Identités et nouveaux rapports sociaux dans les sociétés pluriethniques

Sous la direction de Anne Laperrière, Véronique De Rudder et Madeleine Moulin

Des intervenants sociaux exposent ici les facteurs facilitants, les difficultés et les stratégies qui marquent l’intégration des minorités de la « nouvelle immigration » non européenne. Par delà une diversité de perspectives et de vécus, on relève des problématiques communes. (…)

 

cover-LSP31

 
TABLE DES MATIÈRES

 

Anne Laperrière

Présentation du numéro

Article complet

 

I. Vivre ailleurs


L’intégration de la nouvelle immigration à la société québécoise : facteurs facilitants, difficultés et stratégies. Table ronde

Résumé / AbstractArticle complet

Des intervenants sociaux exposent ici les facteurs facilitants, les difficultés et les stratégies qui marquent l’intégration des minorités de la « nouvelle immigration » non européenne. Par delà une diversité de perspectives et de vécus, on relève des problématiques communes. Le premier défi des nouveaux venus est la redéfinition de l’identité et des relations sociales dans un nouveau contexte, beaucoup plus individualiste. Chez les minorités établies au pays depuis plus longtemps (noires, en particulier), c’est l’accès égal aux ressources et au pouvoir qui pose d’abord problème : la couleur demeure une barrière malgré l’atténuation des distances culturelles. Enfin, le profil identitaire se transforme d’une génération à l’autre, car les modèles panaméricains et des identités plus larges (de culture ou de couleur) rapprochent les jeunes de diverses origines.

Integration of the new wave of immigrants into Quebec society: facilitating factors, difficulties and strategies. Round table

Social stakeholders reviewed the facilitating factors, difficulties and strategies that mark the integration of minorities of the « new wave of non-European immigrants ». Notwithstanding diverse views and experience, common problems are observed. The newcomers’ first challenge is to redefine their identity and social relationships in a new, much more individualistic context. Among long-established minorities in the country (blacks in particular), the first problem to arise is equal access to resources and power; colour remains a barrier in spite of the attenuation of cultural differences. The identity profile changes from generation to generation since Pan-American models and broader identities (of culture or colour) bring young people of different origins closer together.

Ida Simon-Barouh

Entre communauté et société, le citoyen pluriel. Cambodgiens à Rennes, en Bretagne

Résumé / AbstractArticle complet

Le tournant « pluriel » des années soixante, conjugué à la récession économique, a fait surgir en France plusieurs types de questions. Ainsi, on perçoit chez les autorités politiques une tentative de prise en considération d’une certaine pluralité, tentative cependant contrebalancée par une volonté de repliement nationaliste français, de retour à l’assimilation (quand elle est jugée possible) et d’exclusion. Une autre interrogation concerne l’identité : être Français, qu’est-ce que c’est ? Et lorsqu’on naît de parents venus d’ailleurs, qu’est-on ? Comment les collectivités étrangères se définissent-elles ? Comment vivent-elles au quotidien les aléas de la politique migratoire et nationale française ? L’auteure raisonne à partir de l’exemple particulier des Cambodgiens installés à Rennes, en Bretagne.

Between community and society, the pluralistic citizen: Cambodians in Rennes, Brittany

The « pluralistic » shift of the 1960s, combined with the economic recession, has raised several types of questions in France. For example, an attempt to take into consideration a certain plurality is noticeable among political authorities. This, however, was offset by the desire of part of the French population to turn inward, to promote assimilation (when deemed possible) and to foster exclusion. Another question concerned identity: what does it mean to be French? And if born of foreign parents, what nationality is one? How do foreign communities define themselves? How do they react to the experience of changing French migration and nationalist policies? The author bases her rationale on the specific example of Cambodians living in Rennes, Britanny.

Mauro Peressini

Attachement utilitaire et refus du jeu ethnique. Le rapport au pays d’accueil dans les récits de vie d’un groupe d’immigrants italo-montréalais

Résumé / AbstractArticle complet

Les récits de vie d’un groupe d’immigrants italiens de Montréal, en tant que révélateurs des identités multiples au moyen desquelles les narrateurs se définissent, servent ici à analyser le traitement réservé au pays d’accueil. Les discours tenus sur les caractéristiques naturelles et spatiales du Canada, sur la société canadienne en général et sur les rapports concrets avec les autochtones montrent que le Canada est jugé positivement ou négativement selon sa capacité de favoriser ou non la réalisation d’un projet migratoire essentiellement familial et l’épanouissement d’une vie communautaire à caractère local. Il y a valorisation des identités familiales, de l’identité rattachée à l’appartenance à une communauté de parents et d’amis et de l’identité de « citoyen ». En revanche, les discours expriment une dévalorisation généralisée des identités ethno-nationales. La conclusion suggère de considérer l’attachement utilitaire au pays d’immigration et le refus du jeu ethnique qui se dégagent des discours comme des stratégies liées aux traits socio-professionnels du groupe étudié.

Utilitarian attachment and rejection of the ethnic game: the relationship with the host country in the life stories of a group of Italian immigrants in Montreal

The stories of the lives of a group of Italian immigrants, as they reveal the many identities by which the narrators define themselves, are used to analyse their attitudes toward the host country. Discourse on the natural and spatial characteristics of Canada, on Canadian society in general and on actual relations with native Canadians show that Canada is seen in a positive or negative light depending on whether or not it can promote what is essentially family migration and the development of local community life. Value is placed on family identities, the identity associated with belonging to a community of parents and friends and the identity of « citizen ». On the other hand, this discourse generally gives short shrift to ethno-national identities. The conclusion suggests considering utilitarian attachment to the host country and rejection of the ethnic game, both of which emerge from the discourse as strategies related to the socio-professional characteristics of the group under study.

Mikhaël Elbaz

Ethnicité et générations en Amérique du Nord. Le cas de la seconde génération de Juifs sépharades à Montréal

Résumé / AbstractArticle complet

L’étude des générations d’immigrants nécessite une réévaluation sur la longue durée des stratégies identitaires des immigrants et de leurs descendants ainsi que des relations entre cohésion communautaire, reformulation de la tradition et habitus de classe et de génération. L’auteur propose une relecture des travaux sur les générations d’immigrants aux États-Unis. Selon lui, culture généalogique et culture identitaire sont des constructions qui témoignent du travail conquérant de la modernité sur les sujets. Il note que toute analyse des trajets générationnels doit rester attentive à la place occupée par les parents dans la chaîne migratoire et dans les réseaux transétatiques ainsi qu’à leurs ressources matérielles et culturelles, au cycle économique, aux principes d’intégration instrumentale et symbolique du pays d’accueil, et à la capacité ou à l’incapacité des immigrants de fonder un groupe et la représentation de son unité. Dans un second temps, il compare les attitudes et les identités de la première et de la seconde génération de Juifs sépharades à Montréal. Il décèle que les héritiers putatifs agissent comme une troisième génération en termes du modèle hansénien, se rejudaïsent et se reproduisent selon des logiques familiales et ethniques.

Ethnicity and generations in North America: a case study of second-generation Sephardic Jews in Montreal

The author suggests rethinking research on the durability of the identity strategies of immigrants and their descendants, as well as the relationship between communal cohesion, the changing patterns of tradition, and class and generational « habitus. » He suggests a new look at research on immigrant generations in the United States and holds that genealogical and cultural identities are constructs which exemplify the overwhelming influence of modernity. He notes that any analysis of generational positions has to take into account the importance the ascendants maintain in migratory and transethnic networks, material and cultural resources, economic cycles, the principles of instrumental and symbolic integration into the host country and the ability or inability of immigrants to build a community and organizations representing its cohesiveness. In a case study, he compares the attitudes and identities of first and second-generation Sephardic Jews in Montreal, showing that the heirs act as a third generation in terms of Hansen’s theory, Judaize themselves anew and reproduce according to family and ethnic patterns.

 

II. Le contexte d’accueil : inclusion, exclusion et métissage


Andrea Rea

La politique d’intégration des immigrés et la fragmentation des identités. Le modèle belge à l’épreuve de la crise économique et de la fédéralisation de l’État

Résumé / AbstractArticle complet

La mise en rapport de deux figures métaphoriques de l’exclusion — le chômeur et l’immigré — permet d’éclairer les processus d’intégration-exclusion des immigrés et les faiblesses et ambiguïtés de la notion d’intégration appliquée à l’immigration. Lorsque la société française s’interroge sur l’intégration de ses immigrés, française prime sur société. Au contraire, poser le problème de l’intégration sociale en France dans le sens de la sociologie classique conduirait à considérer les populations immigrées comme des groupes sociaux parmi d’autres — certains groupes immigrés étant plutôt mieux intégrés que certaines catégories d’autochtones — dans un ensemble complexe et pluriculturel.

Integration and exclusion in the dual society: the unemployed person and the immigrant

Comparing two metaphoric figures of exclusion, the unemployed person and the immigrant, clarifies the process of integration-exclusion of immigrants and the weaknesses and ambiguities of the concept of integration as it applies to immigration. When French society questions the integration of its immigrants, French takes precedence over society. Conversely, examining the problems of social integration in France in the sense of classical sociology would result in considering immigrant populations as a social group like any other—certain immigrant groups being rather better integrated than some categories of the native born—in a complex, multicultural context.

Isabelle Taboada Leonetti

Intégration et exclusion dans la société duale. Le chômeur et l’immigré

Résumé / AbstractArticle complet

La mise en rapport de deux figures métaphoriques de l’exclusion — le chômeur et l’immigré — permet d’éclairer les processus d’intégration-exclusion des immigrés et les faiblesses et ambiguïtés de la notion d’intégration appliquée à l’immigration. Lorsque la société française s’interroge sur l’intégration de ses immigrés, française prime sur société. Au contraire, poser le problème de l’intégration sociale en France dans le sens de la sociologie classique conduirait à considérer les populations immigrées comme des groupes sociaux parmi d’autres — certains groupes immigrés étant plutôt mieux intégrés que certaines catégories d’autochtones — dans un ensemble complexe et pluriculturel.

Integration and exclusion in the dual society: the unemployed person and the immigrant

Comparing two metaphoric figures of exclusion, the unemployed person and the immigrant, clarifies the process of integration-exclusion of immigrants and the weaknesses and ambiguities of the concept of integration as it applies to immigration. When French society questions the integration of its immigrants, French takes precedence over society. Conversely, examining the problems of social integration in France in the sense of classical sociology would result in considering immigrant populations as a social group like any other—certain immigrant groups being rather better integrated than some categories of the native born—in a complex, multicultural context.

Marco Martiniello

Élites et leaders ethniques : entre mobilité sociale et structuration communautaire

Résumé / AbstractArticle complet

Pour rendre compte de la situation post-migratoire en Europe continentale, l’auteur, ayant distingué entre catégorie ethnique et communauté ethnique et entre élites ethniques et leader ethnique, trace le bilan et les enjeux théoriques de l’étude des élites et du leadership ethniques dans la même région du monde. Une critique de la version la plus courante de la thèse de l’ethnicisation des rapports sociaux est présentée et une théorisation à la fois alternative et complémentaire est exposée. Cette théorisation met en évidence les relations de pouvoir et d’impuissance qui se nouent entre la polity de la société d’immigration et les communautés ethniques d’origine immigrée. La position et le rôle des élites et des leaders ethniques dans ces relations inégalitaires font l’objet d’une attention particulière. Dans la troisième partie de l’article, l’exemple de la collectivité belge francophone d’origine italienne sert à illustrer les propositions théoriques avancées.

Ethnic elites and leaders: between social mobility and community structures

To assess the post-migratory situation in continental Europe, the author distinguishes between ethnic category and ethnic community, and between ethnic elite and ethnic leader, and then describes the situation and theoretical issues of the study of ethnic elites and leadership in that part of the world. A critique of the most popular version of the thesis of the ethnicization of social relationships is presented, along with a theoretical framework that is both alternative and complementary. The theory highlights the relationships of power and powerlessness formed between the polity of the host society and ethnic communities of immigrant origin, with special attention to the status and roles of ethnic elites and leaders in these unequal relationships. In the third section of the article, the example of the French-speaking Belgian community of Italian origin serves to illustrate the proposed theory.

Marie-Claire Caloz-Tschopp

Le métissage pris dans les filets du Politique. De quelques paradoxes de la philosophie politique au passage des frontières des États-nations

Résumé / AbstractArticle complet

Dans le contexte actuel de mobilité des populations, et surtout de la mobilité Sud-Nord, le débat sur le métissage est relayé dans certains milieux par un débat sur les « chances et risques » de la société multiculturelle et sur le « choc des civilisations ». Après la race, la « culture » devient la référence de différenciation du genre humain. Comment la philosophie politique aborde-t-elle ce débat ? La tension entre la diversité et l’unité du genre humain était déjà présente chez Kant ; tout en reconnaissant le caractère artificiel — et non biologique — des nations, celui-ci n’en refusait pas moins le mélange des souches dans la constitution des peuples. Arendt tentera de redonner place aux sans-droits rejetés hors des États-nations en définissant le pouvoir non plus en lien avec le territoire, mais en termes de possibilités d’action commune. Elle contribue ainsi au développement d’une philosophie politique qui se situe au passage des frontières et libère le métissage des filets du Politique.

Interbreeding at the mercy of politics: some paradoxes of political philosophy when crossing national frontiers

In the current context of mobile populations, in particular south-north mobility, the debate on interbreeding is replaced in some circles by a debate on the « chances and risks » of the multicultural society and the « clash of civilizations ». After race, « culture » is the reference point in differentiating human beings. How does political philosophy approach this debate? The tension between diversity and unity in the human species was evident as early as Kant. While acknowledging the artificial, and non-biological, character of nations, Kant nonetheless rejected the role of mixed origins in the make-up of peoples. Arendt tried to restore a role to stateless persons without rights by defining power not in relation to territory but in terms of common action, thereby contributing to the development of a political philosophy that goes beyond national boundaries and frees interbreeding from the tangles of politics.

 

III. Perceptions mutuelles et pratiques de l’interculturel


Véronique De Rudder, Isabelle Taboada Leonetti et François Vourc’h

Et si l’on parlait des Français ? Perception des immigrés en France, attitudes, opinions et comportements

Résumé / AbstractArticle complet

Pour cerner les représentations, opinions et attitudes des Français à l’égard des « immigrés » en rapport avec leurs propres comportements sociaux et pratiques culturelles, on a interrogé 145 personnes de nationalité française vivant en Île-de-France. On a dégagé cinq types d’attitudes associant, selon des combinaisons variables mais non aléatoires, des positions à l’égard de l’immigration et des immigrés et des pratiques personnelles (sociabilité, engagement, orientation). L’analyse de la cohérence interne des attitudes fait apparaître deux grands facteurs de tension. Le premier provient d’une certaine contradiction entre les dimensions nationale et sociale, l’exclusion civique s’opposant à l’égalitarisme social. Le second concerne les limites du pluralisme jugé admissible, selon que l’on privilégie la liberté d’expression et l’autonomie culturelle ou que l’on recherche une certaine homogénéité idéologico-culturelle centrée sur des valeurs partagées. Ce sont des conceptions différentes de la société française, de sa propre intégration et de son avenir qui transparaissent dans ces prises de position, tandis que s’y expriment les tensions identitaires concernant la façon dont on peut, aujourd’hui, ou dont on pourra, à l’avenir, « être Français ».

Speaking of the French… The perception of immigrants in France: attitudes, opinions and behaviour

A survey of 145 French nationals living in the Ile de France region was conducted with a view to identifying the perceptions, opinions and attitudes of the French regarding immigrants compared with their own social behaviour and cultural habits. Using variable but non-random combinations, five attitude-types were identified that linked positions regarding immigration and immigrants with personal behaviour (sociability, commitment, orientation). Analysis of the internal coherence of attitudes revealed two major factors of tension. The first comes from a certain contradiction between the national and social dimensions, (i.e., civil exclusion and social egalitarianism coexist). The second concerns the limits of pluralism deemed acceptable, depending on whether freedom of expression and cultural autonomy are favoured, or a degree of ideological-cultural homogeneity is sought based on common values. These different concepts of French society, of its own integration and future, are illustrated through these positions, while identity tensions are expressed in terms of how one can today or in the future, « be French. »

Lucille Guilbert

Intermédiaire culturel et médiateur de cultures : évolution des rôles et des attitudes dans la société québécoise

Résumé / AbstractArticle complet

Ce texte porte sur deux dimensions spécifiques des relations interculturelles, soit : 1. les relations entre des ressortissants de la société d’accueil et des personnes issues de l’immigration, observées dans des situations de jumelage, de parrainage, de famille d’accueil ou d’adoption internationale; 2. la capacité de médiation chez des immigrants et des Québécois de toutes origines. Pour étudier ces deux dimensions, l’auteure a eu recours aux concepts d’intermédiaire culturel et de médiateur de cultures. Les rôles d’intermédiaire culturel et de médiateur de cultures sont tous deux nécessaires à la société et évoluent en même temps qu’elle. Toute société étant hiérarchisée, stratifiée, l’intermédiaire culturel contribue à en assurer le bon fonctionnement. Parce qu’il comprend mieux les représentations individuelles et collectives liées à sa culture d’origine, à son projet de vie et à ses attentes et motivations, qui marquent ses relations avec l’autre, et parce qu’il perçoit mieux les « écrans » et les « filtres » à travers lesquels s’acquiert la connaissance de l’autre, l’individu, que ce soit la personne de souche ou l’immigrant, est à même de devenir « médiateur de cultures ».

Cultural intermediary and mediator of cultures: the development of roles and attitudes in Quebec society

Two specific dimensions of intercultural relations are described: 1. relations between nationals of the host society and individual immigrants observed in situations of twinning, sponsorships, host family or international adoption, and 2. the ability to mediate among immigrants and Quebecers of all backgrounds. The concepts of cultural intermediate and mediator of cultures are used to examine these two dimensions. The roles of cultural intermediary and mediator of cultures are both necessary to society and evolve at the same time as society. Since every society has its hierarchy and strata, the cultural intermediary help to ensure its smooth operation. Because individuals have a better understanding of individual and group perceptions of their culture of origin, life plan, expectations and motivations, all of which mark their relations with others, and since they are more aware of the « screens » and « filters » through which knowledge of others is acquired, they are well suited to becoming « cultural mediators, » whether they are of native stock or immigrants.

Albert Doutreloux

L’école et l’interculturel, intégration des autres ou prise de conscience de soi ?

Résumé / AbstractArticle complet

L’article se base sur une recherche-action et sur une pratique de la formation aux relations interculturelles dans des écoles de Montréal. Il semble en ressortir que la méconnaissance de nos propres déterminations culturelles est plus dommageable que l’ignorance des cultures autres, et que le contexte interculturel offre l’occasion de prendre conscience de ces processus culturels et d’ajuster nos représentations et nos modes d’action : il permet de saisir les dynamiques « contenus-processus-contextes » pour traiter la complexité des situations réelles et instaurer des relations entre « systèmes autonomes », personnes ou institutions.

Interculturalism and the school: integration of others or heightened self-awareness?

The article is based on action-research and practical training experience in intercultural relations in Montreal schools. What seemed to emerge was that ignorance of our own cultural resolution is more harmful than ignorance of other cultures, and that the intercultural context provides an opportunity to become aware of these cultural processes and to adjust our performance and methods of action. It enables us to grasp the « content-process-context » dynamics to deal with the complexity of real situations and establish relationships between autonomous systems, whether individuals or institutions.

Anne Laperrière, Lejacques Compère, Majid D’Khissy, René Dolce, Gilbert Filion, Nicole Fleurant et Marianick Vendette

L’émergence d’une nouvelle génération cosmopolite ?

Résumé / AbstractArticle complet

À partir d’une recherche qualitative faite au moyen d’entrevues auprès de 89 jeunes Québécois français, italiens et haïtiens d’une école secondaire montréalaise cosmopolite, les auteurs tentent de cerner comment se construisent socialement les perceptions et stratégies des jeunes concernant les relations interethniques dans trois espaces sociaux : la famille, le quartier et l’école. Les éléments propices à l’échange et ceux qui y font obstacle sont mis en lumière. La primauté accordée aux caractéristiques individuelles sur celles du groupe, la relativisation des cultures, la reconnaissance de la nécessité des accommodements et de la réciprocité dans l’échange favorisent le rapprochement, à l’encontre des tensions linguistiques, raciales et de valeurs. L’ensemble des jeunes arrive à une même définition des principes de base d’un fonctionnement pluraliste harmonieux en fin de secondaire, à partir de cheminements différents conditionnés par les valeurs transmises par les familles des divers groupes ethniques.

Is a new cosmopolitan generation emerging?

Based on qualitative research using interviews with 89 young French, Italian and Haitian Quebecers in a cosmopolitan high school in Montreal, the authors try to determine how the outlooks and strategies of young people are constructed as regards interethnic relations in three specific areas: the family, the neighbourhood and the school. Elements which favour the exchange of views and obstacles to such exchanges are highlighted: the primacy of individual characteristics over those of the group, the relative nature of cultures, recognition of the need for compromise and reciprocity in exchanging views which favour rapprochement and combat friction due to linguistic, racial or value differences. Young people in general arrive at a common definition of the basic principles for pluralistic, smooth operation by the end of high school, starting from different life experiences conditioned by the values transmitted by families in various ethnic groups.

 

Notes de lecture


Agnès Pitrou

Marie-Agnès Barrère-Maurisson, La Division familiale du travail. La vie en double, Paris, PUF, Économie en liberté, 1992, 251 p.

Jacques Commaille, Les Stratégies des femmes. Travail, famille et politique, Paris, Éd. La Découverte, 1992, 189 p.

N/A Résumé / Abstract Article complet

Résumés

N/A Résumé / Abstract Article complet