Les ambiguïtés du pouvoir local

Sous la direction de Annick Germain et Pierre Hamel

Évoquer le pouvoir local, c’est en premier lieu désigner une abstraction ! Au-delà de son actualité qui, chez certains, lui confère une certaine séduction, la notion demeure floue et correspond à des représentations multiples. (…)

 

cover-LSP13

 
TABLE DES MATIÈRES

 

Annick Germain et Pierre Hamel

Présentation du numéro

Article complet

 

I. Restructurations économiques et rapports sociaux


Pierre Maclouf

La restructuration économique et l’ancrage territorial de la crise de l’État-providence

Résumé / AbstractArticle complet

Le thème de la « crise de l’État-providence » est abordé ici sous l’angle du pouvoir local. Le niveau étant défini comme « le cadre concret où se nouent les relations entre production économique et appropriation, par les groupes bénéficiaires, des transferts sociaux ».

Reprenant les résultats d’une recherche menée à l’Institut d’études politiques de Paris, l’auteur se penche sur trois milieux de vie différents situés dans le contexte français : un bassin d’emploi de vieille souche industrielle, Saint-Quentin, des cantons ruraux du Limousin et la commune d’Arles dans le sud-est de la France, qui repose sur une économie diversifiée. L’étude des relations entre l’État et les collectivités locales à partir de ces trois exemples permettent de bien voir qu’il existe en fait un ancrage territorial de l’État que les mises à jour des logiques générales ont souvent tendance à gommer. Il ressort au contraire que l’État-providence s’est construit en intégrant, dans l’élaboration de ses politiques sociales, les particularismes locaux.

En conclusion l’auteur propose quelques perspectives en vue de surmonter la crise actuelle de l’État-providence. Il aborde alors un principe de « reterritorialisation » du social ouvert sur le développement et la participation populaire. Le défi est de ne pas se limiter à une « simple régulation de la crise ».

Economic redevelopment and the regional dimension of the crisis of the Welfare State

The crisis of the Welfare State is examined here in relation to local politics. « Local » is defined as the « level at which economic production and state subsidies meet ».

On the basis of his research at the Institute for Political Studies in Paris, the author analyses three case studies in France: the first in a traditionally industrial region in the north, the second in an agricultural region in the center and the third in a diversified economic region in the south. This study of the relations between the state and these regions reveals the diversity of regional political dynamics which recent macro-analytic theory has tended to ignore. It would appear that the Welfare State has evolved out of—and has developed social policy in relation to—particular regional characteristics.

The author concludes with some views as to how to tackle the present crisis of the Welfare State. He emphasizes the importance of the regional dimension of social policy concerning development and citizen participation. The challenge is to go beyond simply « reacting » to the crisis and to be able to develop a positive, dynamic approach.

Marc Mormont et Catherine Mougenot

Le retour au local et les classes moyennes

Résumé / AbstractArticle complet

Depuis quelques années les sciences sociales se préoccupent à nouveau des sociétés locales. Et ceci en vue de comprendre la spécificité des dynamiques locales qui ne se résument pas à reproduire les « régularités globales » puisqu’elles sont en mesure de générer leur « propre mode de développement ».

À partir de ce premier constat les auteurs cernent les enjeux de la résurgence du local. Non seulement ceux-ci renvoient-ils à une restructuration de l’économie et à une redéfinition du rôle de l’État, mais en plus ils correspondent à des stratégies élaborées par les classes moyennes pour se « créer un pouvoir social ».

Quelle interprétation doit-on faire de ces réajustements autour du pouvoir local ? Est-ce que l’acteur qui investit la scène locale est un acteur « nouveau » ? Avons-nous affaire à des pratiques de résistance ou à des pratiques d’innovation ? Dans quelle mesure les rapports sociaux dominants sont-ils menacés par les modes de gestion et de développement qui s’énoncent à partir du local ? Sans fournir de réponse définitive, les auteurs mettent en lumière les ambiguïtés du discours sur le local qu’énoncent les acteurs.

The resurgence of local politics and the middle classes

Over recent years, the social sciences have shown a renewed interest in local politics. The focus has been to discover the specificity of local or regional social dynamics. Quite clearly, this level of society does not just reproduce the tendencies of the society as a whole. Certain specific « modes of development » can be worked out on the local level.

With this in mind, the authors discuss how this affects local and regional politics. To some extent, renewed interest in this area is related to structural changes in the economy and the role of the State. At the same time however, it is also related to new strategies developed by the middle classes in order to conquer new fields of social power.

What conclusions can be suggested concerning these changes in the « status » of local politics? Are the actors involved really « new » social actors? Can this phenomenon be seen as a form of resistance or is it a form of social innovation? To what extent are dominant modes of social management threatened by these developments on the local level? Without trying to give final and definitive answers, the authors try to point out the inherent ambiguities involved in local and regional politics.

Annick Germain et Pierre Hamel

L’autonomie des collectivités locales : entre la crise et le changement

Résumé / AbstractArticle complet

Comment poser aujourd’hui la question du pouvoir local ? Ne nous renvoie-t-elle qu’aux débats sur la décentralisation ? Et, au Québec, la décentralisation ne se pose-t-elle pas essentiellement en termes d’aménagement ? L’article de A. Germain et P. Hamel vise à montrer que les enjeux du pouvoir local doivent être saisis à l’intérieur d’une perspective élargie qui ne dissocie pas la réforme des institutions locales de l’évolution des collectivités locales face aux restructurations du développement économique, et des forces sociales diverses qui composent aujourd’hui le paysage de la scène locale. Après avoir montré l’évolution de la signification des réformes gouvernementales selon leur inscription dans des conjonctures très différentes (la période d’expansion du début des années soixante, la crise de la fin des années soixante-dix), les auteurs montrent que ce faisant, les rapports entre État et municipalités ont évolué dans le sens d’une affirmation plus dynamique de ces dernières. Ce dynamisme est aussi lié à la crise, aux restructurations de l’économie qui l’accompagnent. Parties prenantes dans l’aménagement des effets de ces restructurations sur leur territoire, les collectivités locales ont, à la fois, joué un rôle supplétif pour amortir les effets de la crise et pris des initiatives, notamment dans la relance de l’emploi. C’est dire que la voie est étroite entre une évolution dans le sens de la dualisation sociale d’une part, et l’amorce d’un développement plus autonome et autocentré d’autre part. À cet égard, les forces en présence au niveau local pèseront de façon décisive sur l’évolution des sociétés locales.

Local autonomy: Crisis and change

Is the issue of local autonomy simply a question of decentralization? And is decentralization simply a bureaucratic instrument for planning and administration of services. The authors argue that the issues involved in local autonomy should be seen within a larger context. Municipal and regional reform, the involvement of local communities in economic redevelopment and the presence of new social actors at the local level should be seen as related aspects of recent trends in this area. This article reviews the issues involved in government reforms which took place under very different economic conditions (economic growth of the sixties and economic crisis of the late seventies) and concludes that the role of municipal government has become more dynamic. The effects of this crisis on the local economy has forced the municipalities to become more involved in counteracting the negative consequences of the economic crisis while at the same time taking new measures to create employment. In this sense, one can see that local government is at the heart of two recent trends in social development: the evolution towards a « dual society » and the trend towards local autonomy. The social actors involved on the local level will play a decisive role in future developments in this area.

 

II. La décentralisation : politiques et réalités


Edmond Préteceille

Crise hégémonique et restructuration territoriale de l’État. La gauche et la décentralisation en France

Résumé / AbstractArticle complet

La décentralisation française d’après 1981 n’est-elle qu’une version « française » de la restructuration des États capitalistes ou s’agit-il d’une réforme authentique liée à une modification des rapports de pouvoir entre les classes sociales ? Pour apprécier l’ampleur et la signification de cette réforme, l’auteur la resitue dans l’histoire des transformations de l’appareil d’État en France, depuis la centralisation caractéristique de la Ve République jusqu’à la décentralisation avancée par la gauche. Puis il en explore les tendances et les évolutions possibles en soulignant le poids qu’auront en fin de compte les rapports de force entre les classes sociales sur l’issue de la réforme.

Hegemony in crisis and the territorial re-organization of the State. The Left and the issue of decentralization in France

The Socialist government in France made sweeping changes towards decentralization in 1981. Was this reform simply a French version of the reorganization of capitalist states or did it involve changes in power relationships between social classes? In his attempt to answer this question, the author situates this reform in its historical context by looking at the transformations of the State apparatus in France since the beginning of the Fifth Republic (when state power was highly centralized) until the recent reform implemented by the Left. He then discusses recent trends in this area and how the interplay between social classes can influence the results of this reform.

François D’Arcy

La classe politique française face à la décentralisation

Résumé / AbstractArticle complet

Depuis 1981 le gouvernement français s’est engagé dans une politique de décentralisation qui devait bouleverser les rapports entre l’État, les régions, les départements et les communes. L’auteur présente ici les principaux acteurs interpellés par cette réforme et circonscrit les rapports de force qu’ils élaborent à cette occasion.

Parmi les transformations importantes qui accompagnent la réforme, notons le rôle des élus. Ainsi, ces derniers ne sont plus aussi démunis que par le passé face aux fonctionnaires. Ils apparaissent de plus en plus comme étant des « gestionnaires reconnus ». Mais quels ont été les effets concrets de cette politique de décentralisation et jusqu’où ira-t-elle ? Si la réforme a été efficace là où elle venait corroborer, en définitive, des pratiques déjà en vigueur dans les faits, elle semble par contre piétiner « lorsqu’elle anticipe trop sur les évolutions ».

La complexité de l’analyse réside dans les difficultés de rendre compte des multiples niveaux d’interaction entre une tradition, des acteurs définis par leur appartenance institutionnelle, le jeu des forces politiques et une fragmentation territoriale. Mais l’objectif demeure ici de dresser un bilan provisoire.

French politics and the issue of decentralization

In 1981, the French government announced a vast reform in favour of decentralization which affected the relations between central government, regions, sub-regions and municipalities. The author describes the main social actors involved in this reform and examines their interlocking relationships.

The enhanced role of elected representatives has been one of the major changes brought about by this reform. They are now on a more equal footing with state-appointed civil servants and have gained official recognition in the management of local affairs. The author examines the results of this reform. On the whole, results are seen most clearly in areas where the reform legislated already existing practices. Results are less obvious in areas where the law was ahead of local experience.

The multiple levels of interaction between tradition, institutionally defined social actors, political tendencies and regional fragmentation makes analysis of the situation exceedingly complex. The author has sought to provide an overall picture of the situation.

Charles-Étienne Lagasse

La grande misère des communes belges : sous le 5e gouvernement de M. Wilfried Martens

Résumé / AbstractArticle complet

Les communes belges traversent une crise financière particulièrement aiguë depuis 1981. Cette situation est en partie liée à la crise économique. Mais elle est, plus fondamentalement, le résultat des politiques de l’État belge qui reporte sans cesse sur le niveau local sa propre incapacité à maintenir son déficit dans des limites raisonnables. L’auteur analyse toutes les mesures gouvernementales qui ont progressivement réduit la marge de manoeuvre des communes et qui les acculent dans une impasse financière dramatique, cette dernière ayant déjà conduit certaines communes à se retrouver dans l’incapacité de défrayer les salaires de leurs propres employés!

Belgian municipalities in crisis

Belgian municipalities are in the throes of a severe financial crisis since 1981. This situation is, of course, partly related to the general economic crisis but it is also more directly related to the policies of the Belgian government which has continually tried to shift the burden of its own financial difficulties onto the shoulders of the municipalities. The author analyzes the various government measures which have contributed to the deterioration of the financial health of local government. The crisis has now reached the point where some municipalities are unable to pay the salaries of their own employees!

Où en est la question du pouvoir local en Belgique ? Table ronde

Résumé / AbstractArticle complet

Huit chercheurs belges font le point sur les avatars du pouvoir local dans leur pays. Bien qu’il s’agisse d’un phénomène difficile à cerner en tant qu’objet d’étude, il peut néanmoins être abordé à travers une multitude d’aspects — institutionnels, administratifs, politiques — qui en constituent les principales composantes. De ce point de vue des problèmes très concrets se manifestent relativement aux fusions de communes, à la vie de quartier, à l’intervention des communes dans divers domaines allant de la création d’entreprises à la protection de l’environnement.

Or le traitement de ces problèmes ne fournit pas en lui-même une compréhension claire des enjeux. À ce propos il convient de considérer la réorganisation des rapports entre les paliers supérieurs de gouvernement et les communes. On découvre alors qu’il n’existe pas d’interprétation univoque. La scène locale devient un lieu où s’affrontent des projets multiples, que ce soit celui d’une technocratie modernisatrice, celui de contre-pouvoirs animés par des groupes revendicateurs ou encore celui de certains parlementaires soucieux de revaloriser le local. Dans chaque cas la décentralisation semble une question récurrente. Sa signification cependant est sujet à débat.

Local politics in Belgium: an overview. Round table discussion

Eight experts on local politics in Belgium met to discuss recent trends in this area. Although it is difficult to study local politics in isolation, certain themes merit special discussion, in particular : institutional settings, administrative practices and the dynamics of local politics. Looked at from these vantage points, certain common problems are revealed: amalgamations of local communities, quality of neighbourhood life and the role of local governments in employment and environmental policies.

To examine these problems solely in this context however, is not entirely satisfying. It is also necessary to consider recent reforms in the relations between local and central governments. No general model can be applied. Local government involves a complex interplay between various social forces: modern technocrats, progressive and alternative type pression groups and certain state politicians interested in local government reform, various forms of decentralization are invariably proposed but the practical significance of these measures is a matter of considerable debate.

 

III. Anciens et nouveaux acteurs sur la scène locale


Alain G. Gagnon

Ascendance politique et dynamismes régionaux au Québec

Résumé / AbstractArticle complet

Dans le contexte de restructuration économique, les enjeux régionaux actuels sont au coeur de la redéfinition du rôle de l’État. Les forces en présence sur la scène régionale — en particulier la technobureaucratie, les notables traditionnels et les groupes revendicateurs — s’ajustent à la nouvelle conjoncture à travers des alliances et des compromis. C’est ce qui se dégage d’une analyse de l’évolution des rapports entre ces différentes catégories d’acteurs à partir de l’exemple de l’Est du Québec, région qui s’est avérée un véritable laboratoire d’expérimentation pour les planificateurs de la Révolution tranquille.

Après avoir identifié trois phases qui ont caractérisé l’évolution du rôle de l’État et des principales forces sociales depuis le début des années soixante au Québec, l’auteur examine le contenu des réformes récentes portant sur la décentralisation. Il y voit une tentative, pour la classe politique, de resserrer les liens avec les notables traditionnels au détriment des groupes populaires et du mouvement régional.

Political influence and regional social dynamics in Québec

During the present period of economic redevelopment, the region plays a crucial part in the redefinition of the role of the State. Technocratic bureaucracy, traditional local elites and grass-root activist groups have had to adapt to the new economic situation and to develop new strategies. This, at least, is what has been observed in the author’s study of Eastern Québec which has been a prime region for social experimentation for government technocrats since the early sixties.

After reviewing three distinct phases of state intervention since the Quiet Revolution, the author examines the recent reform concerning decentralization. He concludes that government authorities are renewing their contacts with traditional local elites at the expense of locally based citizen groups and regional social movements.

Jean-Pierre Collin et Jacques Léveillée

Le pragmatisme des nouvelles classes moyennes et l’urbain

Résumé / AbstractArticle complet

Les nouvelles classes moyennes peuvent être définies par leur rôle de médiation entre les classes populaires et les classes possédantes. Mais ce rôle les met en situation de concurrence avec les classes moyennes traditionnelles. Car si elles contrôlent les ressources idéologiques nécessaires à cette fonction de médiation, les moyens organisationnels leur échappent en bonne partie, étant encore l’apanage de la petite bourgeoisie traditionnelle. Mais quelle est actuellement la place de ces nouvelles classes moyennes dans l’urbain ? Et quelles sont au juste ces classes qui viennent investir les vieux quartiers ? À partir d’une recherche qu’ils mènent conjointement sur les stratégies des élites montréalaises, les auteurs tentent de répondre à ces questions. Les nouvelles classes moyennes semblent être de plus en plus les « délogeurs » de ceux qu’elles prétendent défendre. Leurs associations sont surtout préoccupées par leurs propres intérêts à court terme. Leur présence dans les partis politiques se multiplie, qu’il s’agisse des partis au pouvoir ou d’opposition. Ces observations amènent les auteurs à s’interroger sérieusement sur les conditions dans lesquelles s’exerce en fait ce rôle de médiation attribué aux classes moyennes.

The « pragmatism » of the new middle classes on the urban scene

The new middle classes are often seen as playing a mediating role between the working class and the dominant class. This role however, puts them in conflict with the traditional middle classes. Although the new middle classes possess the ideological resources for this mediating role, they do not control organizational resources which are still largely in the hands of the traditional petty-bourgeoisie. What then, is the role of these new middle classes on the urban scene? Which social classes are moving back into the old historic neighbourhoods? On the basis of their research on the strategies of Montreal’s elites, the authors attempt to answer these questions. It would seem that these new middle classes are in the process of « expropriating » the housing of the people they claim to defend. Their local associations are mainly concerned with their own short term interests. The new middle classes are becoming more and more involved in municipal political parties—whether it be the party in power or the party in opposition. These observations lead the authors to question the assumption that these new middle classes play a mediating role.

Caroline Andrew

La gestion du local : un enjeu pour les femmes ?

Résumé / AbstractArticle complet

L’article examine la question du rôle joué par les femmes dans la gestion des institutions locales. Pour répondre à cette question il faut d’abord réfléchir sur la définition du pouvoir local et la définition des institutions faisant partie de ce pouvoir local. Par la suite, à partir du cas précis de l’Outaouais québécois, l’auteure constate que les femmes ont une présence relativement minime au niveau des gouvernements municipaux mais une présence beaucoup plus forte au niveau des institutions d’éducation et d’affaires sociales. Cette présence peut être expliquée en partie par l’importance relativement faible accordée à ces institutions dans la société mais plus encore par ce qui relie les domaines de consommation collective et les femmes.

Women and local administration

This article looks at the role of women in the administration of local institutions. Her study of this question forced the author to re-examine the definition of local power and the institutions normally studied. On the basis of her research in western Québec, the author notes that women are almost completely absent from municipal government but that they play an important role in the schools and social service network. This may be explained in part by the fact that these institutions are seen as less important in society but it may also be related to the specific role of women in the consumption of collective services.

Les « Illusions tranquilles » et le pouvoir local. Table ronde

Résumé / AbstractArticle complet

Le film Les Illusions tranquilles relate l’histoire d’une élection municipale dans un village du Québec. L’élection oppose un notable traditionnel à un technocrate, maire sortant, futur perdant. Au-delà de cet événement, c’est toute une représentation de l’évolution sociale nationale qui est mise en scène : la « fin du règne des technocrates », le retour des forces de conservation. À partir du film, un débat s’amorce entre le réalisateur du film, un fonctionnaire, un politicologue, une sociologue et un urbaniste. Il permet la confrontation d’interprétations différentes non seulement de la conjoncture actuelle du pouvoir local mais aussi du sens de l’évolution des forces sociales et politiques depuis la Révolution tranquille. L’échec du maire technocrate n’est-elle que l’expression du rejet dont finit toujours par être victime tout groupe « étranger » qui s’installe dans une communauté locale ? Ou faut-il la rattacher à la crise économique qui aurait contribué à précipiter l’échec d’un projet de modernisation misant sur les politiques centralisatrices de l’État ? Mais cette opposition entre notables traditionnels symbolisant les forces de conservation et technocrates « étatistes » représentant les forces de changement, n’est-elle pas chose du passé ? Les planificateurs ont appris à composer davantage avec les forces du milieu et les élites traditionnelles sont sorties de leur immobilisme. Le milieu local et la société dans son ensemble ne sont donc pas dans cette impasse que présente le film. Par contre il faudra peut-être se faire à l’idée que le changement ne soit plus guidé par de grands projets de société.

« Quiet Illusions » and local power. Round table discussion

The film « Les Illusions tranquilles » (Quiet Illusions) relates the story of a municipal election in a Québec village. The mayoralty contest was between a member of the traditional local elite and the incumbent technocratic mayor. The latter lost. This film attempts to portray a new trend in municipal politics: the end of the technocratic era and the revival of conservative local elites.

This article summarizes a discussion held with the film director, a government technocrat, a political scientist, a sociologist and a professor of urban studies. The discussion centered around different interpretations not only of recent trends in municipal politics but more generally, the evolution of social and political forces since the Quiet Revolution of the 1960’s.

Was the failure of the technocratic mayor an expression of mistrust which all « outsiders » meet when they get involved in local politics? Or was it related to the economic crisis which seriously compromised the ambitious, centralizing reforms of the sixties and seventies? Perhaps this vision of a struggle between conservative local elites and progressive state technocrats is outdated. Government planners have learned how to work more closely with the community and traditional elites are no longer simply bastions of reaction. Things are perhaps not quite as hopeless as the film seems to suggest but it seems clear that the days of sweeping social reform are over.

 

IV. Démocratie locale


Georges Gontcharoff

La démocratie locale en question

Résumé / AbstractArticle complet

L’auteur présente « quelques réflexions » autour du thème de la démocratie locale, principalement au sujet des conditions d’exercice de la démocratie. Parmi ces conditions mentionnons celle d’un espace pertinent défini non pas uniquement en terme géographique mais également en termes social et culturel. Mentionnons aussi les « précautions formelles » relatives à la diffusion de l’information, par exemple, ou encore au mode de relations entre les associations et les pouvoirs publics locaux. Mentionnons enfin celle de la nécessité de poursuivre une interrogation fondamentale sur la légitimité du pouvoir. Si d’emblée le local apparaît un lieu privilégié pour l’exercice de la démocratie, les choses ne vont pas toujours de soi. Plusieurs « menaces » demeurent sans cesse à surmonter!

Local democracy in question

The author presents some of his ideas on the question of local democracy. One of the conditions necessary for authentic democracy on this level is that it be related to a « space » which is not only geographical but also social and cultural. He also looks at the ways information circulates and the role of interest groups in municipal politics. He emphasizes the need for more careful thought on the question of « legitimacy » as it applies to local politics. Even though local politics would seem to hold great potential for the exercise of democracy, this is by no means a guaranteed result. Several obstacles must be overcome if this potential is to become reality.

Jacques Godbout

Les relations central-local ou le rendez-vous manqué

Résumé / AbstractArticle complet

Comment le local et le central se sont-ils accordés, historiquement, au Québec ? L’État technocratique n’a-t-il pas toujours tendance à diluer, voire à noyer tout dynamisme local ? De la paroisse et de l’Église sous le régime français, à la montée de l’État et à ses politiques de développement régional et de réorganisation des services de santé, l’auteur analyse l’évolution des relations entre ces deux systèmes. En guise de conclusion, il se demande si, paradoxalement, la crise ne permettra pas au local de retrouver son dynamisme et sa crédibilité face à un central ébranlé et démuni.

Central vs. local power: a chance lost

What has been the nature of the relationship between central and local power in Québec? To a large extent, the technocratic state has tended to weaken, if not destroy, local initiative.

The author examines the evolution of the relation between central and local power starting with the relationship between the parish and the Church up to the present day where a modern state if involved in regional development and reorganization of health services. He suggests that, paradoxically, the present economic crisis may provide the opportunity for local communities to recover their dynamism and credibility at a time when central government has been weakened.

Chris G. Pickvance

Les politiques municipales socialistes en Grande-Bretagne

Résumé / AbstractArticle complet

Depuis 1980, le gouvernement central en Grande-Bretagne a instauré un contrôle financier des dépenses municipales à la suite des initiatives socialistes qui ont entraîné des augmentations de l’impôt local. L’enjeu était de faire contrepoids aux coupures pratiquées par le gouvernement conservateur. Pour les fins de l’analyse l’auteur regroupe ces initiatives autour de trois domaines : « 1. les politiques de transport à prix réduit; 2. le non-respect de la loi pour la protection des services; 3. la politique d’emploi, la décentralisation des services et le financement des groupes locaux ».

Ces initiatives socialistes ont contribué à ébranler la confiance gouvernementale dans le bien-fondé de ses politiques. Elles ont aussi démontré qu’il était possible de développer une certaine solidarité à la base. Par ailleurs elles ont bien fait voir qu’il était faisable de se soustraire au contrôle central. Soulignons enfin que malgré le caractère limité de ces initiatives locales (pas plus de 30 conseils sur 500 sont aux mains des socialistes) leur répercussion a été significative en termes d’élargissement du soutien apporté au socialisme.

Socialist municipal politics in Great Britain

In 1980, the central government imposed controls on municipal spending after socialist municipal governments had begun new programmes which raised local taxes. These programmes had been set up to compensate for Conservative government cutbacks. The author studies municipal programmes in three areas: 1. reduced fares for public transport; 2. non-respect of the law concerning the protection of services; 3. employment policies, decentralization of services and financing of local groups.

These programmes forced the government to take another look at its own policies. They also showed that it was possible to develop local solidarity. They proved that it was possible to provide alternatives to central government control. On the whole, in spite of the fact that socialists control only 30 out of 500 municipal councils, these programmes have enlarged support for socialist measures.

 

V. Des alternatives


Frédéric Lesemann

Hartford, Santa Monica, Berkeley, U.S.A.

Résumé / AbstractArticle complet

Ces trois villes américaines ont connu ou connaissent actuellement une gestion municipale progressiste. Les coalitions au pouvoir y ont cherché à utiliser le pouvoir municipal comme un levier de changement économique et social pour la majorité des citoyens et comme un instrument d’amélioration de la qualité de vie en ville. Les réalisations, même éphémères, que décrit l’article n’en sont pas moins significatives dans le contexte politique conservateur qui prévaut actuellement aux États-Unis.

Hartford, Santa Monica, Berkeley, U.S.A.

These three American cities elected progressive municipal governments. These governments tried to use municipal power as a lever for economic and social change in the interests of the majority while at the same time trying to improve the quality of urban life. The results—however tenuous—are significant when one considers the conservative political context prevalent in the U.S.A. at the present time.

Joanne Jessop et Clyde Weaver

La coopération communautaire : une stratégie pour le développement local

Résumé / AbstractArticle complet

La crise du modèle de développement dominé par la corporation multinationale est aussi une crise des paradigmes et des théories du développement. Issus d’une société industrielle et donc témoins d’une époque dépassée, imprégnés par une pensée rationaliste ignorant les valeurs sociales, ces paradigmes doivent être remplacés. Aussi l’auteur propose-t-il un modèle de planification alternatif — la coopération communautaire —, qu’il applique au contexte de la Colombie britannique (Canada), en soulignant ce qui le différencie des stratégies actuelles de l’État « développementaliste ».

Community co-operation: a strategy for local development

The crisis of the mode of development dominated by multinational corporations has led to a crisis in the paradigms and theories of development. These paradigms grew out of industrial society and are largely outdated. They are based upon a form of rationality which is impervious to new social values. The authors suggest an alternative model for planning—community co-operation—which they discuss in the context of British Columbia (Canada). Advantages over present policies pursued by the « development oriented state » are pointed out.

 

Retour sur le mouvement pacifiste


Retour sur le mouvement pacifiste

N/A Résumé / Abstract Article complet

Robert A. Mitchell et James L. Wood

La Campagne pour le désarmement nucléaire en Grande-Bretagne : ses membres, ses engagements moraux, ses politiques

Résumé / AbstractArticle complet

Ce texte vise à faire comprendre ce qu’est la Campagne pour le désarmement nucléaire » (CDN) en Grande Bretagne, à la fois comme organisation spécifique et dans ses relations avec les structures politiques et normatives qu’elle cherche à influencer. Les données utilisées pour cette analyse ont été principalement puisées dans les enquêtes portant sur les membres de la CDN. Ces sondages démontrent d’importants changements survenus dans la CDN au cours de ses 26 années d’existence et mettent en lumière des aspects inchangés de son profil social. Ce profil empêchera-t-il la CDN d’atteindre un jour ses objectifs avoués ?

The British C.N.D.: Membership, moral commitments and politics

This paper attempts an understanding of the British Campaign for Nuclear Disarmanent, both as an organization in itself and in term of its relationship with the political and normative structures it seeks to affect. Evidence for such an analysis will come mainly from a review of surveys carried out on CND’s membership. These surveys attest to important changes CND has undergone in its 26 year history, as well as highlighting unchanging elements in its social profile. Do the latter preclude CND from ever achieving its declared objectives?

Michael Levin

La Campagne pour le désarmement nucléaire : une vue de la base

Résumé / AbstractArticle complet

Un problème majeur que rencontre la Campagne pour le désarmement nucléaire (CDN), tant au niveau local que national, est de savoir comment obtenir l’appui nécessaire de la population et d’avoir une influence significative auprès de celle-ci. L’émergence du Camp de la paix des femmes de Greenham a bien sûr attiré l’attention de la population.

Toutefois, de nouvelles méthodes deviennent grandement nécessaires. Des groupes locaux ont offert leur appui moral et financier aux femmes de Greenham mais autrement ils éprouvent des difficultés à savoir où faire porter leurs efforts. Ils n’ont pas envie d’être trop proches d’un parti politique en particulier et conséquemment, ils cherchent à se gagner la sympathie de leurs localités respectives par des manifestations locales et par la distribution de tracts. Mais s’agit-il là d’une méthode appropriée pour changer la politique de défense du gouvernement ?

The Campaign for Nuclear Disarmament: Impressions from below

A basic dilemma for the Campaign for Nuclear Disarmament at both national and local levels is the tactical problem of how it is to win support and meaningful influence. The emergence of the Greenham women’s peace camp helped win public attention. However other methods are now urgently necessary. Local groups have offered both moral and financial support to the Greenham women, but have otherwise found it difficult to know where to concentrate their efforts. They are loth to be too attached to any one political party, and so through local demonstrations and leafletting attempt to win over their particular locality. But is this the appropriate method to change government defence policy?

 

Notes de lecture


Greg Marc Nielsen

Ronald Babin, L’Option nucléaire : Développement et contestation de l’énergie nucléaire au Canada et au Québec, Montréal, Éditions Boréal Express, 1984

N/A Résumé / Abstract Article complet

Michel Gariépy

Michel Jurdant, Le Défi écologiste, Montréal, Éditions Boréal Express, 1984, 428 p.

N/A Résumé / Abstract Article complet