s’exprime l’auteur.

The Ambiguity of university professors concerning research-action

What is the relevance of research-action? Is it not an indicator of the resistances that union or political organizations may have in re-evaluating their past experiences?

On the basis of his recent educational and research work, the author suggests that progessive research does not come about simply because one chooses a particular field of work (such as social or union movements) for ideological or political reasons. Progressive research requires an enormous investment in the dialectical relationship between the researcher and the groups involved which slows down the research process and dilutes the results.

Alain Sauvin, Daniel Dind et Michel Vuille

Recherche-action et travail social

Résumé / AbstractArticle complet

Ce texte émane de trois membres du comité suisse de rédaction de la revue confrontés au « champ social », l’un comme formateur de travailleurs sociaux, l’autre comme travailleur social praticien, le dernier comme sociologue. Ils s’interrogent sur les conditions de possibilité d’une recherche-action entre travailleurs sociaux et sociologues.

A. Sauvin insiste sur les conditions concrètes de collaboration : gestion du temps, exigences de l’écriture, poids des structures institutionnelles. D. Dind s’interroge sur l’articulation entre praticiens et théoriciens, constituant en « collectif intellectuel organique ». Il illustre sa réflexion par une histoire de cas : la mise en place d’une démarche d’action et d’information sociale à Genève. M. Vuille prône la création d’un « espace d’autonomie » dans les organisations dont nous avons intériorisé les contraintes et les limites. La condition sine qua non pour conduire une recherche-action est de créer cet espace où les rapports entre les chercheurs et les praticiens se construisent hors des règles de fonctionnement de leurs organisations respectives. La recherche-action implique une décentration que seule la création d’un « réseau » peut permettre, dans lequel le savoir et l’action deviennent autogérables.

Research-action and social work

This article is written by three members of the editorial board in Switzerland for this Review. Each of them is active in the field of social work but in very different ways: one teaches social workers, the second is a social worker and the third is a sociologist. They seek to analyse the conditions which can favour useful R-A projects between social workers and sociologists.

A. Sauvin emphasizes the practical conditions necessary for collaboration: time and schedule commitments, writing skills, formal and informal institutional constraints. D. Dind looks at the modes of articulation that can exist between the « knowledge » of social workers and the « knowledge » of sociologists. He uses his experience in a social information and action project in Geneva to illustrate his analysis. M. Vuille calls for the creation of « autonomous spaces » within the organizations that so strongly shape our outlook and perspectives. This autonomous space is a sine qua non for useful research-action where the relationships between researchers and social workers can be worked out in a non-institutionalized context. R-A must be de-centered and thought of more in terms of a network than a hierarchy if knowledge and action are to be collectively self-managed.

J.-P. Fragnière et K. Ley

Des femmes immigrées s’organisent

Résumé / AbstractArticle complet

Une sociologue a mené une recherche-action avec des femmes immigrées en Suisse alémanique. L’entretien évoque les difficultés institutionnelles de mise en place de cette recherche, les rapports entre chercheurs et femmes immigrées, leur gestion commune du champ. La recherche a débouché sur l’affirmation de la nécessité d’une politique globale de prestations aux femmes immigrées, la création d’un centre de consultation, la mise sur pied de cours de formation scolaire pour les ménagères.

Immigrant women organize

A sociologist undertook a research-action project with immigrant women in German-speaking Switzerland. The interview presented here mentions the institutional obstacles that have to overcome in such a project as well as the problems that exist between a researcher and women immigrants. The project calls for an integrated policy of assistance for immigrant women, the creation of a consultation center as well as an adult education programme specifically designed for their needs.

 

France

 

Bruno Jobert

Priorité à l’étude de l’adversaire

Résumé / AbstractArticle complet

L’utilité des recherches scientifiques pour les mouvements sociaux n’est pas évidente. Non seulement les données statistiques ne sont pas adaptées pour répondre aux questions soulevées par les mouvements sociaux mais en plus la production scientifique obéit à des procédures qui entrent en contradiction avec la logique de l’action collective.

Dans ce sens il est important de distinguer entre les fonctions intellectuelles qui doivent être assumées dans le cadre d’une action collective et le travail scientifique proprement dit. En effet si les intellectuels des mouvements collectifs doivent gérer les ambiguïtés et les équivoques inhérentes à l’action collective le rôle du chercheur est plutôt de les dissiper.

Studying the adversary

The usefulness of scientific research for mass movements is often questionable. For example statistical data is often not relevant to the questions that are important fot these movements. Moreover, traditional scientific research methods are usually poorly adapted to the logic of collective action.

For these reasons, it is important to distinguish between the intellectual functions that are necessary to pursue collective action and those necessary for scientific research. It is one thing to know how to deal conjuncturally with the problems and contradictions that are inherent in any collective undertaking. It is quite another to investigate the ways in which these problems can be solved.

Claudine Offredi

La recherche-action ou aspects d’un débat plus large sur l’intellectuel et son rapport à l’action

Résumé / AbstractArticle complet

À partir de son expérience de recherche l’auteur s’interroge sur les rapports entre savoir et action. Dans ce contexte la recherche-action doit être considérée comme une forme d’engagement du chercheur qui ne va pas sans soulever un certain nombre de difficultés. Si le chercheur doit alors assumer de nouveaux rôles et fonctions par rapport aux groupes avec lesquels il se lie, il demeure néanmoins inscrit à l’intérieur d’un système scientifique dont il dépend.

La communauté scientifique impose des règles strictes et l’implication sociale comporte ses exigences particulières. Dans le cadre de la recherche-action le chercheur doit donc se situer à la fois par rapport aux acteurs officiels, ceux qui commanditent le projet, et par rapport aux acteurs qui constituent, sur le terrain, le véritable objet de la recherche. Le défi de la recherche-action est de gérer cette double allégeance.

Research-action: Elements in the debate on the relationship between intellectuals and social action

On the basis of his research experience, the author reflects on the relationship between knowledge and action. He considers that research-action should be seen as a problematical type of commitment by the researcher. While on the one hand, the researcher must take on new roles and functions in relation to the group with which he is working, it is nevertheless true that he remains part of the scientific system upon which he is dependent.

The scientific community imposes strict rules and social commitment has its own particular demands. In the context of a research-action project, the researcher is therefore responsible to both the official organizations which set up the project and the actors in the field who are the real object of research. The challenge of research-action is to deal with this double allegiance.

Monika Steffen

Recherche-action : à quelles conditions peut-elle aboutir à une transformation de la perception des problèmes chez les acteurs sociaux ?

Résumé / AbstractArticle complet

L’enjeu des pratiques de recherche-action se situe dans la dynamique d’ensemble qu’elles déclenchent, en particulier en mettant en cause certains aspects fondamentaux de la division sociale du travail : la séparation entre les activités intellectuelles et non-intellectuelles.

L’auteur relate une recherche-action menée dans une usine utilisant l’amiante qui aboutit à une intervention médicale spécifique et surtout à une prise en charge par les ouvriers de leurs conditions de travail.

À travers cette expérience apparemment strictement médicale se dégagent des revendications à la fois précises et globalisantes. La prévention est désormais posée comme une question de l’organisation du travail et de la société. La représentation des divers acteurs s’est transformée : le syndicat, par exemple, a intégré l’activité scientifique dans sa stratégie de lutte.

On what conditions can research-action result in a transformation of the perception of problems?

Research-action can be valuable if it really attacks one of the fundamental aspects of the social division of labour; that is, the separation between intellectual and non-intellectual activity.

The author describes a research-action project that took place in a factory using asbestos materials and which resulted in a specific type of health intervention as well as a movement by the workers to control their working conditions.

Through a nominally « medical » intervention, both immediate, practical as well as more « political » demands were formulated by the workers. Prevention is now seen within the framework of a reorganization of the workplace and society. The perception of the problem was thus transformed. For exemple, the union now sees scientific work as an integral part of its strategy.

Françoise Gerbaux et Pierre Müller

À la recherche de solutions alternatives : « Le comité d’études pour le développement des activités paysannes » (CEP)

Résumé / AbstractArticle complet

Le CEP qui a été mis sur pied par l’association Peuple et Culture de l’Isère a regroupé des animateurs, des chercheurs et des paysans autour d’un enjeu spécifique, l’évolution de l’agriculture et son impact sur l’autonomie des pratiques paysannes. L’objectif était d’étudier l’émergence et la formulation de « stratégies de résistance paysanne » afin de les populariser.

La démarche empruntée a été très pragmatique et centrée sur les expériences paysannes que l’on tentait de collectiviser. Rapidement s’est posé le dilemme : élargir le noyau de base ou le consolider.

Par ailleurs cette expérience a également fait ressortir la nécessité de clarifier les spécificités de statut entre intellectuels et praticiens.

Looking for alternatives: The research committee on the improvement of peasant conditions (C.I.P.C.)

The C.I.P.C., which was set up by the People and Culture association of Isère (Grenoble region) brought community organizers, researchers and peasants together concerning a specific problem: agricultural development and its impact on the independence of peasant life. The objective was to study ways of developing effective resistance strategies.

The pragmatic approach was centered on the life experiences of peasants and on the ways in which they could be generalized. Almost immediately the group was faced with the dilemma of choosing between broadening support or consolidating the initial group.

This experiment also pointed out the necessity of clarifying the specificities in the status of both intellectuals and the actors directly concerned.

Guy Saëz et J.-F. Claude

De l’éducateur-chercheur à l’animateur sociologue : science de la formation et formation à la science à Peuple et Culture

Résumé / AbstractArticle complet

L’article retrace le développement historique de la problématique formation-animation-recherche au sein de l’association d’éducation populaire Peuple et Culture.

Les méthodes de l’entraînement mental et de l’enquête de milieu en particulier ont caractérisé l’action de formation de l’organisme. Dans les débuts, on refuse que les démarches de formation et de recherche soient séparées, mais leur différenciation ira en s’accroissant avec l’entrée en scène des animateurs au cours des années soixante, puis des sociologues plus récemment.

Comment vont dès lors s’articuler les fonctions d’animation, de formation et de recherche en vue de l’action ? Peuple et Culture en dégage une synthèse qui laisse entrevoir ce que pourrait être un intellectuel collectif à une période où on ne peut plus nier la division du travail.

From educator/researcher to organizer/sociologist

This article traces the development of the relationship between education, organization and research in the group People and Culture from its beginnings in the post-war period to the present day.

Mental training and participatory research methods were characteristic of the initial period of the group. In spite of wishes to the contrary, educational and research activities have become progressively differentiated especially since community organizers came on the scene in the early sixties and the sociologists of the seventies.

The question now is how to effectively coordinate these activities. People and Culture has come up with a synthesis which tries to conciliate the objective of a « collective intellectual » with the necessary division of labour.

François Dubet et Michel Wieviorka

L’intervention sociologique

Résumé / AbstractArticle complet

Consacrée jusqu’ici à l’étude du mouvement contestataire, l’intervention sociologique prônée par Alain Touraine peut se décrire comme un processus qui, à partir de la mise en interrelation des chercheurs et des acteurs concernés aboutit à l’instauration d’un va-et-vient entre l’analyse et l’action, entre les chercheurs et les acteurs.

Les diverses composantes de ce type d’intervention sont présentées ici : nécessité d’une demande d’analyse par les acteurs, constitution de groupes d’analyse, mise en situation des acteurs en vue de créer les rapports sociaux, statuts et rôles des sociologues-chercheurs, phase de « sociologie permanente ».

L’intervention sociologique est organisée en fonction d’un objectif de connaissance et elle vise à comprendre comment se construisent l’action collective et les mouvements sociaux. Pour les militants, il apparaît que la connaissance des processus de formation de leur propre action leur est utile, d’autant qu’ils pensent que la lutte qu’ils mènent est centrale dans le type de société qui se construit sous leurs yeux et dont ils veulent être acteurs.

Sociological intervention

Sociological intervention, a particular type of research-action which has been developed by Alain Touraine, has been widely used in working with protest movements. One can describe it as a process which is based upon the dynamic resolution of conflicts between researchers and activists, between analysis and action.

The various components of this type of intervention are presented here: the necessity for the intervention to be a response to a formal request by the group concerned, the definition of roles and the « permanent sociology » phase.

The sociological intervention is organized in function of a cognitive objective and seeks to understand how collective action and social movements are constructed. The ways in which action is constituted seems to be useful for the actors concerned especially in that they see their struggles as an important part of the process of social reconstruction.

 

Belgique

 

P. Grell et A. Wery

Problématiques de la recherche-action

Résumé / AbstractArticle complet

À l’opposé de la recherche empirique classique qui analyse un objet à partir de la définition faite par le chercheur dans le but d’acquérir des informations et de produire des connaissances scientifiques, le modèle de recherche-action préconisé se présente comme le fruit d’une négociation permanente entre chercheurs et acteurs sociaux. L’objectif de la recherche est alors d’analyser des rapports sociaux mais aussi de faciliter les stratégies des acteurs.

Les auteurs intègrent leur proposition dans une typologie des méthodes de recherche en science sociales en précisant la place qu’y tiennent les divers types de recherche-action et les difficultés qui leur sont propres.

Current paths of research

Contrary to traditional empirical research which is based upon an analysis of an object defined by the researcher with a view towards producing scientific information and knowledge, research-action models are based on a dialectical contradiction between researchers and social actors. The objective of the research is both to analyse social relationships as well as contributing to the effectiveness of strategies for action.

The authors integrate this idea into a typology of the methods of research in the social sciences and identify the difficulties which are inherent in each type.

M. Ivanovic et Myriam Sommer

Recherche-action et changement social : une expérience de collaboration entre des chercheurs et des militants retraités

Résumé / AbstractArticle complet

Un groupe de chercheurs mène une expérience de recherche-action avec des militants retraités. Au cours du processus de recherche-action les groupes militants contactés, appartenant à des obédiences politiques et syndicales diverses, s’unissent et imposent à leurs organisations des stratégies nouvelles pour la défense des retraités.

Le groupe de chercheurs et de militants oriente ensuite son action vers les populations concernées et organise des pressions auprès du ministère compétent. Le texte présente l’évolution du groupe et propose quelques réflexions stratégiques et méthodologiques en situant son approche parmi les courants d’intervention sociologique actuels.

An example of collaboration between researchers and old-age pensioners

A group of researchers undertook a research-action project with a group of former union activists now in retirement. During the course of this project, this group, composed of members of different political and union affiliations, was able to get together and force their former union organizations to adopt new policies concerning the defense of old-age pensioners.

The researchers and pensioners then turned to putting pressure on the government organizations involved. The article describes the evolution of the group and deals with strategical and methodological problems that were encountered.

Jean Paul Frere, Baudoin Piret, André Van der Beken, Christian Van Uffel et Paule Werts

Quand la pratique se « mêle » de savoir…

Résumé / AbstractArticle complet

Dans le cadre d’une école de formation en service social, des groupes d’enseignants et d’élèves tentent de créer de nouveaux rapports entre la théorie et la pratique. Après quelques années de travail pluridisciplinaire, la formation s’oriente vers un modèle expérimental d’autogestion pédagogique et de recherche-action qui permet la production de nouveaux outils pédagogiques.

L’expérience montre que l’apprentissage de la pratique d’animation sociale doit permettre l’acquisition de connaissances mais que la pratique elle-même peut demeurer le centre autour duquel s’organise la production du savoir nécessaire à la formation.

When technicians want to know…

A group of teachers and students in a social work school have attempted to create new relationships between theory and practice. After a few years of multidisciplinary work, the social work programme was oriented towards an experimental model of self-managed learning and research-action. The experience has shown that the learning of specific theoretical concepts and basic information does not have to be separated from social work practice.

Marie-Louise Carels et Gentile Manni

Quand les chercheurs s’en mêlent…

Résumé / AbstractArticle complet

Il s’agit d’une interrogation à propos d’une intervention de recherche-action qui a reposé sur divers partenaires institutionnels : ministère, université, mouvement des femmes socialistes, chercheurs, animateurs, etc., à propos de la politique de la petite enfance. Le développement d’un projet de crèche comme structure d’accueil pour la petite enfance permet d’analyser l’interaction entre les promoteurs et la population.

Quel doit être le rôle du chercheur dans un tel projet : simple participant, animateur, évaluateur externe ?

When researchers get involved…

This article examines an example of R-A concerning child care which involved various institutional partners: government, academia, the Socialist Women’s Movement, researchers, and community organizers.

The interaction between these groups is analysed in relation to the projects proposal for a network of day-care centers.

What should be the role of researchers in such a project: consultant, participant or organizer?

Robert Franck

Recherche-action, ou connaissance pour l’action ? Quelques points de repère et trois positions de principe

Résumé / AbstractArticle complet

Il existe diverses manières de relier la recherche et l’action. On doit à ce propos poser au moins deux questions : (1) À qui sert la recherche-action ? (2) Que devient le savoir dans la recherche-action ?

Il faut commencer par envisager les allégeances du chercheur en vue de déterminer à quelles conditions les intérêts et les préoccupations du chercheur ne porteront pas préjudice à ceux qui ont affaire à lui. Il faut ensuite que s’établisse un rapport contractuel entre le chercheur et les gens auprès desquels est menée une recherche-action et que ces derniers puissent exercer un contrôle démocratique sur le déroulement de la recherche.

Action et recherche peuvent-elles fusionner ? Que devient alors le savoir ? Sans la constitution d’un savoir disposant d’une relative autonomie par rapport à chaque situation particulière, on se prive des armes de la critique que sont la raison et l’expérience. Ce sont là les repères contre l’arbitraire de la recherche et du chercheur.

Research-action or knowledge for action?

There are various ways to link research to action. We should ask ourselves at least two questions: (1) in whose interests is R-A? (2) What happens to knowledge produced by R-A?

One must begin by analysing the allegiances of the researcher in an attempt to determine on what conditions his own interests and concerns may come into conflict with those of the group with which he is working. Secondly, there must be some kind of a contractual relationship that can be democratically controlled.

Can action and research fuse together? What happens to the knowledge produced? Without a relatively independent status for knowledge, is there not a danger of losing the critical contribution of reason and experience? Without this contribution are we not in danger of reintroducing the arbitrary nature of the research and researcher back into the process of producing knowledge?

 

Guadeloupe

 

Dany Bébel-Gisler

De la recherche aux pratiques : pour une pédagogie de l’imaginaire et de la libération

Résumé / AbstractArticle complet

L’auteur évoque sa pratique d’alphabétisation de travailleurs maliens en France qui l’ont convaincue que le travail scientifique n’est qu’un terme du processus de connaissance, car pour connaître un groupe, un phénomène social, il faut élucider les relations complexes entre imaginaire, symbolique, réel, chercher « avec sa tête et son coeur ».

Actuellement, en Guadeloupe, elle tente de contribuer à l’élaboration d’une sociolinguistique antillaise. La recherche-action l’a conduite à radicaliser son engagement politique en travaillant avec des parents et des enfants de classes populaires qui subissent les effets de la violence culturelle qu’impose l’enseignement en français. À travers le rejet du créole, c’est un rejet de tout ce qu’est et ce que vit la population qui se produit. L’expérience de la mise sur pied d’un centre d’éducation populaire où l’on essaie de fonder une pédagogie de l’imaginaire et de la libération, où le créole est langue d’enseignement et de communication est rapportée ici comme conséquence concrète d’un processus de recherche-action.

From research to practice: for a pedagogy of imagination and liberation

Through her experience in literacy work with Malian workers living in France, the author became convinced that scientific work is only one part of the learning process. To know a group, or a social phenomenon, one must be able to elucidate the complex relationships that exist between the imaginative, symbolic and objective levels of reality.

Presently working in Guadeloupe, she is working on West-Indian socio-linguistics. Her research-action approach has led her to radicalize her political commitment to the parents and children of the popular classes who are victims of the cultural violence imposed by the French system of education. The rejection of creole is really the rejection of the life and identity of the local population. The indirect consequence of the R-A process underway has been the setting up of a People’s Education Center in which teaching is in creole and based upon a pedagogy of imagination and liberation.

 

Inde

 

A.M. Kühn-Laborde

Les parias de l’espoir : Entrevue avec Denis von der Weid

Résumé / AbstractArticle complet

Entrevue avec l’auteur de l’ouvrage : Inde, les parias de l’espoir qui décrit son action de conscientisation auprès des Intouchables de l’Inde. Il s’inspire de Paolo Freire, mais insiste sur l’importance de l’analyse économique comme source de toute perception critique de la réalité.

The Pariahs of Hope: roots of a peasant movement

Interview with the author of the book Inde, les parias de l’espoir, which relates the conscientization action undertaken with the Untouchables in India. The author is sympathetic to Paulo Freire’s approach but puts more emphasis on economic analysis as a prerequisite for a critical perception of reality.

 

France

 

Dan Bernfeld

La recherche-action : insurrection utopique ou résurrection réaliste de la participation ?

Résumé / AbstractArticle complet

L’auteur tente de constituer une théorie de la participation dans les champs social et politique. Il s’agit d’identifier un nombre d’expériences autonomes dont la somme permette la préfiguration de l’émergence d’un type nouveau de mouvements : peu structurés, opposés aux modèles de type institutionnel, largement solidaires.

Trois grandes catégories de participation (conservation, survie, changement) permettent de classifier le matériel recueilli. On s’interroge sur le caractère démocratique des mouvements de participation. Divers projets de recherche en cours sont évoqués.

Research-action: utopic insurrection or a realistic resurrection of participation

The author attemps to articulate a theory of participation in the spheres of social and political activity. His analysis of various examples leads him to conclude that a new type of movement is emerging which is based upon loosely structured forms of solidarity in contrast to previous institutional models.

He classifies his material according to three main categories of participation (protection, survival and change) and examines the democratic nature of each type. Various research projects underway are also mentioned.

Albert Meister

Quelques doutes à propos de la recherche-action

Résumé / AbstractArticle complet

À partir de l’exemple des fichiers et inventaires qui existent à propos des initiatives, expériences, associations de défense du cadre de vie, et qui se réclament d’une sociologie participative, l’auteur met en évidence ce qui sépare une telle démarche d’une recherche sociologique. Celle-ci cherche à établir les invariants structurels, les constantes de fonctionnement de toutes ces expériences. Ce sont là des questions indépendantes de la pratique sociale et dont la réponse est sans utilité immédiate pour les praticiens.

À propos de telles expériences, il faudrait par exemple se demander : (1) qui sont les nouveaux missionnaires promoteurs de ces expériences ? (2) qui sont les suiveurs ? (3) que signifient ces expériences dans le contexte de remarquable stabilité sociale et politique — plutôt que de volonté de changement — de nos sociétés post-industrielles ?

La recherche-action ou la sociologie participante n’empêchent-elles pas la distanciation nécessaire par rapport aux phénomènes observés, ne contribuent-elles pas à nier ou à contourner les ambiguïtés de la pratique sociale ?

Some doubts concerning research-action

Based on his analysis of various case-studies of « participatory sociology », the author tries to show how and why this approach cannot be considered as sociological research. The author points out that research must seek to discover the structural consistencies of such experiences and that this concern is independent of social action as such. The conclusions of such research are thus not immediately useful to actors.

When considering examples of « participatory sociology » one must ask the following questions: (1) who are the new missionaries that are promoting these projects? (2) who are their followers? (3) what significance can be attributed to this type of approach in the context of the remarkable social and political stability (rather than desire for change) of post-industrial societies?

He suggests that research-action or participatory sociology obscures the critical distance necessary to observe and analyse social phenomena and thus masks or denies the ambiguities inherent in social practice.