Vieillir et mourir. À la recherche de significations

Sous la direction de Didier Le Gall, Gilbert Renaud et Ricardo Zúñiga

Dans le cadre de ses échanges sur l’orientation et le développement de la RIAC, le conseil international de rédaction avait identifié une thématique qui prend une place croissante dans les préoccupations des gouvernements (…)

 

cover-LSP23

 
TABLE DES MATIÈRES

 

Didier Le Gall, Gilbert Renaud et Ricardo Zúñiga

Présentation du numéro

Article complet

 

I. Vieillir : la recherche d’une signification


Ricardo Zúñiga

La gérontologie et le sens du temps

Résumé / AbstractArticle complet

Une gérontologie absorbée par la vieillesse oublie le vieillissement, et oublie que le vieillir est une piste de recherche sur la signification de toute expérience humaine. Le grand absent de la gérontologie est le temps humain concret, le mouvement qui définit toute vie humaine individuelle et collective. Une étude plus approfondie sur cette dimension de la gérontologie passe par l’analyse de son caractère de science instrumentale, par l’identification de ses balises conceptuelles et par une réflexion sur son potentiel émancipateur en tant que source de compréhension de la temporalité humaine concrète.

Gerontology and the sense of time

A gerontology absorbed with old age forgets the aging process, and forgets that growing old is a topic for research on the meaning of all human experience. Gerontology’s great omission is concrete human time, the movement which defines all human life, individually and collectively. A deeper study of this dimension of gerontology entails an analysis of its character as an instrumental science, an identification of its principal concepts, and a reflection on its emancipatory potential as a source for the comprehension of concrete human temporality.

Raymond Lemieux

Vieillir : une question de sens ?

Résumé / AbstractArticle complet

Vieillir, c’est le mode selon lequel l’individu intègre la communauté humaine qui est la sienne. Partant de ce postulat, l’auteur interroge le phénomène du vieillissement et la production d’une sous-culture du troisième âge dans les sociétés contemporaines. Il découvre alors que le phénomène du vieillissement en est plutôt un de rupture, dans le passage, tout au cours de la vie, à des groupes d’âge successifs qui supposent chaque fois l’apprentissage de nouveaux rôles. Qu’en est-il alors de la production du sens de la vie ? Celui-ci est-il encore possible quand on n’a plus d’histoire à raconter aux générations plus jeunes ?

Aging: a question of meaning?

Aging is the mode through which the individual integrates the human community to which he belongs. Based on this postulate, the author questions the nature of the aging phenomenon and the creation of a subculture of the aged in contemporary societies. He then discovers that the phenomenon of aging is rather one of a rupture in the lifelong passage to successive age groups, which presupposes at each stage the learning of new roles. And how does this involve creating meaning in life? Is this still possible when one no longer has a history to relate to younger generations?

Jean-François Barthe, Serge Clément et Marcel Drulhe

Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées

Résumé / AbstractArticle complet

Comme n’importe quel acteur social, les personnes âgées mettent en oeuvre diverses sortes de tactiques (on ne préjuge pas que leurs pratiques sont le fruit d’une élaboration consciente ou l’adaptation de routines) pour affronter les difficultés de la vie quotidienne. La diversité et la dispersion de ces pratiques s’expliquent en partie par la nature des problèmes auxquels elles sont confrontées aux différents moments de leur trajectoire. Trois sortes de problèmes importants structurent ces itinéraires : le changement provoqué par la fin de l’activité professionnelle ou familiale; la restriction des activités imposée par les déficiences ou handicaps; la dépendance physique ou morale. Autour des stratégies d’affrontement de ces problèmes, on peut élaborer un modèle simplifié des processus de vieillissement, à trois épisodes.

Old age or aging? Processes of lifestyle organization among older people

As with any type of social actor, older people produce various tactics (and one does not prejudge whether their practices are the result of conscious preparation or an adaptation of habits) to face the difficulties of everyday life. The diversity and dispersion of these practices are partially explained by the nature of the problems the aged must confront at different points in their journey. Three kinds of major problems structure such itineraries: changes brought about by the termination of professional or family activities; the restriction of activity imposed by deficiencies or handicaps; and physical or other dependence. Based on the strategies employed to confront these problems, a simplified model of aging processes, in three stages, can be elaborated.

Marcel Bolle de Bal

Devoir vieillir et vouloir devenir : la reliance, enjeu initiatique

Résumé / AbstractArticle complet

Mieux vieillir et mieux mourir, mieux accepter notre vieillir et notre mourir : ces objectifs nobles et ambitieux s’inscrivent dans tout un courant de pensée et d’action qui émerge des inquiétudes de notre temps perturbé. Face à la technocratie, l’humanisme. Face à une conception rationaliste et positiviste de la science, une conception systémique et holistique. Face à l’homme morcelé, l’homme global. Face à la division du travail et à l’éclatement de la vie, la solidarité des êtres et des âges. Face à la société de déliance, des stratégies de reliance. La reliance, enjeu fondamental, pour que le devoir-vieillir devienne, par le biais d’initiations réinventées, un vouloir-devenir, source d’un autre vivre et d’un autre mourir, ou, si l’on veut, d’un autre mûrir. Cela mérite quelques explications, un regard sur notre société, son passé, son présent et son avenir, sur ses approches du vieillir et du mourir.

The necessity of aging and the desire to grow: reconnectedness as an initiatory issue

To age better and to die better, to better accept our aging and dying: such noble and ambitious objectives are part of an entire current of thought and action which is emerging out of the anxieties of our troubled times. In the face of technocracy, humanism. In the face of a rationalist and positivist conception of science, a systemic and holistic vision. In the face of fragmented man, global man. In the face of the division of work and the splintering of life, solidarity among individuals and age groups. In the face of a disconnected society, strategies for reconnectedness. Reconnectedness as a fundamental issue in order for the necessity of aging to become, through recreated initiations, the desire to grow, the source of another kind of living and another kind of dying, or, if one wishes, another kind of maturation. This merits some explanation and a look at our society, its past, its present and its future, and its approaches toward aging and dying.

Nicole Marcil-Gratton

Vieillir comme on a vécu : la clé pour décoder la vieillesse de demain

Résumé / AbstractArticle complet

Le vieillissement démographique est à nos portes. Rien ne pourra désormais empêcher que les têtes blanches occupent une part de plus en plus importante dans la communauté. Cependant, si vieillir est un processus embrayé depuis la naissance dans la vie de chacun, c’est aussi, pour la société, le résultat d’un cheminement déjà bien inscrit dans les caractéristiques de sa population encore jeune. Pour mieux comprendre ce que sera la société vieillie, il faut éviter de faire le jeu du miroir en projetant pour l’avenir l’image que nous transmet la vieillesse d’aujourd’hui. Cet article explore la vie des générations encore jeunes dans le but de déceler des indicateurs d’une amélioration possible de l’état dans lequel on franchira désormais le seuil du troisième âge.

To age as one has lived: the key towards understanding the aged of tomorrow

The demographics of aging is upon us. Nothing can henceforth prevent the grey-haired generation from occupying an increasingly important place in the community. However, if aging is a process which begins at birth in everyone’s life, for society, it is also the result of a progression which is already well established in the characteristics of its younger population. To better understand how society will age, one should avoid employing a « mirror » perspective in projecting the image transmitted by the aged today into the future. This article explores lifestyles in the younger generations with the aim of detecting indicators of a possible improvement in the way we will cross the threshold into old age in future.

 

II. À la recherche de la signication sociale du mourir


Louis-Vincent Thomas

Vieillir, mourir

Résumé / AbstractArticle complet

Les vieux ne sont pas seulement plus nombreux, ils sont de plus en plus vieux. Mais ils doivent faire face à la dévaluation, l’abandon et la récupération. Dans l’état actuel des choses, tout au plus parvient-on à ajouter des années à la vie : on ne sait pas encore ajouter la vie aux années. La « science » a beau trouver des remèdes miracles, le processus du vieillissement s’avère inéluctable et l’issue fatale.

Aging, dying

Old people are not only more numerous, they are also increasingly older. And yet they must face devaluation, abandonment and exploitation. At the present time, we can succeed at most in adding a few years to our lives: we do not yet know how to add life to our years. « Science » can find as many miracle cures as it likes; the aging process has proven to be inescapable and the outcome fatal.

Luce Des Aulniers

La belle, la (dé-)possédée, la digne, l’inouïe : (Notes sur la frange d’une recherche)

Résumé / AbstractArticle complet

Quelques formes contemporaines de pratiques avant la mort sont analysées à la faveur d’un aperçu de l’histoire de la modélisation de la mort : quels rapports sociaux orientent les rapports vie-mort ? Comment ces derniers déterminent-ils les pratiques et les représentations successives et sédimentées d’une « bonne » mort et sont-ils illustrés par elles ? Quels acteurs jouent le rôle de définisseurs de cette bonne mort ? Quels sont la portée et les enjeux du mouvement d’intérêt à l’endroit du mourir, de la création d’unités de soins palliatifs, du testament de vie ? Comment agissent actuellement les premiers concernés ? De la bonne à la belle, puis de la dépossédée à la discourue, la « préparation » à la mort prend des formes qui se déplacent de l’événement de la mort comme telle à la présence de la maladie, voire au parcours de toute une vie. Le rite alors mis en place signale un nouveau rapport au temps, aux réseaux sociaux et à l’institution bio-médico-hospitalière, tout en s’axant sur de grands universaux.

Beautiful, (dis)possessed, dignified, ineffable…
(Notes on the fringes of research)


Certain contemporary forms of pre-death practices are analysed through a glimpse at the history of the models for death: what social relationships orient life-death relationships? How do the latter relationships determine the successive and established practices and representations of a « good » death, and are these relationships illustrated by such practices and representations? Which actors take on the role of defining this good death? What are the implications and issues involved in the trend toward an interest in the area of dying, the creation of palliative care units, and the living will? How do those primarily affected act at present? From good to beautiful, from dispossessed to widely discussed, the « preparation » for death is taking forms which are shifting from the event of death as such to the presence of illness, and even to the course of an entire life. The rite thus instated marks a new relationship to time, to social networks and to the bio-medico-hospital institution, while centring on certain great universals.

Jean-Marc Larouche

Vieillir et mourir : à l’ombre de la géronto-sophie et de la thanato-sophie

Résumé / AbstractArticle complet

Cet article présente une analyse de la solidarité organique de la vie à l’ombre de la géronto-sophie et de la thanato-sophie. L’utilisation du suffixe « -sophie » au lieu de celui de « -logie » suggère une tâche de réflexion et d’interprétation par sympathie ou, en d’autres termes, une connaissance expérientielle du vieillir et du mourir. À côté des définitions et explications produites par diverses approches disciplinaires ( « -logie » ), cette connaissance expérientielle propose une vision, une « théorie » au sens originel du terme, dont l’axe principal porte sur le sens plutôt que sur les caractéristiques biologiques, psychologiques ou sociologiques. Par généralisations hâtives, ces approches stigmatisent trop souvent les conceptions du vieillir et du mourir, les réduisent à une seule de ces caractéristiques, occultant ainsi la question du sens qui, selon nous, est le passage obligé d’une réflexion sur la solidarité organique de la vie.

Aging and dying: in the light of geronto-sophy and thanato-sophy

This article offers an analysis of the organic solidarity of life in the light of geronto-sophy and thanato-sophy. The use of the suffix « -sophy » instead of « -logy » suggests an undertaking of sympathetic reflection and interpretation or, in other words, an experiential understanding of aging and dying. Alongside of the definitions and explanations produced by various disciplinary approaches (« -logy »), this experiential understanding proposes a vision, a « theory » in the original sense of the term, principally centred on the meaning rather than the biological, psychological or sociological characteristics. Through hasty generalizations, such approaches too often stigmatize conceptions of aging and dying, reducing them to one alone of such characteristics, thus concealing the question of the meaning which, in our view, is a necessary part of a reflection on the organic solidarity of life.

Guy Bourgeault

Cette mort qu’on tente d’apprivoiser…

Résumé / AbstractArticle complet

La mort, inéluctable malgré tous nos efforts pour la nier ou l’ « apprivoiser », pose de façon radicale la question du sens de la vie. Selon que l’on perçoit la vie comme un don, comme un projet ou comme une responsabilité individuelle et collective, on n’envisagera pas de la même façon les enjeux éthiques liés aux derniers moments de la vie et à la mort elle-même. Une anthropologie commune a longtemps été perçue comme le préalable obligé des morales et de leurs normes, et de l’éthique même. La reconnaissance de la pluralité des visions du monde accule au provisoire et au relatif, mais non pas à l’arbitraire. Prend forme, par et dans la discussion, une « éthique de la responsabilité ».

This death we seek to master

Death, which is inescapable despite all our efforts to deny or « master » it, poses in a radical manner the question of the meaning of life. Depending upon whether life is seen as a gift, a project, or an individual or collective responsibility, there will be different views of the ethical issues connected with the last moments of life and with death itself. A common anthropology has long been perceived as the necessary prerequisite for morals and their norms, and ethics itself. Recognition of the plurality of visions in the world impels a provisory and relative perspective, but not an arbitrary one. Thus is shaped, through and in discussion, an « ethics of responsibility. »

Marcel Drulhe et Serge Clément

Le mourir et le lien social

Résumé / AbstractArticle complet

La désocialisation de la vieillesse et de la mort est-elle aussi généralisée qu’on le dit et ce processus supposé en touche-t-il tous les aspects ? Dans cet article, on part au contraire de l’hypothèse d’un changement du rapport social aux personnes âgées et aux mourants, de telle sorte que les divers traitements contemporains du mourir manifestent de nouveaux modes de socialisation, parce qu’à chaque épisode du vieillir et du mourir, le problème central du lien social se pose nécessairement.

Dying and the social bond

Is the desocialization of aging and death as generalized as is said, and does this supposed process involve all aspects? In this article, we begin on the contrary with the hypothesis of a change in the social relationship to the aged and the dying, and thus the diverse contemporary treatments of dying are signs of new modes of socialization, for in each episode of aging and dying, the central issue of the social bond is of necessity invoked.

Yvonne Preiswerk

Réflexion autour du mourir et de l’importance des rites funéraires aujourd’hui

Résumé / AbstractArticle complet

Une extrême complexité de sentiments entoure le mourir aujourd’hui. D’une part, on refuse la mort, on l’écarte, on la cache; elle est devenue non-sens. Pourtant, chacun de nous se sait « en sursis de vie » dans une société qui a dépossédé l’homme de sa mort, mais a donné en revanche une visibilité renouvelée à la mort, à celle de l’autre. Tandis que science et technique ont créé l’illusion de l’impossible éternité, la mort relève désormais de gestionnaires qui achèvent de la désocialiser. Mais en même temps, il semble bien que de nouveaux rites émergent pour la resocialiser.

A reflection about dying and the significance of funeral rites today

An extreme complexity of feelings surrounds dying today. On the one hand, we refuse death, we brush it aside and hide it: it has become absurd. However, we are each aware that we are « on a life reprieve, » in a society which has dispossessed man from his death, but on the other hand granted a renewed visibility to death, that of the other. While science and technology have created the illusion of an impossible eternity, death is henceforth the responsibility of its managers who are completing its desocialization. But at the same time, new rites seem to be emerging to resocialize it.

 

III. Travailler avec le déclin


Les formes de gestion de la vieillesse au Québec. Table ronde

Résumé / AbstractArticle complet

Ce texte est organisé autour de cinq thèmes : évolution des formes de gestion de la vieillesse au Québec; prise en charge familiale; prise en charge institutionnelle et professionnelle; prise en charge par les pairs; scénarios d’avenir. Il reprend le compte rendu des interventions faites par quatre professeurs et un médecin lors d’une table ronde organisée par le comité de rédaction francophone de la Revue canadienne de service social (RCSS, 6, 2,1989). De nombreuses interrogations se dégagent de la discussion, en relation notamment avec le désengagement de l’État, qui remet entre les mains de familles dont les structures et les configurations évoluent rapidement des personnes âgées que, souvent, une longévité accrue rend de moins en moins autonomes.

Forms of management of the aged in Quebec. Panel

This text is structured around five themes: evolution of the forms of management of the aged in Quebec; familial responsibility; institutional and professional responsibility; peer responsibility; and future scenarios. It reproduces a report on the contributions of four professors and a doctor during a panel discussion organized by the French-language editorial committee for the Canadian Social Work Review (6, 2, 1989). Numerous questions arise from the discussion, particularly in relation to the State’s relinquishment of responsibility, which is placing the aged, who are often rendered increasingly less autonomous due to augmented longevity, into the hands of families whose structures and configurations are undergoing rapid evolution.

Louise Bérubé

Autonomie et vieillesse : mésalliance et paradoxes

Résumé / AbstractArticle complet

La politique québécoise de la vieillesse présente des modalités assez inédites puisqu’il appert que les différents modes de gestion induits par la technocratie étatique se sont traduits par une variation sémantique importante de la notion d’autonomie. D’autre part, il est plus juste actuellement d’analyser la pratique de certains groupes de personnes âgées comme émancipatoire par rapport au modèle culturel qui a cours actuellement relativement à la vieillesse, que d’y voir une volonté d’autocontrôlé face aux modes de gestion technocratique. Enfin, le déplacement du champ sémantique a des conséquences largement différenciées selon la classe sociale et le sexe; elle a également des implications sociales importantes puisque l’autonomie n’est pas l’indépendance et encore moins l’indépendance physique.

Autonomy and the aged: misalliance and paradox

Quebec’s policy on the aged presents rather unprecedented conditions as it appears that the various management methods induced by the state technocracy have resulted in a significant semantic variation of the notion of autonomy. Moreover, it is currently more legitimate to view the practices of certain groups of older people as emancipatory in relation to the current cultural model for the aged, than to see this as a desire for self-control in the face of technocratic management methods. Finally, this displacement of the semantic field has widely differentiated consequences depending on social class and sex; it also has major social implications since autonomy is not independence and even less so physical independence.

Éric Volant

Un cri révélateur. La « question du suicide »

Résumé / AbstractArticle complet

Nombre de discours sur le suicide sont énoncés à partir de préjugés. Le suicidant y est perçu comme un malade ou un insensé. Son geste est décrit comme un acte de folie ou de déraison. Ce faisant, on traite le suicide comme un phénomène du dehors qui ne peut nous atteindre personnellement. Cependant, un autre discours possible présente la mort volontaire comme un geste ambivalent, qui participe pleinement au paradoxe de l’existence humaine. Cet autre regard sur le suicide vient du dedans. Acte spécifiquement humain, le suicide appelle à un type d’action où l’intervenant partage avec le suicidant les interrogations et les tourments de l’existence.

A revealing cry: the question of suicide

Numerous discussions on suicide have been formulated out of prejudice. The person who has committed suicide is seen as ill or insane. His act is described as a gesture of madness or unreason. Thus, suicide is treated as an outside phenomenon which cannot affect us personally. However, another possible analysis presents voluntary death as an ambivalent gesture which is fully participatory of the paradox of human existence. This alternate way of looking at suicide comes from within. A specifically human act, suicide calls for a type of action where the worker shares with the person considering suicide the questions and torments of existence.

Patrice Guex

La mort, un commencement

Résumé / AbstractArticle complet

La souffrance des personnes en fin de vie, et de leur famille, n’est pas modulée seulement par la perspective qu’ils ont de la mort, plutôt difficile à imaginer, mais aussi par le bilan qu’ils font de leur « histoire de vie ». Ce bilan s’élabore selon une représentation complexe de la situation (à la fois individuelle, familiale et sociale), et qui est en particulier fortement tributaire des normes, des règles et des loyautés sous-tendant l’éthique de la famille de celui qui va mourir. Suivant les circonstances et en fonction de la manière dont, dès le début, le patient et ses proches se sont aménagés par rapport aux limites, il faudra reprendre avec eux les différentes étapes du processus de deuil ( « mourning » ) qui est à l’oeuvre tout au long de la vie, et plus précisément aux moments charnières ou de crise.

Death, a beginning

The suffering of people at the end of their lives, and that of their families, is not only modulated by their perspective on death, which is rather difficult to imagine, but also by the evaluation they make of their « life history. » This assessment is drawn up according to a complex representation of the situation (simultaneously individual, familial and social), which is, in particular, strongly dependent on the norms, rules and loyalties underlying the family ethic for those about to die. Based on the circumstances and according to the manner in which the patient and those close to him have equipped themselves, from the beginning, in relation to the limits, the different stages of the mourning process will have to be gone through with them, for this process is at work throughout one’s entire life, and particularly at turning points or times of crisis.

Marie-Geneviève Freyssenet

Allons à la Maison du Nord

Résumé / AbstractArticle complet

L’auteure témoigne d’un travail psychothérapique auprès d’une vieille dame atteinte physiquement et mentalement, et qui va mourir. Elle « va » mourir justement, elle va « à la Maison du Nord », comme elle dit. Douze ans ont passé. L’auteure analyse la place de l’information écrite et d’une réunion de formation du personnel de l’institution dans le processus d’accompagnement et les rites de deuil entourant le trépas de cette personne. Sont également exposées les conséquences et les suites repérables de cette pratique dans l’itinéraire professionnel, et quelques souhaits qui en découlent, avec le recul du temps.

Let us go to the Maison du Nord

The author relates her psychotherapeutic work with an old lady affected physically and mentally, and who is going to die. She is truly « going » to die, she is going « to the Maison du Nord (North House), » as she says. Twelve years have passed. The author analyses the significance of written information and a training meeting for the institutional staff in the process of accompaniment and the mourning rites surrounding the death of this individual. An account is also given of the perceived aftermath of this practice in the professional itinerary, as well as a few thoughts which have come out of this, with the passage of time.